AccueilCalendrierRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Aythyara Färkeïn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aythyara Färkeïn

avatar

Age : 34 ans
Race : centaure
Expérience : 0

Le parchemin
Niveau: 0
Faction: Nouvelle Aube
Rang: Capitaine

MessageSujet: Aythyara Färkeïn   Lun 2 Juin 2014 - 22:20


₪ IDENTITY : Färkeïn Aythyara ₪

Image d'Exemple
  • Nom : Färkeïn
  • Prénom : Aythyara
  • Surnom : Pas de surnom connu à ce jour.
  • Age : 34 ans
  • Race : Centaure
  • Sexe : Féminin

  • Métier : Garde du corps de Fenrir
  • Idéologie : Ordre

  • Alignement : Loyal Bon
  • Religion : Gaïa, l’incarnation de la nature, de la vie.

  • Pouvoir(s) : La magie n’est pas le point fort d’Aythyara, néanmoins bien qu’elle n’ait aucune prédisposition dans ce domaine. Elle s’est vouée à l’étude du Livre de la Lumière et n’a à ce jour su maîtriser qu’un seul et unique sortilège de ce puissant artefact de magie.
    - Light Of Gaïa : il s’agit d’une magie protectrice, un sortilège qui crée une sorte de bouclier spirituel fait d’une intense lumière. Elle peut prendre la forme d’une barrière protectrice rectiligne (mur de lumière) ou sphérique (sphère protégeant tout ce qui se trouve à l’intérieur). La forme rectiligne ne bloque les attaques que dans une direction mais est plus résistante, le forme sphérique bloque les attaques dans toutes les directions mais est plus fragile. Plus elle étend la zone d’effet de son sortilège et plus ce dernier est vulnérable, de ce fait plus elle le concentre dans un seul endroit et plus ce dernier lui offre une protection inviolable. C’est pour cela que Aythyara limite en général sa magie à son bouclier, ce qui fait que beaucoup pense à tort que ce dernier lui est indispensable pour se protéger.

  • Phobies : Tout le monde a bien peur de quelque chose, cependant Aythyara n'a pas encore eu l'occasion d'être confrontée à ses pires craintes. Elle ignore donc encore tout d'elles.
  • Faiblesses : Les combats contre les créatures volantes et aquatiques ne sont vraiment pas sa tasse de tête. En général dans ces cas-là, elle fait plus office de cible qu'autre chose.
₪ Physique ₪

Mi-femme, mi-jument, Aythyara correspond parfaitement à la description que le commun des mortels se fait d’un centaure. L’histoire a reconnu au cours de son existence plusieurs sortes de centaures, mais sachez que notre jeune demoiselle fait partie de l’espèce la plus courante qui peuple notre monde.

Ce qui impressionne surtout chez un centaure, c’est sa taille et sa carrure. C’est une race connue pour sa robustesse et sa force et Aythyara ne fait pas exception à cette règle. Lorsque notre demoiselle ne se relâche pas et fait des efforts pour se tenir bien droite, elle atteint facilement les deux mètres de haut. Il faut compter dans cette mesure nonante centimètres pour sa partie humaine et un mètre dix pour sa partie chevaleresque. Mais elle peut monter facilement à trois mètres de haut lorsqu’elle se cambre. De long, sa partie animale lui permet d’atteindre les un mètre soixante, nul ne doute qu’on puisse dire d’Aythyara qu’elle est physiquement imposante.

D’un point de vue général, notre centaure est assez musclée ; si cela se remarque notablement au niveau de sa partie animale, sa partie humaine n’est pas en reste non plus. Aythyara fait après tout partie de ces centaures qui se vouent aux combats et à la protection de leur territoire, de ce fait elle a subi depuis plusieurs années un entraînement des plus soutenus qu’un simple humain ne pourrait suivre sans y risquer sa vie.  Dès lors c’est sans se tromper que l’on peut affirmer que notre demoiselle est une véritable force de la nature faisant honneur à ses attributs raciaux.

Pour ce qui est de sa beauté, tout ceci n’est qu’une question de subjectivité. Après tout pour un orc, notre camarade sera tout simplement affreuse ; pour un humain, l’avis sera plus partagé ; et pour un centaure,  Aythyara sera tout simplement sublime. En tant que centaure, il y a plusieurs critères qui entrent en compte pour qualifier la beauté. Tout d’abord il y a la couleur de la fourrure, les couleurs les plus claires sont celles qu’on associe plus facilement à la beauté féminine, inversement les couleurs plus sombres sont pour les représentants mâles de l’espèce. De ce côté-là, avec sa robe entièrement blanche, Aythyara marque beaucoup de points ; cette blancheur se retrouve également au niveau de sa chevelure. Des cheveux que notre amie porte mi-longs et de façon naturelle, sans la moindre petite broche ou épingle pour les agrémenter.

Ensuite ce qui entre aussi en compte dans ces critères de beauté, c’est l’allure et la silhouette globale du corps. Et pour cela les critères varient pour les deux parties principales qui définissent la singularité physique des centaures. Pour la partie humaine, le corps d’Aythyara est un bon exemple de ce que les mâles recherchent en général : une silhouette  svelte, une poitrine généreuse et un corps globalement assez musclé. Pour la partie jument du corps, la musculature joue un rôle prédominant, mais ce qui intéresse surtout les mâles, c’est l’arrière-main des femelles. On devine ainsi franchement avec quoi ces derniers pensent, et sur ce point, avoir une magnifique queue en panache comme notre amie est un atout indéniable, à la fois protéger son intimité des regards vicieux, et pour aussi stimuler l’imagination des mâles et leurs fantasmes.

Pour le restant des critères, ils dépendent essentiellement des goûts de chacun. La couleur des yeux, la forme de la bouche, des oreilles, etc… Tout cela est vraiment à mettre aux goûts et aux couleurs de chacun. En ce qui concerne donc notre camarade, Aythyara a des yeux bleus et brillants d’une fougue que nul ne peut dompter. Ajoutez à cela des sourcils fins et bien dessinés, un nez court extrêmement sensible, une bouche aux lèvres fines et un menton rond légèrement rentré. L’ensemble se retrouvant sur un charmant visage de forme arrondie ; reflétant à merveille toute l’étendue des émotions de notre jeune demoiselle. A noter que contrairement à ce que la plupart pensent, les centaures n’ont pas des oreilles humaines, leurs oreilles sont en tout point semblables à celles des chevaux. Une particularité cependant c’est que selon le patrimoine génétique, elles peuvent se situer soit au même emplacement que des oreilles humaines, soit au sommet de leur tête. Dans le cas d’Aythyara, ces dernières se situent au sommet de son crâne, dépassant de son abondante chevelure et s’agitant au gré de ses humeurs.

Physiquement nous en avons dit pas mal, parlons à présent de son comportement et de ce qu’elle laisse facilement entrevoir. Aythyara est une fille très expressive bourrée de tics et de manies en tout genre. Lorsqu’elle est contrariée par exemple cela se verra nettement sur son visage, mais on pourra voir également ses oreilles et sa queue s’agitaient énergiquement. Il en va de même lorsqu’elle est en colère, Aythyara est le genre de personne qui ne connait pas le sens des mots : Poker Face. On lit en elle comme dans un livre ouvert, en clair toute personne un tantinet observatrice sera à tout moment ce à quoi notre amie peut bien penser. Mais même comme cela, çà n’empêche pas s’être dernière de surprendre son monde, si les centaures sont connus pour être une race d’une grande noblesse d’âme, Aythyara a plus l’air d’une simple roturière, mais cela est surtout due au fait que notre amie est encore jeune et n’a guère encore atteint l’âge adulte.

Bon c’est bientôt le moment de clôturer, il nous reste plus qu’à parler de sa tenue vestimentaire. En général et en temps normal, Aythyara n’habille que la partie humaine de son corps, laissant sa partie cheval complètement à nue. Mais lorsqu’il s’agit de partir se battre, elle demande l’aide de ses camarades pour enfiler son armure. Une armure qui se compose pour sa partie cheval de protection pour chacune de ses jambes, ainsi que son dos qui est l’endroit le plus vulnérable chez un centaure. Pour ce qui est de sa partie humaine, son armure est semblable à celles que portent les humains en général. La sienne est cependant pensée pour permettre des mouvements amples et plus rapides, ainsi cette dernière laisse quelques ouvertures au niveau de ses épaules. Mais sinon lorsque les temps de paix sont là, Aythyara apprécie de s’habiller avec légèreté et des vêtements qui mettent ses formes en valeur et qui laissent à nus certains endroits comme ses bras et son ventre. C’est une demoiselle qui aime vivre au naturel le plus possible et qui n’affiche de ce fait qu’une pudeur limitée.

Voilà c’est désormais avec plaisir que je vous annonce la fin de cette description.

₪ Caractère ₪

Il est difficile de trouver une personne plus rêveuse qu’elle dans ce bas monde. Ayant pratiquement toujours la tête dans les nuages, Aythyara se plait à se perdre dans son petit monde imaginaire, et à fuir ainsi une réalité parfois beaucoup trop stressante et incompréhensible pour elle. Pour notre amie, les choses les plus simples sont les meilleures, un raisonnement assez naïf mais qui parfois peut apporter solution à bon nombre de problèmes. Vous l’aurez donc deviné, Aythyara n’est pas du genre à réfléchir plus loin que le bout de son nez, impulsive et franche, elle vous communiquera toujours la première pensée ou idée qui lui passera dans la tête.

Cette manie qu’elle a de ne pas prendre le temps d’analyser posément les choses fait qu’elle est souvent considérée comme une idiote par son entourage. Pourtant comme toute créature pensante, Aythyara est dotée d’une certaine intelligence et peut comprendre bon nombre de choses à condition qu’on prenne le temps de les lui expliquer. Ainsi suivre une stratégie complexe ne lui est pas impossible, par contre il ne faudra pas compter sur elle pour la conception d’un tel plan tactique.

Tout cela confirme que la réflexion ne fait pas partie de ses domaines de prédilection. Néanmoins lorsque cela s’avère nécessaire pour atteindre un objectif bien défini, Aythyara saura prendre le temps qu’il faudra pour apprendre et maîtriser de nouvelles compétences. Car après tout notre amie est courageuse, et elle sait se donner du mal pour arriver à ses fins lorsque cela s’avère indispensable. Egalement bornée, elle ne sera pas du style à abandonner facilement, et cet entêtement l’amènera parfois à réitérer plusieurs fois la même erreur avant de finalement adopter une autre approche de la situation. En somme, elle est une personne qui ne lâche pas facilement prise et sur qui on peut sans problème compter lors de coups durs.

Notre jeune centaure n’est sinon franchement pas quelqu’un de compliqué. Cela peut se comprendre dans le sens où elle se satisfait amplement des plaisirs simples que peut avoir une vie ; comme par exemple : manger un bon repas, se prélasser au soleil, se rafraichir sous une cascade,… Ce genre de choses simples que notre amie préfère nettement mieux à des divertissements plus intellects ou à l’acquisition d’une fortune matérielle conséquente. Elle n’est pas non plus une personne compliquée dans le sens où il est extrêmement facile de lire en elle, aussi bien honnête dans son expression verbale que dans sa gestuelle et ses mimiques, Aythyara est tout bonnement incapable de cacher quoi que ce soit à quelqu’un. Ainsi toute personne un tant soit peu observatrice pourra comprendre les préoccupations de notre amie et jauger son état d’esprit.

Aythyara est dans tous les cas une personne très sociable, elle n’a pas peur d’aller vers les autres et de donner un peu de sa personne. Elle est donc de nature altruiste et ne peut s’empêcher d’apporter son soutien à ceux qui en ont besoin. Elle est sinon une personne loyale qui ne trahira jamais la confiance qu’on aura mise en elle, inversement elle accordera bien souvent une confiance aveugle aux personnes partageant son quotidien. Cela fait donc d’elle une  jeune demoiselle bien naïve et crédule, la première à se faire manipuler et duper, celle qui bien souvent ne se rend pas compte qu’on profite d’elle et qu’on l’exploite de façon exagérée. Et même dans le cas où elle trouverait une personne assez aimable pour lui expliquer qu’elle s’est faite abusée, Aythyara pardonnera toujours facilement son prochain, dans la mesure du raisonnable bien évidemment.

Notre demoiselle est sinon quelqu’un qui a un grand sens de la justice et de l’honneur, elle ne peut pas supporter les personnes faisant le mal autour d’elle. De ce fait, elle est toujours prête à affronter les dangers pour défendre les faibles et les opprimés. Aythyara est sinon également du genre à toujours payer ses dettes, elle n’aime pas se sentir redevable auprès d’une personne, et simplement parce qu’elle pense que cela peut être dérangeant pour la personne concernée. Par ailleurs notre amie ne s’impose pas de limite lorsqu’il s’agit de donner de sa personne, résultat elle en fait bien souvent plus que nécessaire, mais tant de bonté de sa part est en général souvent bien accueilli par son entourage. Elle n’est franchement vraiment donc pas le genre de personne à se faire des ennemis.

Bien qu’il existe encore bon nombre de choses à dire au sujet de notre belle centaure,  vous en avez déjà appris pas mal à son sujet. Et si Aythyara vous intéresse vraiment, libre à vous de venir la rencontrer en personne dans le monde d’Alésia, vous pourrez ainsi en apprendre encore d’avantage sur elle. Et qui sait, vous confiera-t-elle quelques petits secrets, comme par exemple ses premiers amours. Dans tous les cas, sachez qu’Aythyara vous réserve bon nombre de surprises, et qu’elle sera la plus à même de rompre votre routine quotidienne.

₪ Compagnon ₪

Birdy ~ oiseau de foudre:
 
Birdy est un jeune oisillon qui n’a appris à voler que tout récemment. Mais bien que jeune, notre ami à plume mesure déjà quarante centimètres de long et atteint avec ses ailes une envergure de  nonante centimètres. Ces proportions déjà impressionnantes pour son âge s’explique par le fait qu’adulte, il fera parti des oiseaux les plus grands peuplant le monde d’Alésia. En effet une fois grand, il mesurera près d’un mètre soixante et ses ailes atteindront sans mal une envergure de trois mètres. Mais  ce n’est pas pour tout de suite, car il faut douze ans à cet animal pour atteindre sa taille définitive, dès lors pour le moment, notre petit camarade se fait encore assez discret sur le dos de notre jeune centaure.

Birdy n’appartient pas à n’importe quelle espèce d’oiseau non plus, il fait partie de ces quelques créatures que mère nature a bien voulu imprégner de magie. Et oui comme son plumage électrisant vous le prouve, la magie qui imprègne ce petit animal est celle de la foudre. Birdy est capable d’emmagasiner de grosses quantités d’électricités entre ses plumes et de la relâcher sous forme d’éclair. Pour le moment étant donné son jeune âge, ses attaques foudroyantes sont juste bonnes à engourdir et paralyser temporairement ses ennemis. Mais cela est amplement suffisant pour lui permettre de capturer ses repas, car Birdy fait partie de la famille des carnassiers, et le mode de chasse de son espèce consiste à paralyser leur proie pour ensuite les achever lorsqu’elles sont les plus vulnérables.

Birdy est sinon une petite créature très intelligente, on peut dire sans se tromper qu’il est plus malin que certains humains. Au niveau de sa personnalité, notre jeune oiseau est extrêmement possessif et protecteur envers Aythyara. En somme son accord est souvent bien nécessaire pour toute personne souhaitant devenir un peu plus intime avec sa maîtresse. Notre camarade est sinon très curieux de nature, et l’un de ses passe-temps préférés est de rapporter toutes sortes d’objets de petits objets qu’il parvint à dénicher à gauche, à droite. Des petits trésors qui vont d’un simple peigne ou couvert de table à la broche diamantée d’une riche dame de la noblesse. Il n’a pas vraiment de logique à ce qu’il ramène, en somme tout ce qui est peu attiré son attention est susceptible d’être dérobé par ses soins.

Birdy a sinon la faculté de communiquer par télépathie, il a cependant pour cela besoin d'établir un contact électrique avec la personne avec laquelle il veut converser. Cela se traduit par l'envoi d'une faible décharge électrique, la personne ciblée aura sans doute les poils qui se dresseront mais de cette manière elle sera capable d'entendre les pensées de notre ami à plume.

Force: 3 ►Endurance: 3 ►Dextérité: 10 ►Intelligence: 12 ►Sagesse: 7 ►Charisme: 5

₪ You and only you ! ₪

  • Prénom / Surnom : Kalesso.
  • Age : 25 ans.
  • Expérience Rp : Bon
  • Présence sur le forum : 7
  • Comment avez vous découvert le forum : Annuaire forumactif, mot clef : rpg centaure.
  • Code : Code nomnom by Lenora

  • Statistique :
  • Force : 10
  • Endurance : 10
  • Dextérité : 7
  • Intelligence : 6
  • Sagesse : 4
  • Charisme : 3




Force: 10 ►Endurance: 10 ►Dextérité: 7 ►Intelligence: 6 ►Sagesse: 4 ►Charisme: 3
Couleur de Aythyara : #ffff99
Force: 3 ►Endurance: 3 ►Dextérité: 10 ►Intelligence: 12 ►Sagesse: 7 ►Charisme: 5
Couleur de Birdy : #00cc00
x5


Dernière édition par Aythyara Färkeïn le Jeu 5 Juin 2014 - 22:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kiss-academy.forumactif.org
Aythyara Färkeïn

avatar

Age : 34 ans
Race : centaure
Expérience : 0

Le parchemin
Niveau: 0
Faction: Nouvelle Aube
Rang: Capitaine

MessageSujet: Re: Aythyara Färkeïn   Jeu 5 Juin 2014 - 22:47


₪ Histoire ₪

La vie d’Aythyara commença douze années avant la déclaration elfique de guerre à l’encontre du peuple orque. Autant dire que l’enfance de notre amie se retrouva fortement perturbée par des évènements d’une ampleur qui la dépassait complètement. Mais parlons tout d’abord de son enfance avant que cette déclaration ne soit rendue officielle à tous les peuples de Lumina.

Ses premières années jusqu’à ses douze ans, Aythyara les vécut dans l’ignorance et l’insouciance que l’on reconnaît en général en chaque enfant. Ses journées étaient essentiellement rythmées par des jeux et l’apprentissage des us et coutumes de son peuple. Aythyara ne manqua pour ainsi dire de rien, l’amour et la bienveillance de ses parents et de son entourage lui permirent de se développer parfaitement sur tous les plans. Physiquement, elle commença bien tôt à se forger un corps robuste, développant un goût fort prononcé pour la chasse et les combats ; conserver une parfaite condition physique était ce qui la préoccupait le plus, au même titre que de se trouver un partenaire de jeu dès que ses parents relâchaient un peu leur attention sur elle.

Mentalement, psychologiquement, les valeurs et les mœurs des siens lui permirent de se construire une personnalité saine, bien qu’un peu trop naïve. Elle apprit à reconnaître ses limites, à définir le bien et le mal selon les idéologies des siens, et elle apprit surtout à s’accepter telle qu’elle était et à ne pas jalouser inutilement autrui. Socialement, ce fut une réussite également, Aythyara eut la chance d’être bien entourée et épaulée tout le long de son enfance, et elle put ainsi nouer de puissants liens avec certains membres de sa race, de son village.

Cependant lorsque la guerre arriva, toute cette vie paisible qu’elle avait vécu jusque là commença à s’effriter petit à petit. Soucieux de conserver un certain calme au sein du village, la triade des anciens avait dans un premier temps décidait de cacher l’éclatement de cette guerre aux autres villageois, confinant cette information au sein des principaux dirigeants du peuple centaure. Mais ces centaures dont l’intelligence et la sagesse n’étaient plus à prouver, durent finalement exposer la triste vérité lorsque la présence des orques dans la forêt de Lumina se fit de plus en plus importante. Ils n’informèrent cependant que les chefs de famille, laissant les femmes et les enfants dans une pseudo-ignorance. Car en effet bien qu’on ne lui disait rien, Aythyara remarquait bien des changements au sein du village, parmi ceux-ci la crispation et les sourires forcés sur les visages des adultes, les fuites du regard de ces derniers ainsi que leurs longs silences étaient tant d’indices qu’il se tramait quelque chose de grave. Mais ce qui lui mit vraiment la puce à l’oreille fut la soudaine restriction de ses escapades en forêt, sortir du village était du jour au lendemain devenu quelque chose de complètement interdit. On leur prétexta comme excuse la présence de monstres dangereux, et même si ce mensonge n’était pas loin de la réalité, Aythyara sentait une peur s’insinuer en elle, une peur qui se nourrissait de son ignorance et de ses craintes.

Ce ne fut qu’à quinze ans qu’Aythyara fut confrontée à toute la vérité concernant le mal qui sévissait dans la forêt de Lumina, un contingent d’orques était parvenu à atteindre son village. Aussitôt les guerriers prirent les armes mais leurs assaillants étant bien trop nombreux, l’évacuation du village fut ordonnée. Durant leur fuite, Aythyara manqua de peu d’y laisser la vie, un orque placé en embuscade s’était jeté sur elle et si son père n’avait pas été là pour bloquer l’attaque, elle aurait sans aucun doute été tuée sur le coup. Son père retenant le monstre à la peau verdâtre, il ordonna à sa femme d’emmener Aythyara le plus vite possible hors du village. Comprenant la gravité de la situation, et le fait que tous étaient débordés, sa mère s’exécuta et tira de force derrière elle une fille qui ne voulait pas abandonner son père. La dernière image qu’eut Aythyara de son père, fut celui-ci luttant contre son adversaire alors que ce dernier se faisait rejoindre par deux autres orques. Le reste ne fut que broussailles et branches cassées qu’elle et sa mère laissèrent derrière elles dans leur fuite, où elles parvinrent à gagner un autre village centaure et ainsi prévenir toute la communauté qu’ils ne pouvaient désormais plus ignorer la menace que représentait l’armée orque.

Aythyara passa plusieurs jours, plusieurs semaines à attendre le retour de son père et des autres centaures qui avaient permis leur fuite. Mais le temps passant l’espoir qu’elle nourrissait de le revoir un jour s’amenuisait. Et finalement après une année entière d’attente, Aythyara finit par se résigner et accepter l’idée qu’il était sans doute mort à présent. L’absence de son père ébranla fortement sa famille, et Aythyara fut alors contrainte de murir rapidement afin de devenir assez forte et responsable pour épauler sa mère fortement atteinte par la perte de sa tendre moitié. Avec d’autres jeunes centaures rescapés comme elle, Aythyara commença à s’entraîner plus sérieusement au combat sous la supervision de certains adultes. Il n’était pas question pour eux de rejoindre le champ de bataille, ces stimulations aux combats n’avaient pour but premier que de leur apprendre à se protéger eux-mêmes et leur famille et ainsi de devenir la défense de leur nouveau village. Un an après l’attaque des premiers villages centaures, un an durant lequel les anciens débâtèrent sur ce qu’il convenait de faire, la race des centaures allaient se joindre à la bataille aux côtés du peuple elfique, plus personne ne pouvait ignorer la menace qui pesait sur leur royaume.

La guerre se poursuivit alors sans qu’Aythyara ne puisse encore y prendre part, et peu importe le nombre de perte des deux côtés, cette dernière semblait prête à perpétuer encore durant bon nombre d’années. Sept ans étaient désormais passés depuis l’attaque de son village natal, elle et les siens avaient été une nouvelle fois contraint de migrer vers l’autre moitié de la forêt afin de s’éloigner au plus des conflits. La guerre tournait en défaveur du peuple elfique et peu d’informations filtraient jusqu’aux oreilles de notre jeune centaure désormais âgée de vingt deux ans. Cette dernière avec les années avait gagné en force et en volonté, devenant ainsi l’un des piliers de la défense du village. Respectée, elle savait que tous comptaient sur elle au village, cependant son désir d’aller rejoindre le front se faisait de plus en plus insoutenable dans sa poitrine.

Ce fut alors que l’impensable pour elle se produisit, un tournant du destin auquel elle n’osait plus espérer. Alors que les feuilles des arbres recouvraient une nouvelle fois le sol de leur triste couleur, un groupe d’une vingtaine de guerriers centaures arriva au village. Ils étaient tous éreintés et parmi eux se trouvaient l’être tant chéri : son père qui avait bien vieilli à cause de la guerre et qui avait gagné quelques cicatrices. Ce jour-là fut l’un des rares durant cette guerre où l’humeur générale fut à la réjouissance et à la fête. Réunis autour d’un immense feu de camp en plein cœur du village, les guerriers qui avaient par le passé protégé leur village et permis leur fuite, racontaient comment ils étaient parvenus à repousser les orques avec l’arrivée de renforts elfes et comment ensuite cette poignée de brave s’était joint à ces derniers pour combattre la menace.

Mais à la fin de ces retrouvailles, il fallut pourtant à ces guerriers d’annoncer à nouveau leur départ. Une bataille décisive allait avoir lieu, les armées elfiques avaient rassemblé plus de dix milles hommes, et on comptait dans les rangs ennemis un nombre tout aussi important de combattants. Cet affrontement se voulait être le dernier et pour que le résultat soit en leur faveur, il fallait que les peuples de la forêt se réunissent d’un bloc. Leur retour n’était en fait qu’une fleur que leur avait faite les elfes afin qu’ils puissent revoir une dernière fois leur famille au cas où cette bataille serait leur dernière. Face à cette révélation, Aythyara voulut être de ceux qui se battraient pour protéger leur terre, mais ses parents s’y opposèrent énergiquement et elle dut courber l’échine devant eux. Et le lendemain, elle regarda avec les siens le départ de ces guerriers. Des guerriers qu’elle ne tarda malgré tout pas à rejoindre après s’être assurée d’être assez loin du village pour rendre stupide un quelconque retour. Elle fut alors accueilli par la surprise et la colère de son père, mais après une bonne journée de tension, son père finit par accepter sa présence à leur côté et se mit même à la former d’avantage sur les dangers auxquels elle allait se retrouver confrontée d’ici quelques jours.

Le jour J, les deux camps se faisaient face et la tension dans l’air était plus que palpable, autant des deux côtés les combattants redoutaient l’ouverture des hostilités, et c’était sans compter sur le charisme des leaders des deux camps pour motiver tous ces guerriers à risquer leur vie dans cette guerre qui n’avait que trop duré. Mais alors que tout s’apprêtait à commencer, un troisième camp fit son apparition, un groupe nettement plus réduit que celui des deux armées mais qui était accompagné par des centaines de loups. De sa position, Aythyara n’entendit que des brides de discours du leader de cette nouvelle force. Mais elle put se faire sa propre idée de ses intentions lorsqu’elle vit les loups et les guerriers qui les accompagnaient engager les hostilités aussi bien avec les orques que les elfes. Dans le chaos, Aythyara suivit son père parti renforcer la garde de leur leader elfe, ce dernier était visiblement la cible principale de ces loups, le combat contre ces bêtes fut des plus difficiles. Bien trop habiles pour leur imposant corps de centaure, Aythyara et son père ne pouvaient que se défendre sans parvenir à réellement blesser leur assaillant. Puis alors qu’ils étaient entrain de se faire submerger, l’horreur se produisit, des loups parvinrent à sauter suffisamment haut pour atteindre son père à la gorge. Impuissante devant la scène, Aythyara vit son père s’écrouler devant elle avant d’être mise à son tour hors combat. Assommée par la charge de plusieurs loups, son rôle dans cette bataille s’acheva.

Lorsqu’Aythyara revint à elle, la bataille était terminée, les chefs orque et elfe avaient été fait captifs et les vainqueurs étaient occupés à rassembler les survivants aux centres de la plaine. Le leader de ce groupuscule prit alors la parole s’adressant plus particulièrement aux leaders des deux camps, cette bataille n’était qu’un avertissement et une invitation à mettre un terme à cette guerre. Cet homme qui commandait aux loups avait orchestré ce combat dans le seul but de donner du poids à ses paroles et de stopper définitivement cette guerre. Et bien que dans un état second suite à la perte de son père, Aythyara comprenait bien le sens des paroles de cet homme. Mais la mort de son père l’empêchait de se soulager de la fin imminente de cette guerre. Et quelques jours après cette bataille, elle regagnait son village avec quatre autres centaures, uniques rescapés de cette guerre. Et après avoir effectué les rites funéraires de son père et des autres centaures morts dans cette bataille, Aythyara resta plusieurs jours à se morfondre dans son coin. Et il fallut l’arrivée d’une nouvelle menace pour la faire se ressaisir, si cette guerre était pratiquement terminée, la peste s’annonçait à présent à leur porte. Il faut dire qu’avec le nombre de cadavre de combattant et de rongeurs, la véhiculation d’une telle maladie n’avait rien de fort surprenant.

La peste fit de nombreux ravages, elle acheva les guerriers blessés qui après avoir tant donné durant ces batailles, n’avaient pu retrouver le repos tant espéré. La maladie fit surtout des ravages côté elfique, au niveau de la communauté des centaures, juste certains villages limitrophes au nouveau territoire des orques furent mis en quarantaine. Puis après trois longues années, la menace que représentait cette maladie fut réduite à néant et le monde commença doucement à soigner ses blessures. Aythyara qui avait vécu tant de chose, éprouva alors le besoin de quitter un peu les siens afin de se remettre en question et de faire le point sur plusieurs choses. Ainsi alors qu’elle approchait doucement de ses vingt-six ans, elle fit ses adieux à sa famille et ses amis et partit seule à la découverte du monde que lui avait caché jusque là la forêt de Lumina.

Et tout au long de son voyage, Aythyara vit la création de nombreuses guildes ayant chacune un dessein bien particulier. Et bien qu’elle n’avait pas en tête d’en rejoindre une, notre amie ne put s’empêcher de s’intéresser à certaines d’entre elles. Nouvelle Aube, Gods, et bien d’autres, certaines guildes sortaient véritablement du lot de par leur nombre de membres ou de part les idéologies qu’elles prônaient. Mais parmi toutes ces guildes, celle qui l’interpelait le plus était Nouvelle Aube, la raison principale de son intérêt pour cette dernière en était son fondateur. Il s’agissait de l’homme qui avait mis un terme à la guerre par le biais de ses actions, de cet humain qui par la même occasion s’était rendu coupable de la mort de son père. Une pointe dans la poitrine, une douleur encore assez vive ; malgré les années qui s’étaient écoulées, Aythyara revoyait en boucle cette scène comme si elle s’était déroulée la veille. Au fond d’elle, notre jeune centaure se savait incapable de continuer à avancer dans sa vie tant qu’elle n’aurait pas eu une confrontation avec cet homme qui à lui seul avait chamboulé le destin de plusieurs milliers de vie.

Aythyara se mit donc en tête de retrouver l’homme qui se faisait appelé « Fenrir, Le Seigneur des Loups », si trouver des membres de la Nouvelle Aube se révéla assez facile, s’arranger pour que ceux-ci la mènent jusqu’à leur leader était une autre paire de manche. La plupart de ceux qu’elles rencontraient n’étaient que des moins que rien, des profiteurs usant de la notoriété de leur guilde pour s’accorder quelques privilèges, des privilèges allant même bien souvent en contradiction avec les idéaux de Nouvelle Aube. La paix, l’égalité, la justice, des valeurs vraiment nobles, difficiles à mettre en application, et qui une fois mises en place demeuraient fort bien fragiles. Telles étaient les valeurs que prônaient la guilde Nouvelle Aube, et pourtant le nombre de méfait, d’accidents provoqués par ses membres ne faisaient que croître. Et un jour Aythyara ne put plus s’empêcher de se mêler de leur affaire, après tout il était dans sa nature de venir en aide à autrui.

Ce jour-là arriva le jour de ses trente ans où pour les fêter, Aythyara avait dépensé une grande partie de sa fortune chez un forgeron nain installé dans une forge aux portes de la prestigieuse cité humaine Lumëa. Les nains n’étaient certes pas une race réputée pour leur caractère sympathique, néanmoins leur renommée dans le monde de la forge n’était plus à faire. Et cet artisan avait tout simplement su faire un excellent travail pour Aythyara en lui créant une armure sur-mesure, ainsi qu’un bouclier, une lance et une épée. Ainsi nouvellement équipée, notre jeune centaure avait tout l’air d’un preux chevalier, et en tant que tel elle ne put se retenir d’intervenir face à cette démonstration de violence gratuite à laquelle s’adonnaient de soi-disant membres de la Nouvelle Aube. Ces derniers étaient quatre et s’en prenait à un homme désarmé dont les bras protégeaient une petite fille en pleures.

Il y avait plusieurs spectateurs à la scène, mais la plupart étaient des villageois désarmés et vieux, et donc totalement impuissants face à ce genre d’individus où des mots ne seraient suffisants pour stopper leur folie. Aythyara s’approcha alors d’une vieille femme tremblotante, et lui demanda plus de précisions sur ce qui se déroulait sous ses yeux. Visiblement la jeune enfant avait percuté l’un des guerriers de la Nouvelle Aube avec sa charrette de fruit, cette collision était accidentelle, due au fait que la petite allait trop vite et que la charrette était trop lourde pour qu’elle puisse s’arrêter à temps. Mais cela ces quatre hommes ne le comprenaient pas, et dans le but de la défendre un des villageois avait tenté de calmer les esprits échaudés mais l’échec de sa tentative était flagrant au vue de l’actuelle situation. Il n’en fallut alors pas plus pour pousser notre camarade à intervenir, d’une voix assez forte elle interpella les oppresseurs et leur ordonna de laisser tranquille ces deux innocents.

Cependant malgré le courage qui ne lui manquait pas, Aythyara n’était vraiment pas le genre à s’imposer face aux autres, et même si cette fois son énervement l’aidait un peu, elle n’en restait pas moins une personne peu charismatique. Résultat son intervention déclencha un fou rire général au sein des guerriers qui ne la prenaient décidément pas au sérieux. Pourtant même si sa voix était hésitante, ses yeux eux ne mentaient pas, Aythyara était sérieuse et prête à les arrêter. Mais rien à faire, même le fait qu’elle soit lourdement équipée ne semblait pas les perturber, l’un d’eux s’avança alors vers elle, déblatérant des insultes gratuites à l’égard de sa race. Il s’apprêtait à s’en donner à cœur joie et lui faire comprendre qu’elle n’avait pas son mot à dire dans cette situation, qu’ici c’était le royaume des hommes et qu’un monstre comme elle n’y avait aucun droit. Cependant notre jeune combattante ne l’entendit pas de cette manière, et sa lance se montra alors plus rapide que son glaive, Aythyara toucha alors avec cette dernière son ennemi en plein estomac, celui-ci vomit alors son repas tout en se pliant de douleur. Devant ce fait d’arme ces trois compagnons furent prompts à réagir et se ruèrent tous ensemble sur notre centaure, qui tendit alors son bouclier droit devant elle et fit apparaître un mur de lumière qui bloqua nette ses assaillants dans leur lancée.

Light Of Gaïa, il s’agissait de l’unique sortilège magique qu’Aythyara avait réussi à apprendre durant ces dernières années. S’en voulant de ne pas avoir su empêcher la mort de son père, elle s’était jurée de devenir plus forte et avait pour cela décidé d’apprendre ce sortilège protecteur, et ce quand bien même que la magie ne soit pas l’un de ses points forts. Ses efforts passés payaient enfin aujourd’hui, elle n’était plus impuissante et pouvait mettre désormais sa force au service de ce qu’elle estimait juste et bien. Le choc magique qu’avait reçu les trois hommes les avaient momentanément sonnés, Aythyara invita alors les villageois à quitter les lieux rapidement, de profiter de cette chance pour s’éloigner de ces problèmes. Puis lorsqu’elle reporta son regard sur les quatre guerriers, elle entendit une voix masculine dans son dos lui dire qu’elle en avait fait assez et qu’ils allaient prendre le relais.

Mais qui étaient « ils » ? Faisant volte-face, Aythyara découvrit avec surprise un homme d’âge mur accompagné d’un immense loup blanc et gris. Posant alors son regard sur son visage, notre jeune amie fut soudainement assaillie de flashback. Elle revit alors ce même homme, un peu plus jeune, faire ses déclarations durant la guerre de Lumina, pas de doute c’était bien de la même personne. Mais pour être certaine, Aythyara lui demanda confirmation de son identité. Après qu’il l’eut faite, elle avala difficilement sa salive et se mit lui parler qu’elle appréciait et avait la même vision des choses que lui concernant la manière dont le monde devait évoluer et sur le chemin qu’il fallait emprunter. Cependant, car il y avait un mais, elle lui parla également de son père et de bien évidemment sa mort lors de cette bataille. Bien sûr elle lui dit que sans leur intervention, il aurait très bien pu perdre la vie face à un orque, mais cela ne changeait pas le fait qu’au final c’était à cause de ses loups qu’elle s’était retrouvée privée de père.

Avec les larmes aux yeux, mais habitée d’une forte détermination, Aythyara lui demanda la permission de tenter au moins une fois d’essayer de le venger. Elle ne savait pas ce que combattre cet homme lui apporterait, peut-être lui prouver que la mort de son père n’avait pas été vaine ? Oui, c’était sans doute cela, les paroles et les idéologies de Fenrir et de sa guilde sonnaient comme une douce mélodie à ses oreilles ; mais Aythyara avait besoin de plus que cela pour être convaincue que cet homme avait la force nécessaire pour aller jusqu’au bout de ses convictions. Etant donné le fait qu’elle avait mis hors combat ces individus qui bafouaient les lois de leur guilde, l’homme lui accorda sa vengeance, sortant ses armes, il fit déployer son loup sur le côté, se préparant à prendre d’assaut la jeune centaure sur les deux flancs en même temps. Aucun doute sur ses intentions, le Seigneur des Loups n’allait pas se retenir face à elle, il n’allait lui faire se déshonneur là.

Le combat fut assez rapide, et au bout d’une quinzaine de minutes, un vainqueur avait déjà été décidé. Malgré sa force et sa détermination, Aythyara s’était retrouvée impuissante face à l’expérience et à l’intelligence de cet homme qui sut user de son adresse et de la puissance de son compagnon pour la rendre totalement à sa merci. N’ayant pas de mal à reconnaître ses limites, Aythyara lâcha ses armes qui tombèrent lourdement sur le sol en même temps que ses larmes qu’elle n’arrivait désormais plus à retenir. Son amour pour son père était très grand, et ce combat s’était révélé plus que nécessaire pour ell,e afin de lui permettre d’arriver à faire un trait sur le passé et se tourner désormais complètement vers l’avenir. Fenrir l’avait malgré lui libérée d’un bien lourd poids, et après s’être reprise et avoir essuyé ses larmes, Aythyara s’excusa en le remerciant de lui laisser la vie sauve.

Ce fut alors que ce dernier lui proposa de rejoindre sa guilde, avant son intervention, il avait pu se faire une première idée de sa personne en la regardant s’interposer pour protéger les plus faibles et démunis. Par la suite, même poussée par son désir de vengeance, elle avait su rester honnête envers elle-même et s’était montrée beaucoup plus humble que certains de ses hommes. Et que même si elle était encore jeune et avait beaucoup à apprendre, Aythyara avait cependant en elle toutes les qualités requises pour être membre à part entière de la Nouvelle Aube qu’il tentait de restaurer. Profitant de sa lancée, Fenrir lui expliqua qu’il était occupé à épurer sa guilde de tous ces membres qui ne respectaient pas les grands principes de conduite de celle-ci. Il lui expliqua également une fois encore les idéaux de sa guilde qui étaient par transposition les siens aussi, et au terme de son discours Aythyara se laissa convaincre sans pour autant être confiante de lui être d’une quelconque utilité.

Les mois et les années qui suivirent, Aythyara les passa donc à nettoyer Nouvelle Aube de tous ces membres sans scrupules et à faire valoir les idéaux de celle-ci dans tous les endroits qu’elle visitait ; dans cette tâche elle ne fut pas seule, et intégrer cette guilde lui permit de nouer des liens avec des personnes tout aussi respectables que Fenrir lui-même. Résultat au terme de tout cela l’image de la guilde fut renouvelée auprès des populations de chaque contrée. Et pour éviter qu’une pareille situation ne se reproduise, Fenrir décida de faire apposer sur chacun de ses membres un tatouage magique bien spécifique. Ce tatouage se mettait à briller d’une lueur particulière dès que la personne qui le portait s’éloignait profondément des idéaux et valeurs de la guilde, en somme il s’agissait de l’arme absolue pour dénicher les traitres avant qu’ils ne commettent le moindre méfait.

Durant cette campagne, Aythyara eut l’occasion de trouver un œuf étrange, ce dernier se vit éclore quelques jours plus tard libérant ainsi un petit oisillon qui allait devenir plus tard le compagnon inséparable de notre demoiselle. Et alors que les choses semblaient aller pour le mieux, tous au sein des populations n’appréciaient pas les initiatives et l’existence d’une guilde telle que Nouvelle Aube. Algos, une autre guilde que tout opposait à Nouvelle Aube, n’hésita pas à déclarer publiquement les hostilités à Fenrir et ceux qui le suivaient. Pour eux qui ne visaient qu’à répandre le chaos et l’anarchie dans le monde, l’existence d’une guilde comme Nouvelle Aube était un obstacle. Résultat si la guerre entre les elfes et les orques avaient pris fin depuis plusieurs années, une autre commençait désormais, une guerre d’idéologie, une guerre qui opposerait deux guildes, et qui s’annonçait tout aussi meurtrière que celles qui l’avaient précédée. Quant à Aythyara, elle fait partie aujourd’hui de la garde rapprochée de Fenrir, au même titre que ces loups elle assure sa protection bien que ce dernier n’ait pas toujours besoin de ses services. Et bien que moins charismatique que lui, il lui arrive de le représenter lors de certaines sorties ; et c’est également à elle qu’il est confié parfois les tests des nouvelles recrues.

Voilà pour les grandes lignes de son histoire, vous en savez désormais pas mal de son parcours.





Force: 10 ►Endurance: 10 ►Dextérité: 7 ►Intelligence: 6 ►Sagesse: 4 ►Charisme: 3
Couleur de Aythyara : #ffff99
Force: 3 ►Endurance: 3 ►Dextérité: 10 ►Intelligence: 12 ►Sagesse: 7 ►Charisme: 5
Couleur de Birdy : #00cc00
x5


Dernière édition par Aythyara Färkeïn le Sam 7 Juin 2014 - 9:41, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kiss-academy.forumactif.org
 
Aythyara Färkeïn
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alésia :: Vie du forum :: Présentation personnage :: Fiches validées-
Sauter vers: