AccueilCalendrierRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 le nordique au destin maudit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fenrir
Maître d'arme
avatar

Expérience : 0

Le parchemin
Niveau: 0
Faction: Nouvelle Aube
Rang: Chef de Guilde

MessageSujet: le nordique au destin maudit   Lun 29 Aoû 2011 - 9:51


₪ IDENTITY  : Fenrir ₪



    Nom : Un nom ne sert à rien surtout quand on ne le connait pas.Prénom : Fenrir (un prénom de malheur)Surnom : le seigneur des loups Age : 30 ans Race : Nordique Sexe : Masculin Métier : maitre d'arme Guilde : [proposé par le staff après étude de la fiche, il vous sera possible de choisir parmi plusieurs propositions] Alignement : Neutre bon Religion : Il croyait aux dieux scandinaves mais il croit maintenant au Ragnarök. Pouvoir(s) : Depuis qu'il est devenus le roi loup, il dispose trois pouvoir.il peut parlé au loups, les appeler pour le servir. Quand il n'est pas en mode roi, les loups ne seront pas obliger de le suivre. Quand il devient le roi loup, Tout les loups dans un rayon de 20 kilométrés vient le rejoindre et il peut invoqué des loups du nord qui ont une hauteur d'un mètre trente et vont 80 kilo.son deuxième pouvoir est les yeux de Skoll. Il peut révéler les pires peurs de ses ennemis. Il peut utiliser son pouvoir contre un groupe de 10 personnes maximum. La durée de ce pouvoir est de 10 secondes. Plus il va utiliser son pouvoir et moins il sera puissant. Son dernier pouvoir est sa forme de roi loup.
    Spoiler:
     
    Quand il se transforme en roi loup. il a les yeux et les dents de loup. Sa peau devienne grises. Il dégage une aura de peur qui révélé les pires cauchemars de ses ennemis qui se trouve dans un rayon de 15 mètre. il devient plus fort et plus rapide. Il peut activer ce pouvoir une seule fois par mois.   Phobies : Il hait les félin de tout poil, car lorsqu'il voit un chat il est paralysé et il est en plus très faibles mais ça ne concerne pas les hommes félins.Faiblesses : Les plus grandes peurs que Fenrir possède sont les chats car à chaque fois qu’il en voit un, il est paralysé pendant quelques minutes, et lui-même à cause de son pouvoir qu’il risque, sinon sa faiblesse c’est quand il boit à la taverne. (quand on le frappe au moment ou il boit , Fenrir invite celui qui l’a frappé à boire avec lui)



₪  Physique ₪



Fenrir est un homme d’une stature imposant, possédant un charisme impressionnant. Il mesure en effet un mètre quatre-vingt-quinze, il pèse environs quatre-vingt kilos. Il a une musculation hors du commun, large d’épaule, des bras et des jambes qui possède la force des ours des montagnes, on peut voir les nombreuses cicatrices des combat et des batailles qu’il amener pendant toute sa vie (C'est normal quand on a vécu à la dure dans les montagnes du nord ^^). Il a comme Particularité d'avoir un tatouage dans son dos qui représente un loup bleu aux yeux rouges qui est sur un roc noire. Son visage est carré, il a une barde et des cheveux mi- longs blonds. Ses yeux ressemblent à des petits saphirs. Il a comme équipement, une armure de cuirs avec une cuirasse d’acier, des épaulières  renforcées, un pantalon en fourrures d’ours et des bottes de cuirs.

Le nordique possède une autre forme physique et les rares personnes à l’avoir vus sont ses fidèles lieutenants et ses ennemis les plus puissants qu’il a pu croiser dans sa vie. Quand il se transforme, sa peau, sa barde et ses cheveux deviennent gris alors que ses yeux deviennent jaunes avec les pupilles dilaté. Quand ceux qu’ils le voient survit assez longtemps, ils peuvent voir que sa barde est finement tresser alors que ces long cheveux se laisse porter par le vent. Son armure est faite d’un métal étrange qui n’appartient pas  au continent d’Alésia. Cette armure est reliée entre elles par des morceaux de cuirs. Les cornes de son casque proviennent d’un seigneur minotaure et l’une qu’elle est brisée. Ses épaulières sont faites de ce métal étrange et ont été renforcé par des morceaux d’écailles de dragons. Il a une cape de couleurs rouges sangs du fait que la couleur vient du sang de ses victimes. On peut voir des marques de sangs sur certaines parties de son armure. Son expression est dure par rapport à la colère et la rage qu’il possède en lui. Il dégage une telle impression que ceux qu’ils le regardent peuvent avoir confiance en lui et regagne leurs courageux alors que ses ennemis perd tout espoir de survit et préfère s’enfuir.




₪  Mental ₪



Fenrir est un personnage peut l'on peut qualifier de sympathique. En Effet il est loyal envers ses compagnons, se montre tolérant envers les autres à cause, ou grâce, à son passé. On peut aisément faire confiance à ce grand homme au cœur sur la main. C'est aussi un grand guerrier, passé d'un simple mercenaire à un grand maître d'arme reconnu et respecté. On ne peut, en effet, que suivre cet homme aussi combatif qu'une armée entière au combat (une armée qui ne recule pas face à l’ennemi !). Il possède le même courage que les héros des anciens contes du son pays natal de son peuple. C'est en résumé un chef de guerre aguerri mais également un soldat sans pareil.

Cependant, malgré ses grandes qualités, Fenrir reste un homme avec ses défauts. Il est aussi belliqueux qu'un dragon en rogne, ce qui peut faire très mal... Pour ses interlocuteurs. Le guerrier est aussi fortement rancunier, impatient et très impulsif. En effet, il est du genre à foncer dans le tas sans réfléchir. Autre chose, c'est un grand buveur d'alcool et c'est bien sa plus grande faiblesse puisqu'il est capable de se mettre dans bien des situations délicates avec de l'alcool dans le sang... (Vaut mieux éviter de lui offrir à boire de trop car il lui est déjà arrivé d'acheter une taverne, ou du moins d’essayer fortement de soudoyer le propriétaire.)

Fenrir est un homme bon mais il possède un avis parfois contraire aux lois. S'il les respecte, il n'acceptera pas forcément de se plier à celles qu'il jugerait inappropriées. Il pense que des lois sont nécessaire pour maintenir la paix, mais qu’elles ne doit pas favoriser un petit groupe de personne aux détriments du reste du monde. Il préfère que tous les personnes soit tous égaux à la loi. Il déteste qu’on maltraite quelqu’un, pour l’unique raison qu’il soit différent du reste du monde. Il a connus les moqueries et les discriminations des gens pour comprendre ceux qu’ils sont quand la même situation de lui. Il aide les personnes qui sont dans le besoin même s’il doit enfreinte les lois. Quand on lui demande de faire un travail, il préfère vérifier si les informations qu’on lui a donné soit juste et pour ça il va demander à des informateurs leurs versions des faits. Si quelqu’un s’en prend à ses amis, sa familles ou à ses camarades, il ne va pas hésiter à les secourir même si c’est des gens puissant comme des rois. Si il croise un voleur qui voleur pour survivre, il va faire simple de le capturer pour empêcher les poursuivants de le rattraper. Pour faire simple, il aide ceux qui ont besoin d’aide et enfin, Fenrir déteste les prétentieux.



₪ Mon compagnon à quatre pattes ₪


Spoiler:
 

Le familier de Fenrir est un loup blanc et gris qui se fait appeler Hati. Hati un grand loup qui mesure 1m30 de hauteur et pesa 90 kg. Son poil blanc et bleu est fin et soyeux, de longue grives blanches de 10 cm et des crocs de 4 cm. Il est immortel et a vécus pendant plus de 5 milles ans même les êtres les plus vieux se sent comme des enfant face à ce loup. Hati suit Fenrir depuis que celui-ci l'avait libéré d'une prison de glace. Ce loup à la connaissance des anciens dieux oubliés, apprend à lire et à écrire à Fenrir, lui donne des conseils et l'entraine au combat. Il n’intervient jamais dans les combats de son maitre sauf quand il a trop d'ennemi à s'occuper.


For: 4 Intelligence: 8
End: 5 Sagesse: 8
Dex: 10 Charisme: 5


₪ ET TOI ALORS ! ₪




Prénom / Surnom : Fen
Age : 18
Expérience Rp : je dirais 8 comme je sais jouer un chef de guerre.
Présence sur le forum : [8]
Comment avez vous découvert le forum : Par hasard ^^
Code : Validé !

[center]Statistiques :[20 points a répartir]

Fenrir
For: 7 Intelligence: 10
End: 7 Sagesse: 5
Dex: 5 Charisme: 6

la forme du roi loup
For: 10 Intelligence: 6
End: 7 Sagesse: 5
Dex: 8 Charisme: 4


Dernière édition par Fenrir le Sam 22 Mar 2014 - 15:04, édité 66 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fenrir
Maître d'arme
avatar

Expérience : 0

Le parchemin
Niveau: 0
Faction: Nouvelle Aube
Rang: Chef de Guilde

MessageSujet: Re: le nordique au destin maudit   Mar 8 Oct 2013 - 21:16


₪ HISTOIRE ₪



1- L'enfance

Fenrir est né dans les montagnes du nord dans un clan ou les meilleurs guerriers de grandes armés nordiques étaient formées. Ses parents appartenaient aux familles les plus vielles du village, son père était l'un des meilleurs guerriers et sa mère était la fille du chef. Pendant la nuit que sa naissance, d'étranges événements c'était produit, Sur les hauteurs qui entourent le village une immense horde de loup était sur les hauteurs et ils s'étaient mis à hurler sur un ton noble et fier comme un peuple qui fête l'arrivée de leur prince, le nouveau-né avait une sorte de tatouage sur son dos qui représentait une tête de loup.

Les habitants du village apeuré allaient voir l'un des prêtres du dieu Odin pour savoir ce qu'ils valaient faire, le prêtre décida de tuer l'enfant ou de ses parents se suicident pour que les loups repartent dans la forêt, les parents n'aient pas assez de courage pour voir leur enfant se faire tuer devant leur yeux décidèrent de se donner la mort.

Le vieux chef de clan, rongé par le chagrin et le remord, décida d'adopter l'enfant et de lui faire apprendre tout son savoir, pendant dix longues années. Après la mort de son mentor, il fut isolé à cause de son passé, et du apprendre à survivre par lui-même. Il aimait cependant se battre avec d'autres membres de son clan lors de compétitions. Comme le nouveau chef de clan détestait tout ce qui était non humain, il voulut le tuer, mais en fut empêché par les lois des Anciens. Il ne restait donc plus que le bannissement de Fenrir, mais pour cela, il fallait que ce dernier fasse une faute grave. Cela ne se produit pas pendant quelques temps jusqu'au jour où...

2- Le bannissement

Quand ce funèbre jour est arrivé, cela avait commencé par une dispute entre Fenrir et un autre guerrier de 20 ans qui avait déclaré devant ses amis
" Eh, compagnons, regardez qui est là ? Un être inférieur remplit de lâchetés et de sournoiseries."

Le jeune nordique, ayant entendus ces propos peu sympathique, répondit avec assurance et colère :

" Tu me traites de lâche alors que tu es incapable de me provoquer sans être accompagnés de tes "amis", tu n'es même pas assez fort pour ramener une tête d'ours, n'est-ce pas, Thorfinn...".

Ce dernier tremblait de peur devant tant de colère et de conviction, mais il réussit à répliquer

"Je ne suis certes pas assez fort pour ramener la tête d'un ours, mais toi, je vais te tuer à l'instant !"

En disant cela, il se jeta sur son adversaire, épée en main. Fenrir esquiva le premier assaut et en profita pour ramasser un long baton et fit face à son adversaire pour se préparer à l'assaut suivant. Les spectateurs formèrent une arène autours des deux combattants, tout en faisant des paris sur le vainqueur potentiel (Fenrir pour son courage, Thorfinn pour son épée). Après plusieurs assauts, le chef du village, ayant été prévenu de cette "petite" bagarre alla voir qui allait s'en sortir vivant et plus ou moins amoché quand même. Mais revenons au combat : au bout du cinquième assaut, profitant d'une faiblesse de son adversaire, Fenrir le frappa au niveau des côtes, qui craquèrent dans un bruit sinistre. Thorfinn, hurlant de douleur, mais également de haine, donna un coup en diagonale, réussissant par la même à entailler le ventre de son ennemi.

Voyant que le combat alla durer pendant plusieurs heures, le chef Aegir s'approcha des combattants et aux moments où ils lancent un autre assaut, Aegir les arrêta en pleine vitesse en les chopant par le cuir chevelu et les plaqua par terre. La foule ne comprenant pas ce geste demanda pourquoi il avait agi comme ça, l'homme de pouvoir leur expliqua avec une voix de ténor

-Si j'ai arrêté le combat, c'est à cause d'une des lois anciennes qui nous interdis de se battre entre nous sauf, si c'est un duel déclaré devant le chef et le prête du clan. Quand c’est deux-là vont se réveiller aller leur dire de nous rejoindre devant le thing.

L’homme partait en direction de sa demeure. On ramena les combattants dans leur maison. Le lendemain, Fenrir et Thorfin allèrent aux thing, Aegir leur demanda la raison de ce combat Fenrir lui expliqua qu’on l’avait insulté devant la place du marché à cause de son passé et qu’il s’était défendu oralement et que son provocateur l’avait l’attaqué arme aux points. Thorfin lui exposa les faits dans le sens inverse de ce qui cet passer. Les représentants du thing parlementaire entre eux, pendant une dizaine de minute le silence se fit et le prête du clan déclara :

- Selon vos versions des faits, celle de Fenrir semble la plus réaliste mais nous avons décidé de faire un duel ce après-midi entre les accusés.

Les deux combattants approuverez le jugement et allaient chacun de leur coté pour se préparé. Quelque heure plus tard, ils se retrouvèrent sur la place des duels ou attendais le thing et la foule, le prêtre gorm ordonna aux jeunes guerriers de se mettent en place, ensuite il prononça les phrases traditionnelles à faire avant chaque duel:

Nous sommes réunis ici par la volonté des dieux, pour être témoins du duel opposants Fenrir à Thorfinn, le choix des armes est libre qui meurt, perd qui fuit perd qui se retrouve dans l'incapacité de continuer le combat perd.

Gorm s'arrêta et laissa le chef Aegir prendre la parole :

Celui qui perd va devoir donner un tribut, si Fenrir perd il mourra et Torfinn récupéra ses biens, si Torfinn perd tu prendrais quoi? Fenrir regarda son interlocuteur et éclata de rire

je n'ai besoin de rien sauf la mort de ce sale chien qui est mon adversaire.

Après avoir dit ces paroles il se mit en position d'attaque et attendit le signal du chef pour commencer. Le chef recula jusqu'à la foule et déclara que le combat commence. Torfinn dégaina son épée courte et fonça vers son adversaire, il avait les yeux injecté de sang, il donna un coup bas aux genoux son ennemi. Fenrir évita de peu l'attaque qui entaille son genou, il en profita pour lui balancer une belle mandale en plein face, son adversaire recula et lança un nouveau assaut, le duel dura pendant plusieurs heures jusqu'à que le nordique à la marque de loup transperças son ennemi au cœur. Sans dire un seul mot Fenrir alla chez lui avec une torche enflammée rentre chez lui et mis feu à son seul lieu de souvenir en fessant cela il avait décidé de partir loin très loin de chez lui, il pris un cheval et parti aux triples galops pour s'échapper a la famille de Torfinn.

3: rêve ou réalité

Depuis qu'il était parti de son village Fenrir a voyager à pied (son cheval est mort à cause d'une attaque d'ours) pendant 2 ans sur cette terre, il se souvient quasiment de tous son passé, mais il a un jour dont il ne sait plus s'il y a vécu ce fameux jour ou c'est un rêve. Il se souvint seulement quelque passage très embrumé, il entendit un chant qui inspire la beauté et la tristesse la plus triste, il voit une jeune elfe qui joue de la lyre à côté d'une cascade et après il ne se souvient plus, mais il avait eu à ce moment-là cette fameuse lyre. Il espéra depuis ce jour trouvé la vérité sur ce qui s’est passé.

La  découverte du monde

Fenrir parcourra le monde à la recherche de gloire, de richesse et de la jeune elfe qui était apparus dans son rêve. Après plusieurs années, il s’était forger une bonne réputation en tant que mercenaire,  comme il avait de l’honneur, qui combattait comme personne  et de ses bagarres de taverne qui venait gâcher le reste. Le guerrier solitaire devient au fil du temps, le chef d’un groupe d’une vingtaine de compagnons. Cette bande sortait du lot,  car il avait la plupart des membres qui appartenait à une autre race. On pouvait dire que toutes les races étaient rassemblées.  Fenrir  les avait rassemblés lors de ses voyages. Ils pensaient que c’était l’esprit d’équipe et d’ouverture qui était au-dessus des vielles haines ancestrales de leurs peuples respectifs.  Ils vivaient heureux jusqu’à que arrive la guerre puis la peste.

La guerre première partir
Fenrir et sa bande avaient entendus les rumeurs concernant la guerre entre les elfes et les orques, mais ils pensaient que ces deux peuples n’auraient jamais le courage de se déclarer la guerre malgré les avis des orques et des elfes qui étaient dans la bande. Quand la guerre éclata, Fen ne savait quel clan rejoindre et demanda l’avis de ses compagnons. Ceux-ci ne savaient quoi  répondre, quand un orque  se lèvent et leur dit :

« Nous en avons discuté avec mes frères orque et avec nos compagnons elfes et nous avons trouvé un arrangement. Même si nous étions rejetés par nos frères de races nous ne pourrions  pas les affronter.

Le reste de la bande écouta les paroles de l’orque, Le chef nordique lui dit :
Et quel est cet arrangement ?

Nous allons nous battre pour les deux camps adversaires sans que l’un est l’autre ne sache la supercherie.

Je trouve que c’est risque mais je ne peux choisir de décisions sans le consentement du groupe... Mes amis vous avez le choix de choisir de entre dans cette guerre ou de rester en spectateur. Que choisirez-vous ? »

Tous les mercenaires  se levaient d’un seul et hurlèrent comme un seul homme leurs envies de se battre. Fenrir souris en pensent ce qu’ils allaient faire dans cette guerre. Pendant 4 ans, ils se mirent aux services des deux armées. Ils combattaient tranquillement jusqu’au jour où les espions des deux camps  où les espions des deux camps aient repérer la supercherie. Les chefs de guerres des deux forces décidèrent d’un accord commun de mettre fin à l’activité des mercenaires. Ils décidaient d’attaquer les mercenaires lors d’une nuit de pleine lune. Fenrir avait décidé d’installer son campement près d’une rivière. Il avait permis à ses compagnons de fête la victoire qui avait obtenus pendant la journée, la bière coulait à flot et la vigilance des gardes s’amenuisent aux fils du temps. Alors que la fête battait son plein, le chef nordique entendit un bruit suspect, se retourna et vit les orques et les elfes sortirent des bois et de la rivière. Il hurla à ses compagnons de se protéger mais l’attaque était tellement rapide que la plupart des combattant durent se battre à main nu pour se protéger. Le combat fut violent mais de courte durer. Les mercenaires avaient plus d’expérience que les combattants malgré le fait qu’ils se soient fait attaquer par surprises. Les mercenaires perdirent plusieurs des leurs et la pluparts furent blesser gravement. Fenrir ordonna de battre en retraite en emportant les corps de leurs camarades quand il entendit une voie l’appeler, il se retourna et vit une jeune elfe l’appeler. Il s’approcha enleva le casque et fut surpris de voir que c’était la même personne qui était apparus dans son rêve. Il commença à lui parler avec tristesse :

« C’est toi l’elfe qui est apparus dans mon rêve… pourquoi tu es ici ?

Celle-ci se mit à cracher du sang, on voyait qu’elle était blessée au niveau du ventre et qu’elle ne pourrait survivre, alors que Fen essaya de la soigner, elle l’attrapa au bras et  lui dit entre deux cahots de sang :

Oui c’est… bien … moi... on nous… a …. Donner l’ordre de vous tuer.

qui veut nous tuer ?

Les chefs… des armées en …places… ils ont découvraient… votre combine.

Je m’en fous de cette combine, il faut te soigner… Je n’ai pas envies de te perdre maintenant alors que je t’ai cherché pendant tout ce temps.

Com…ment …ça ?

Je t’ai aimé dès le premier où on s’est vu dans la forêt.

L’elfe sourit et répondit :

je fais mourir…

Tu ne mourras pas aux noms des dieux, je te sauverais la vie !

je te…. Demanderais de m’enterrer dans la clairière située au nord d’ici... pour rejoindre... Notre fille

Que... Quoi !?

La jeune femme utilisa toute son énergie pour prendre le coup du nordique et l’embrasser. Fenrir ne put résister à la douceur de ce baiser, baiser, il la prit quand ses bras et sentit la vie de celle qui aimer s’échapper de son corps pour venir en lui. Elle lui transmit ses souvenirs de son existence. Le nordique fut plonger dans un flot de souvenirs, il vit la rencontre entre eux et vit une vérité qu’il n’aurait jamais soupçonné. En effet il l’avait rencontré en la sauvant contre une bande d’esclavagiste, pendant ce combat il fut blesser gravement alors que la jeune femme en avait profité pour s’enfuir. Il avait erré pendant des heures en suivants l’elfe. Il s’évanoui de douleurs dans la forêt. Il vit aussi ce que c’était passer pendant sa convalescence. L’elfe était partir cherche des renforts et quand elle voulue retourner sur le lieu du combat avec les gardes. Ils trouvèrent le guerrier à quelque centaine de mètres de chez eux. Les soldats firent des soins d’urgence avant de le transporter quand la maison du guérisseur. Il vit qu’ils s’étaient occupés de lui pendant une semaine avant de s’en remettre aux dieux. Celle qu’il avait sauvez était resté à son chevet en train de prier. Il se réveilla par une matinée, et les premiers mots qui dit furent pour la personne qui était resté :

« est-elle revenus sain et sauf pendant que s’occuper de ses agresseurs ?

Oui elle est renter et c’est grâce à vous, mais pourquoi cette question ?

Car je n’aurais pas été digne de resté en vie alors qu’elle était en danger.

Ne dite pas de bêtise… le chef de ce village veut vous voir comme c’est sa fille Ninquelotë que vous avez sauvez. Rester ici je fais le chercher."

Le nordique regarda l’elfe ouvrir la porte et qui se mit à parler en elfique. Quelque seconde plus tard un haut elfe rentra dans la cabane et le remercia d’avoir secouru sa jeune dernière. Puis il présenta sa fille qui la jeune femme qui était resté. Fenrir se redressa sur son lit et put voir la beauté du visage de la fille du seigneur elfe. C’est de cette manière qu’ils tombaient amoureux de l’un et de l’autre. Le guerrier demande au père de la fille si il pouvait reste quelque temps dans le village. Celui-ci accepta et lui offre une vielle bâtisse abandonner situer au cœur du village. Après s’être installé dans sa nouvelle demeure, il resta pendant quelques années où il vécut heureux et à l’abri du monde.il avait épousé Ninquelotë et avait eu une petite fille qu’il nomma Lalwendë. Mais un soir, un immense loup noir aux yeux injecter de sang  arriva avec sa meute et se mirent à tuer ce qu’ils vivaient en ces lieux. Les gardes sonnèrent l’alarme mais il fut trop car les loups avaient commencé à faire leurs tueries en massacrant les sentinelles. Fenrir entendit les hurlements des loups et des cris de souffrances, il sorti de chez lui l’arme à la main et se mit à tuer les loups qui passa à coter de lui. Il ordonna à sa famille de rejoindre les autres dans la salle du conseil. Puis il aida les troupes elfes en train de se battre. Il était armée de son épée et avec le torse nu. Alors qu’il affronter un groupe de loup, il entendit un cri  trident, se retourna en embrochant l’un des loups et il vit que Lalwendë était aux prises avec le chef de la meute. Il accourra au secours de sa fille. La petite fille vit son père et alla vers lui. Alors qu’il restait à peine quelque mètre entre le père et sa fille.  Le chef de meute attrapa l’enfant semi-elfe et la dévora devant les yeux du nordique puis il lui dit :
Tu dois être un marqué de la nouvelle génération.
Fenrir était trop choquer de ce qui venait de passer pour pouvoir répondre, il ramassa sur le sol le jouer de Lalwendë tacher de sang. Le loup s’approcha de lui tout en disant :
Tu n’as rien à faire là, ta place est parmi nous. Tu seras le serviteur du roi loup et tu auras tout ce tu voudras.
Même ressusciter les morts ?
Oui, il en est capable. Il est l’égale d’un dieu mais la seule chose à faire est de te soumettre.
Fenrir regarda le ciel pendant quelque seconde, puis il prononça avec rage:

«Tu as pris ma fille, attaquer mes amis et tu me dis de me soumettre ! Je suis mon seul maître de mon destin ! Vous allez tout périr pour vos crimes!!!! »

Il était dans un tel état de colère qu’on pouvait voir que du sang coulait sur le pommeau de son épée. La marque qui se trouvait sur son dos se met à briller de mille feux. Les combats s’arrêtaient, les bêtes sanguinaires furent prises par un sentiment de peur et les elfes furent surpris de ce phénomène.  Le chef de la meute resta impassible devant la colère de l’humain et et l’attaqua par un coup de griffe. Fenrir esquiva sans problème et fit une contre-attaque en direction de de la tête de son adversaire. Le loup envoya valsé le nordique dans les airs à l’aide de sa queue et l’attrapa en plein vol avec l’une de ses pattes, puis le plaque sur le sol et se mit à rire de son adversaire :

« C’est ça ta force, tu nous pourras même pas nous servir… t’es trop faibles pour représenter une menaces pour qui que ce soit. Disparais maintenant »

Il se mit à augmenter la pression sur le nordique. Celui-ci hurla de douleur, de haine et de colère. La marque se mit à briller avec force, du sang se mit à couler sur tout le corps du guerrier. Ses yeux changèrent de couleurs, ils deviennent jaunes avec la pupille fendue, sa peau devienne grises et ses dents deviennent comme celle des loups. Il planta son épée dans le membre de son adversaire, ce qui permit de se libérer. Il sentit que son être était devenu plus fort. Il regarda son adversaire, commença à avancer avant de se mettre à courir. Il esquiva toutes les attaques de son adversaire et en profita pour blesser son ennemi sur le flanc. Le loup n’arriver plus à le suivre et pris conscience qu’il n’avait plus de chance de le vaincre. Il reconnut en la personne du guerrier, la même aura de son maître. Il ordonna la retraire à sa meute et commença à fuir. Fenrir se met à le poursuivre, pris une lance sur le cadavre d’un elfe et lança l’arme dans l’un des genoux de la bête. L’animal s’écroula sur le sol et essaya de se relever, mais le nordique était déjà arrivez à sa hauteur et sans état d’âme lui trancha la tête. Les elfes eurent peurs en voyant un simple humain devenir un montre et en tuant avec une facilité déconcertante le chef des assaillants. Ils savaient plus quoi faire quand celui qui pensaient connaitre alla les voir et leurs dit que tout était fini avant de sombré dans le sommeil. Il resta inconscient pendant plusieurs jours, quand il se réveilla, on lui dit de partir pour le bien de tout.    Il partit après avoir dit adieux à ceux qu’ils connaissaient et jura à son épouse de revenir. Puis il consentit à que La sorcière du village lui enlève les souvenir lier à cet endroit. Ensuite Fenrir vit dans la mémoire de Ninquelotë les dernier instant que sa vie et il vit qu’il l’avait blessé. Ce n’était d’autre que lui.

Il fut tellement déconcerter qu’il n’avait pas remarqué que ses hommes l’avais soulevé et le retenais pour qu’il ne rejoint pas sa bien-aimée. Il ordonna à ses mercenaires de le laisser mais ceux-ci refusèrent, le nordique envoya au sol ceux qu’il le retenait et avait sortir son arme. Les mercenaires sortirent leurs armes pour se défendre. Ils allaient se battre quand un éclaireur arriva pour leur dire que des renforts ennemis arrivaient. Le chef des mercenaires en entendant cela, il retrouva un peu la raison et ordonna aux hommes de se replier vers le nord avec les blessés, les morts de leurs camarades et du cadavres de sa bien aimé. Alors que les autres obéissaient, les plus vieux frères d’armes s’arrêtaient quand ils virent que Fenrir resta sur place. Ils allaient le cherche quand ils croissaient le regard de leur chef. Il était chargé de haine et de colère, la seule chose qu’il dit était qu’ils partent. Les compagnons du nordiques s’en ailleraient à contre cœur. Alors que la bande de mercenaires fuyaient, il entendit le bruit du combat entre leur chef et les assassins puis vient le silence.

Trois jours ce sont passer depuis les évènements de l’attaque. Les mercenaires avaient monté un bivouac pour soigner leurs blessés et enterrer leurs morts. Alors qu’ils pensaient quitter les lieux, l’une des vigiles vit le familier de Fenrir. Celui-ci demanda au mercenaire de le conduire au nouveau camp. Dès qu’il fut arrivé au campement, le loup aux couleurs blanc et bleus, leurs dit de venir avec lui pour s’occuper de Fenrir. Et sans répondre aux questions des combattants, le familier s’en alla. Un groupe de dix personnes l’accompagna sur les lieux de l’attaque et ils virent une montagne de cadavres d’orcs et d’elfes. Les frères d’armes de Fen avancèrent en prudence, en s’approchant de du tas de mort, l’un qu’eux aperçus une personne qui était debout au milieu des morts. C’était Fenrir, il avait des blessures de partout et avait tellement de sang sur lui qu’on ne pouvait voir la couleur de sa peau. Alors qu’ils étaient à quelques mètres de là, le nordique se retourna et les attaqua, les mercenaires esquivaient l’attaquer et sortir les armes quand ils virent les yeux de leur chef. Ils étaient  blancs. Hati dit à ses compagnons que son maître à perdus sa conscient et que son corps agit par l’instinct. Il leurs dit qu’il ne reste plus assez de force dans le corps de Fenrir pour se battre. L’un des mercenaires sortit une corde, en fit un lasso et attrapa le bras armée du nordique et ordonna à ses partenaires de se saisir de leur chef. Ceux-ci obéissaient et après quelque secondes de luttes, ils réussissaient à capturer Fen. Ils l’emmenaient au campement pour le faire soigner. Il se réveilla aux bouts de quelques jours. Il regarda autour de lui et vit une jeune femme mi humaine, mi animal de couleur grise qu’il s’occupait de lui. Il se releva un peu de sur son lit et demanda à la demoiselle où il se trouvait. Celle-ci lui répondit qu’il se trouvait dans un campement de réfugier. Il voulut sortir de son lit quand Hati rentra dans la tente et demanda gentiment à l’infirmière de sortir. Après que celle-ci soit sortir, le loup s’approcha du guerrier et lui dit :

Tu as de la chance de t’en être sortir vivant… Nous avons à parler de choses plus graves de cette guerre.

Comment ça ?

Tu ignores beaucoup de choses sur des pouvoirs et à cause de ça tu risques de mourir.

Comment ça ?

Je n’ai pas le temps de t’expliquer alors suis moi.

Alors que je suis blessé et que je refuse d’abandonner mes hommes.

Hati sauta sur le nordique, le fit tomber, et se mit à le menacer :

Tu n’as pas le choix sombre idiot. Tu es obligé de devenir le nouveau roi, sinon c’est la mort. Tes hommes ne peuvent combattre pour le moment, ils doivent se reposer.

Laisse-moi faire un discours, je veux mettre un terme à cette guerre.

Ok alors fait vite, nous avons plus beaucoup de temps.
Hati descendit du corps de Fenrir et prononça des paroles d’un langage incompréhensibles. Il était en train de soigner les blessures de son maitre. Après quelque secondes, Fenrir sortir de la tente avec son équipement, monta sur une table et appela ses compagnons à l’écouter. Après quelque minute, le temps que tout le monde se rassemble :

Mes amis, Après l’attaque que nous avons subis, on a perdus des camarades et la plupart d’entre nous est blesser… Cette guerre a trop duré, il est temps pour nous de l’arrêter. Les autres nations sont faibles ou ont peurs des orques et des elfes… Nous ne craignons personnes, on peut changer la face du monde, mais pour ce faire, il nous faudra plus de monde. Nous recruterons des personnes qui ont le même état d’esprit que nous… Je dois partir un temps pour régler des affaires qui vont nous aider pour la suite dans cette guerre. Si je ne reviens pas au bout de trois mois, cela voudra dire que je suis mort et que vous choisirez  un nouveau leader. Mais n’oubliez pas… Nous sommes une famille et la seule loi qui prime est celui-ci de l’esprit de groupe. Alors allons de l’avant et créons un nouveau monde pour nous !

Les mercenaires applaudissaient leur chef tandis que celui-ci descendit de la table et fit ses adieux à ses plus vieux combattants. Puis il partir vers le nord avec hati. Ils allaient à l’endroit où Ninquelotë a été enterrer, Fenrir pleura sur sa tombe avant de reprendre la route. Hati guidait son maitre vers un endroit que seuls les loups connaissaient.

La lutte au pouvoir et le fardeau du roi loup.

Cela fessaient cinq jours que Fenrir et Hati étaient parti du campement. Ils avaient traversé les territoires du nord qui étaient situer prés du royaumes des démons pour arriver ensuite devant une forêt sombre, le familier guida son maitre dans une petite clairière et lui proposa de s’arrêter ici pour la nuit. Fen accepta la proposition et commença à monter le camp. Après que le bivouac soit mis en place, le nordique alluma un feu et  mis un cuire un morceau de gibier. Le guerrier dit à son loup :

- Comment tu es au courant de la marque puisque je n’en ai pas parlé avec quoi… certes tu l’as vu mais tu ne savais que je l’avais depuis ma naissance.

- En temps normal, je t’aurais rien dit, mais comme nous allons voir le roi loup… il est temps pour toi d’apprendre la vérité sur l’origine de ta marque.

Hati s’approcha du feu et continua à parler :

- Tout a commencé au début des peuples civiliser. Le royaume qui régnait autrefois sur ces terres avait une troupe de soldats d’élite qui se distendaient des autres soldats. En effet, ils pouvaient parler avec les bêtes et avoir les mêmes capacités de l’une quelle. Pour mettre en évidences l’animal qui voulait avoir, ils passaient une épreuve où ils recevaient une marque semblable à la tienne. Ils devaient supportés la douleur et la force bestiale du tatouage pour mériter son totem et entre la compagnie… Ces hommes et ces femmes fessaient régnés l’ordre dans le royaume jusqu’au jour où l’un des suzerains décida de les rayés du monde pour plaire à l’un des ordres d’une religion maintenant disparus. La groupes de soldats voulurent se défendre de leurs bon droit mais la population et les politiciens s’étaient ranger sous la coupe des religieux… Ils eurent une chasse à l’homme qui dura pendant plusieurs dizaine d’année ou ils furent tout anéantit. Un seul d’entre eux réussi à s’échapper du massacre et promis de se venger de ce royaume. Il était avec son compagnons loup et ils se sont diriger vers l’est pour s’enfuir loin de leurs poursuivant. Au cour de leurs errances qui dura plusieurs année, ils trouveraient une source de pouvoirs qui leurs permettrais de se venger. C’était un vieux puits abandonné par les vivants. Ils renfermaient une telle puissance que nous étions fascinés…
Fenrir en entendant ces dernières paroles, se leva, pris de stupeur par ce que disait son familier. Il répliqua sur un ton sec et froid :

- Comment ça nous… Tu veux me faire croire que t’as vécus à cette époque… ça serais impossible.

- Et pourtant tout et vrai. Nous sommes devenus immortelles en buvant l’eau du puits, mais nous avons payé le prix forts pour en boire. Mon ancien maitre a perdus tous ses sentiments pour faire placer à une grande colère destructrice, alors que moi pour avoir cette vie éternelle, j’ai dû accepte de vivre avec tous mes souvenirs quel qu’il soit…. Ensuite nous sommes retournés dans notre patrie… Pendant le voyage de retour, mon maître appris à contrôler ses nouveaux pouvoirs. Il réussit à maîtrise des meutes de loups pour le servir. Alors que notre armée augmentait en taille, les anciens loups refusaient de voir leurs progénitures se faire asservir par un simple humain.

- Les anciens loups ?

- Ce sont les premiers loups qui sont nés sur ce monde. Ils ont régnés sur le monde animal dans les territoires du nord. Tous les loups de cette époque les respectaient et les craignaient… enfin revenons sur mon histoire. Alors que nous étions à une semaine de marche de la frontière du royaume, Nous vîmes une meute de loups qui avancer sur nous, je pris peur en voyant les loups que formait cette horde… Imagine des loups qui vont la taille d’une maison. Et je vis les loups qui menait cette meute, c’était les anciens loups. Ils étaient aux nombres de dix et chacun d’eux dirigeants une horde de plusieurs milliers de loups… Je pensais que nous étions perdus mais mon  maître au lieu d’avoir peur, sourire et alla à la rencontre de cette gigantesque armée. Je le vis se transformer en un vieux guerrier, il était dans une armure d’acier, on voyait des traces de sang sur certaine partir de son armure, il avait un casque d’aciers avec deux cornes de minotaure donc une casser en deux. Les anciens le virent avancer sans aucune hésitation. Le plus sage des anciens ordonna à ses frères et sœurs de s’arrêter, puis il alla à la rencontre de l’humain pour parlementer. J’ignore ce qu’ils ont dit, car quelque instant plus tard, ils étaient en train de se battre, les anciens loups voyaient le plus sage des leurs en dangers, accoururent pour l’aider. Je ne pouvais intervenir ni aucun des autres loups. Il était seul face aux dix loups les plus puissants de ce mondes ai connus et pourtant il gagna. Après ce dur combat, il brula les corps de ses ennemis par pur respect avant de prendre le contrôle sur la horde de loups… Quand nous arrivons aux portes du royaume. Mon maitre qu’on surnommait maintenant le roi loup, lança son armée sur les toutes les villes et village de ce empire. Il n’eut aucun survivant parmi les habitants et le roi loup trancha la vie des maitres de religions et de son ancien souverain… Il créa un trône dans une vielle caverne qui annule tout pouvoir magique et il attendit pendant plusieurs millier d’année avant de quelqu’un le tue… j’ai servis les différents roi loup jusqu’au jour où l’un d’entre eux m’emprisonna dans la glace.

- Je comprends un peu mieux mais ma marque dans tout ça ?

- Je l’ignore, car ceux que j’ai servis ne l’avais pas créés… tu auras ta réponse bien assez tôt.

- Comment ça ?

- Regarde derrière toi.

Fenrir tourna la tête, il vit une bande de loups aux pelages rouges qui le regardait. Il se leva en vitesse et dégaina son arme. L’un des loups, s’approcha et lui parla avec douceur :

- Nous ne sommes pas venus nous battre, on nous a envoyé pour vous chercher. Le roi loup vous attend.

Le nordique demanda à hati ce qu’il fallait faire, le familier répondit que le mieux était de les suivre.Le nordique demanda à hati ce qu’il fallait faire, le familier répondit que le mieux était de les suivre. Ils suivaient donc les loups écarlates dans la forêt. L’obscurité et els ténèbres régnaient en maitre sur ces terres. On entendant parfois les voix lugubres des êtres tomber lors de l’assaut par le premier roi loup. Aux bout de plusieurs heures de marche à travers la forêt et les ruines de l’ancienne capitale, ils    atteignaient l’entrée d’une caverne, les guides s’arrêtaient là et leurs indiqua le chemin. Hati les remercia et pris le chemin de la grotte tout étant accompagné par le guerrier. La grotte était remplir de peinture muraille, elle racontait la vie de tous les rois loups et celle de hati. Alors qu’il s’enfonça dans la caverne, la peinture laissa place à des marques de sang et au bout du couloir. Fenrir vit une salle remplir de trésor en tout genre, des torches étaient fixer sur les murs et ils avaient  deux flambeau qui éclairaient un vieux trône, il était en pierre blanche, rehausser d’or et d’ivoire… Alors que le nordique continua à avancer, son familier s’arrêtât et dit avec respect :

- roi loup, votre heure est venus de remettre votre titre en jeu.

Une femme apparus, elle était vêtue d’une armure en peau, et avec le tatouage sur sa joue droite. Elle s’avança dans la lueur d’un des flambeaux. Fen regarda cette magnifique femme. Elle avait les traits fin, une peau blanche comme de la neige, une chevelure de feu et des yeux vert clairs. Elle regarda avec dédains le guerrier, mais fut surpris de voir Hati. Elle sourit et dit avec une voix sensuelle :

- Ainsi donc, quelqu’un t’as libérer de la prisons de glace que j’avais pour toi, il y a 500 ans, mon pauvre amis et la personne qui t’as libérer dois être morte à cette heure-ci… ça ne peut pas être ton compagnons, il est faible et sans aucune valeur.
Fenrir dégaina son épée et allais attaquer, mais le loup millénaires le regarda dans les yeux et lui dit que ce n’est pas le moment pour se battre. Puis le familier souris et lui répondit avec un certain amusement :

- J’avoue que ce gamin est immature, sans cervelle mais c’est lui qu’il m’a libéré. Il a la marque du seigneur des loups sur lui et il a une force que nul autre posséder sur lui.
La reine se mit à rire de tout son souffle :

- Tu veux me faire croire que ton compagnons et digne d’être le prochain souverain ? La marque originelle n’existe plus depuis mon règne. J’ai créé un nouveau maléfice pour permettre d’avoir une armée qui me permettrait de prendre ce monde. Ceux qu’ils l’ont reçu sont obliger de m’obéir jusqu’à la mort… Et comme ton crétin de compagnons n’est pas sous mes ordres… il ne peut avoir de marq…

- Ferme ta gueule salope !!!

Le nordique avait coupé net la parole de la reine louve. Il avait gardé trop longtemps sa colère et  elle avait augmenté au fil de la discutions. Il enleva sa cuirasse de fer, enleva ses vêtement et il montra la marque qu’il possédait. Il vit la réaction de la femme. Il dégaina sa lame et l’attaqua. Son adversaire esquiva l’assaut et pris une lance. Le guerrier ne laissa aucun répit à son ennemi. La haine et la colère avait pris son être et son âme. Il était devenu une bête de guerre sans pitié. Hati regarda le combat et il vit quand l’aura du nordique la silhouette du premier roi loup. Fenrir ne ressentait plus la douleur et il serait de toutes ses forces son arme et son bouclier que ses mains saignaient. La reine louve esquiva sans problème ses attaque et le blessa à plusieurs reprisses tout en se moquant de lui. Elle le désarma, le mit à terre. Alors qu’elle allait le tuer, elle vit la lyre dépasser de la sacoche de sa victime, elle planta sa lance dans le bras droit de Fen et cloua la main gauche de son ennemi avec une dague. Le guerrier hurla de douleur, il vit la femme ramasser la lyre de sa bien aimé. Il menaça la guerrière de laisser l’instrument tranquille, celle-ci vit un sourire sadique et pris une autre dague et commença à couper les cordes de la lyre devant les yeux de son adversaire. Fenrir vit la lyre se faire détruire par cette femme sans cœur. Il revit en image le visage de Ninquelotë et Lalwendë. A cette penser, il sentit le pouvoir de sa marque se manifester. Il n’avait plus ressentir cette puissance depuis ce jour funeste, quand il perdit sa fille. Il enleva sa main du sol malgré que la dague soit resté dans sa paume, pris la lance et l’arracha de son bras. La reine louve fut surprise de cette soif de sang et de cette combativité. Elle prit une épée qui était dans le trésor et attaqua le nordique. Celui-ci lança la lance quand la direction de la combattante, enleva la dague et se mit à parler dans sa langue :

- disparais misérable créature, que la force du véritable roi t’emporte dans les enfers !!

Il se transforma après avoir dit ces paroles. Ses yeux changèrent de couleurs, ils deviennent jaunes avec la pupille fendue, sa peau devienne grises et ses dents deviennent comme celle des loups. Il arrêta à main nu l’attaque de la guerrière. Celle-ci utilise son pouvoir sur lui, des flammes apparais sur son armes et alla sur le corps du nordique pour le bruler. Fenrir se moqua des flammes et il laissa la marque l’envahir. Hati fut troublé quand il fit le tatouage changé de forme. La tête se changea en un loup bleu aux yeux rouges perchez un roc noire. Le familier fut plus surpris que voir que le feu est attiré par la marque. Il comprit que la puissance du feu était la source de ce changement de forme. Pendant ce temps, Fenrir continua à se battre contre la reine louve, alors qu’elle allait toucher un point vital du nordique, elle fut prise de terreur. Le guerrier en profita pour lui transpercer le cœur avec son arme. L’ancienne reine louve s’écroula sur le sol et son corps se transformât en poussière. Le vainqueur de ce combat se retourna et vit qu’une meute de loup s’était rassemblée. Hati s’avança avec la lyre de son amour en parfait état. Il la déposa aux pieds de Fenrir et dit sur un ton solennel :

- Mes frères, nous avons un nouveau roi. Il est digne de nous gouverner, il s’est imposer face à notre ancienne reine dans un combat royale. Comme la tradition l’exige pour devenir le roi loup, tu dois te mettre sur le trône. il va recevoir la bénédiction des loups et il sera immortelle comme le fut tous les nos souverains

Le guerrier alla sur le trône, alors que les loups chantèrent un chant célébrant la lune, il écouta le chant avec attention. Il trouva ce chant magnifique et quand il s’assoit sur le fauteuil de pierre. Il ressentit une vague d’énergie l’envahir et il vit l’image d’un puissant guerrier, puis plus rien. Fenrir se réveilla quelque heure plus tard et il qu’il était seule. Il se leva, s’équipa d’une armure d’acier qui se trouvait dans le trésor et sortir de la grotte. Il trouva son compagnon en train de surveiller l’entrer. Il lui demanda ce qui c’était passer, mais celui-ci répondit que ce n’était pas la peine de lui expliquer. Le nordique compris et dit à son compagnon qu’il était temps pour eux de retrouver les mercenaires.

La guerre deuxième partir, la peste et la création de l’aube nouveau.

Pendant le trajet de retour qui dura un moi, Hati appris à Fenrir comment maitriser ses nouveaux pouvoirs. Celui-ci commença à maitriser l’un des pouvoirs, les yeux de Skoll. Ce pouvoir lui permettait de mettre la peur dans le cœur de ses adversaires. Il arrivait à contrôler sa forme de roi loup, mais il ne pouvait plus la contrôler au-delà de 6 heure d’affiler. Il se laissa pousser la  barde et les cheveux, ce qu’il lui donnait une impression charismatique d’un empereur gouvernant avec sagesse et force sur son peuple. Avant d’entrer dans le campement, il alla sur une colline et il vit une masse d’homme et de femme de toutes races qui s’étaient rassemblé sur l’ancien lieu de l’infirmerie de campagne. Il descendit de la colline et alla à la rencontre de sa future armée. Quand les gardes le virent arriver, l’un qu’eux sonnait dans une corne, les plus anciens vétérans de fenrir arrivaient en courant et accueillir leur chef sous des acclamations de joie. Fenrir les remercia et alla au centre du campement avec ses fidèle, monta sur un rocher et demanda l’attention de tous :

« Mes frères, mes sœurs… Il est temps pour nous d’arrêter cette guerre. Nous sommes réunis pour un même idéal, nous voulons ramenés la paix dans ces temps troubles. La seule chance de réussir est de faire  un exploit qui nous permettra de faire plier les décisions des rois des deux factions. Pendant mon voyage, j’ai vu et entendus des rumeurs d’une bataille qui va se dérouler quand quelque jour. Nous allons battre les deux armées et les survivants vont raconter à leurs supérieurs notre puissance… ils n’auront pas le choix de parlementer avec nous et la paix reviendra grâce à nos efforts et aux sacrifices des nôtres. Que ceux qu’ils veulent se battre pour une nouvelle ère de paix lèvent leurs armes et ceux qu’ils ne veulent ou ne peuvent pas se battre se rentrons utiles en soigner les blessés répandre les rumeurs de nôtre puissance… Nous aurons besoin de tout le monde pour gagner cette guerre. Je ne dirais d’un seul mot… En avant compagnons !!»

Il dégaina son arme, son armée fit de même en lui jurant de le suivre jusqu’à la mort. Le nordique sourire en voyant la fidélité de ses compagnons malgré la peur de mourir prochainement. Il organisa une grande fête pour fête la bataille à venir. Il voulut que ces hommes s’amusent une dernière fois avant d’allers affronté la mort. La fête dura pendant deux jours et quand le soleil se lève aux troisièmes jours. Le chef nordique convoqua ses lieutenants pour faire part de ses nouveaux pouvoirs. Ceux-ci furent surpris et ne s’avaient quoi répondre. Fen leurs fit promettre qu’ils ne diront rien jusqu’à leurs mort. Puis l’armée se mit en marche vers le lieu où aura lieu la prochaine bataille. Fenrir demanda à hati de rassembler le plus de loup possible. Le familier obéi et partir de son côté. Après deux jours de marche, l’armée arriva sur le lieu du combat. Les soldats de fenrir comptaient environ 500 hommes. Il ordonna à ses frères de combats d’établir le camp. Alors que la nuit tombais sur le campement, Fenrir attendit son familier perché sur un rocher. Le nordique resta là à attendre, et c’est au milieu de la nuit qu’il vit Hati revenir. Le guerrier descendit de son perchoir, alla à la rencontre du loup blanc et lui demanda s’il avait réussis à convaincre les loups de venir. Hati fit comme seul réponse un sourire sadique, hurla et des loups sortirent de toutes parts. Fen regarda les différents loups, certain étaient aussi grand que lui alors que d’autre avec des couleurs de fourrures différentes (rouge sang, gris et noir). Le nordique sourit et demanda à son compagnon combien de loups il avait réussi à convaincre de venir se battre. Celui-ci lui dit qu’une meute de 1000 loups étaient déjà arrivé et que le reste va arriver demain matin après le lever du soleil. Le chef des mercenaires le remercia et alla dans sa tente pour dormir.

Quand l’aube commença à se lever, Fenrir à l’abri des regards se transforma en roi loup et alla voir ses hommes sous cette nouvelle forme. Les guerriers ne se posaient pas de question, comme ils pensaient que c’étaient son armure pour la bataille. Fen avait positionné ses guerriers en ligne de bataille et les avais mis quand la forêt, pour avoir un effet de surprises. Il attendit avec ses hommes pendant quelques heures, quand les guetteurs signalent l’arrivée des deux armés. L’armée des orques arriva par le nord Est alors que les elfes et leurs alliés venaient du sud. Alors que les armées se mettaient en position de bataille, alors que les combattants des deux armées se mit à insulter ceux d’en face. Le chef nordique ordonna à ses sonneurs de combats de signaler leurs venus. Alors que les hommes se mirent à souffler dans leurs cors de guerres,  Fen sortir de la forêt avec son armée. Les troupes orques et elfes fit cette troisième armée. Ils se demandèrent à qui appartenait ces hommes et ce qui vont en ce lieu. Ils ne s’avaient pas quoi faire quand il entendit une voix forte et grave venant de cette mystérieux armée :

- Soldats, il est temps pour nous d’arrêter cette guerre ! Il a eu assez de mort dans les deux camps… le monde d’Alésia en a assez de ce massacre inutile… Regagner vos foyers et vos familles et vivez heureux… Mais si vous voulez vous battre. Il va valoir nous passez sur le corps de mes hommes et de me vaincre… Si vous en avez le courage ! Ulvene kommer til min opfordring til at hjælpe mig i denne kamp! De reagerer på opfordringen fra Wolf konge!  (Que les loups viennent à mon appel pour m'aider dans ce combat. Qu'ils répondent à l'appel du roi loup)

Après avoir prononcé son discours, des milliers de loups sortiraient de toutes parts. Alors que son armée tremblait de peur, Fenrir s’avança en directions des armées adversaires, il fut entouré par son familier et par plusieurs dizaine de grand loup. Les loups encerclaient sur le champ de bataille et attendaient l’ordre de se battre. Alors que le roi loup continua son chemin en direction des deux armées, ceux-ci prirent conscience que s’ils y voulaient survivre étaient de soit se rendre ou de se battre avec leurs ennemis héréditaires. Les orques furent les premiers à vouloirs attaques les loups, puis les troupes elfiques les suivirent quand une lutte sans merci. Envoyant les guerriers ennemis attaques ses frères bêtes, Fenrir ordonna l’ordre à son armée d’attaquer. Les loups se mirent à ruer sur les premières lignes de combattant, qui céda à l’assaut de ces montres. Le nordique accompagné par ses hommes se dirigeait vers les généraux, il divisa son armée en deux et chaque groupe devaient capturer le chef de l’armée. Fen s’occupa de l’armée Orque, alors que l’autre s’occuper des elfes. Les combats furent d’une rare violence, les loups tuaient avec une telle force et une telle férocité que les plus puissants guerriers des deux camps prirent peurs et commencèrent à s’enfuir. Fenrir ordonna aux loups de capturer le plus de survivant possibles, des loups plus petit de couleurs rouges s’occupaient de cette tâche. Ils s’élancèrent sur les fuyard et les arrêta en les rendant inconscients ou en les immobilisant. Les chefs ne s’avaient plus doit faire pour contre cette menace. Fenrir trouva le chef orque avec sa garde d’élite en train de se battre contre des loups. Le nordique fonça en direction des orques et se mit à faire voler les têtes des guerriers aux peaux vertes avant d’affronter le chef. Son ennemi était un orque normal avec deux  haches. Après quelques passes d’arme,  le roi loup désarma son adversaire et le blessa à la jambe et à l’épaule droite. Il laissa son adversaire à ses hommes et alla aider l’autre groupe quand il vit que ses lieutenants avaient capturé le commandant elfe. Après la capture des généraux, les soldats qui restaient sur le champ de bataille, déposaient leurs armes pour demander grâce. Fenrir arrêta le massacre et ordonna à ses hommes et ses loups de regrouper les survivants. Il avait à peine un millier de survivant sur dix milles d’homme qui composaient les armées orques et elfes. Le chef nordique demanda à ses hommes de lui amener les deux chefs de guerres pour leurs parlers. Après quelques minutes, Fen s’adressa à ses deux prisonniers :

- Je vous laisse la vie sauve… si vous dites à vos maitres de mettre un terme à cette guerre.

Les commandants furent surpris de cette proposition, l’orque éclata de rire :

- Tu crois vraiment que nos peuples vont s’arrêter de se battre, car un humain leurs demande de s’arrêter… Tu rêves un peu trop.

Le roi loup fit un sourire sadique en écoutant les paroles de la peau verte.

-  Vous pensez vraiment que vous avez le choix, je vous ai écrasé avec une telle faciliter alors que je n’avais pas encore toutes mes forces. Si la guerre persiste, je n’aurais aucun regret à massacrer vos peuples respectifs qui en sont les responsables. Maintenant partez avec vos hommes et que j’entends les rumeurs de la fin de ce massacres. Mes yeux et mes oreilles vont vous surveillez alors faites ce que vous devez faire.

Il prit une dague et détacha ses prisonniers, ceux-ci le regardaient dans les yeux et comprirent qu’il ne mentait. Les chefs prirent leurs hommes et retourna quand le campement. Le nordique ordonna à ses hommes de bruler les morts. Plusieurs immenses bûchers furent installés et l’odeur du feu se répandait sur plusieurs kilomètres du champ de bataille. Après cette bataille, il eut une rumeur qui disaient que les rois orques et elfes allaient faire un traiter de paix. Alors que les préparatifs des délégations de la paix se préparer, une maladie arriva sur les terres d’Alésia. C’était une peste mortelle et foudroyant, elle dura pendant deux trois ans qui pendant le début de son apparition fit d’innombrables victimes, elle causa plus de mort en quelque mois que la guerre qui avait duré plusieurs années.  Fenrir et ses hommes essayaient de sauver le plus de personnes possibles mais ils n’avaient pas les connaissances nécessaires pour porter secours aux gens. A la place ils escortaient les médecins et tous les hommes et femmes de sciences. La peste n’avait pas attient le nordique mais la plupart de ses hommes furent contaminer par la peste. Alors qu’ils souffraient quand d’atroces souffrances, Fenrir demanda s’ils voulaient une mort rapide où attendre que la maladie s’en allé. La plupart des guerrier choisissaient la première solution,  alors que ceux qu’ils avaient pris la secondes options finissaient par mourir et seul quelque rare personnes réussi à s’en sortir. Quand la maladie s’en alla, le chef nordique fit que la plupart de ses plus vieux compagnons étaient partir rejoindre leurs ancêtres. Il voulait crée une guilde pour empêcher que les guerres ne reviennent sur Alésia.  Alors qu’il réfléchissait au nom de la guilde, le soleil se leva avec une telle beauté que  le roi loup décida de nommer sa guilde « La Nouvelle Aube ».  Au début la guilde recruter beaucoup de gens qui avaient tout perdu à cause de la guerre. Ils commençaient à rechercher les criminelles, mais plus ils avaient de l’affluence et plus les rumeurs de nouveau massacres commis au nom de la guilde arriva aux oreilles du nordiques. Quand Fenrir appris ces rumeurs, il fut dans une telle rages que tout ceux qu’ils étaient présent à ce moment-là furent traumatiser par l’aura de peur que dégager leur chef. Il ordonna à ses loups d’enquêter et de trouver les imposteurs. Pendant quelques années, le maitre de la nouvelle aube traqua sans relâcher ceux qui avaient souille le nom de sa guilde. Il vit que même certain que ses hommes n’hésitaient pas à tuer ceux qui pensaient avoir commis un crime sans en avoir de preuves. Le roi loup fut sans pitié envers ceux qu’ils avaient trahir sa confiance. Il fit mettre sur ses hommes et sur les nouvelles recrues, un tatouage qui représentaient un lever de soleil. Ces tatouages furent enchanter et permit de s’avoir si on a affaire à des imposteurs ou non si on rencontrer un autre membre. Grace à ce système, le nombre d’imposteurs disparus comme neige fondus. La guilde pris une nouvelle réputation et continua à mettre en place une paix qui devraient durer pendant plusieurs années. En ces temps de paix, il a une guilde qui s’appelle Algos qui protèges les criminelles et tuer tues tous ceux qui appartiennent à la nouvelle Aube. C’est le début d’une guerre entre guilde, mais le roi loup ignore qui va gagner dans cette guerre et décida de laisser le destin faire son œuvre.

Le rêve de hati

Cela se passa quelque jour après que la peste ait disparus d’Alésia. Alors que fenrir dormait, son familier sortit discrètement et alla dans un endroit désert et isolé. Le loup prononça quelque mot et un fantôme apparus. Hati le salua et le fantôme rendit son salut. Celui-ci commença à parler :

- D’après ce que j’ai vus dans l’autre monde, tu as trouvez un nouveau roi loup plutôt intéressant.

- C’est vrai mais il n’a pas beaucoup de connaissance mais il possède une force que j’avais plus vue depuis que la mort nous a séparés.

- Je vois, mais pourquoi tu ne lui as rien dit au sujet que son peuples n’est pas originaires de ce continent et que les rois et reines qui mon succéder sont venus ici en quête de nouvelle terre ?

- Car le moment n’est pas venus pour lui de s’avoir la vérité.

- Je vois, alors je te quitte et fais en sorte qu’il ne meurt pas aussi facilement que les autres.

Puis le fantôme disparus et hati retourna auprès du nordique et la nuit se passa sans soucis.






Fenrir: For: 7 / End : 7 / Dex : 5 / Intelligence: 10 / Sagesse: 5 / Charisme: 6
La forme du roi loup : For :10 / End :7 / Dex :8 Intelligence :6 / Sagesse : 5 / Charisme : 4


Dernière édition par Fenrir le Sam 19 Oct 2013 - 9:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
le nordique au destin maudit
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» On ne contrôle pas le destin !
» Hasard ou destin? [Guenièvre]
» Loominëi , la déesse du destin.
» Île au crane + Maudit Graal
» Arc-en-ciel [PV Zarathos][DESTIN]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alésia :: Vie du forum :: Présentation personnage :: Fiches validées-
Sauter vers: