AccueilCalendrierRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Salle de l'esprit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maître du Jeu

avatar

Expérience : 0

MessageSujet: Salle de l'esprit   Mer 18 Déc 2013 - 11:40

Tout avait changé depuis que cet homme a déposé le pied dans ce tombeau depuis des siècles oubliés pour une bonne raison. Des forces dépassant la compréhension de l’homme sont de nouveau capables de déverser leurs colères sur le monde. Force, courage et intelligence seront mis a l’épreuve avant d’avoir une chance de mettre fin au chaos qui ce profil a l’horizon. Alors que les héros ayant fait preuve d’intérêt pour ce monde montrent le bout de leurs nez, les puissants gardiens rejoignent un a un leurs poste.

Le deuxième gardien est une femme, dont le corps mutilé a été transformé en celui d’un serpent. LA légende raconte qu’elle ne supporta pas ce que de puissant mages lui auraient fait a tel point qu’elle usa d’une puissance encore plus grande pour enfermer les trois hommes dans des jarres qu’elle porte a présent autour de la taille. Déformé et malheureuse elle ce creva les yeux avant de revêtir une sorte de casque développant son propre potentiel magique. Car oui, si Garlick est la puissance physique pure et dure, Nesseriah une puissante magicienne que rien ne saurait arrêté.

Adepte des magies occultes elle a acquis un don qui lui permet de surpasser sa cécité : le don de prescience. Elle voit à l’avance ce qui va ce passé en fin de compte. Son agilité et ce pouvoir lui permet d’être quasiment intouchable. Alors quand vous chercherez a la mettre hors course c’est dans des mouvements presque animales qu’elle vous évitera avant de lancer une salve d’éclair, de boule de feu ou de je ne sais quel autre sort. Si la vue n’est plus de son côté, sa voix stridente risquerait de vous taper sur les nerfs je peux vous le garantir. Essayez donc d’affronter cette si belle demoiselle.

Groupe 2:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://terre-alesia.forumactif.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Salle de l'esprit   Ven 20 Déc 2013 - 22:36

Lenora eut un frisson d'appréhension en se tenant devant les lourdes portes de la salle face à elle. Arriver jusqu'ici n'avait pas été une partie de plaisir. Vraiment pas. Elle était venue en compagnie de Fenrir et Raïsak, et ils avaient laissé le moine avec un groupe d'autres personnes, toute de la même guilde. Les deux Nouvelle Aube avaient progressé un peu plus en avant, et attendaient désormais devant une immense porte en pierre. Néanmoins ils n'étaient pas allés plus loin, pour la simple et bonne raison que d'autres personnes devaient venir les rejoindre.

L'acte d'un unique homme avait sollicité toutes les guildes, toutes les personnes de tout Alésia. Leur monde était en danger, et ils devaient tous essayer de le sauver, de faire quelque chose pour résoudre ce problème plus que gênant. Bien entendu, la semi-Ange avait décidé de participer pour essayer d'être utile : l'idée qu'une autre guerre puisse avoir lieu l'horrifiait. Elle refusait cette idée plus que tout, et si sa participation dans une lutte contre des anciennes entités pouvaient empêcher ce scénario de se produire, alors elle allait se battre.

Bien entendu, Angus était là aussi. Pour une fois, il semblait sérieux. Déjà, il n'avait personne avec qui sympathiser, puisqu'il connaissait déjà Fenrir. Ensuite, il était conscient de la gravité de la situation : ils allaient affronter des créatures presque mythiques, et endormies depuis des années. C'était quelque chose qui rendait son humaine très nerveuse, alors pour ne pas l'inquiéter, il évitait de courir partout et de faire l'idiot. De toute façon, il n'était clairement pas d'humeur à jouer. Il restait tranquillement assis sur son séant, les oreilles pointées vers l'avant, cherchant à entendre le moindre bruit, que ça soit celui d'un courageux héros venu prêter main forte, ou bien le grondement de rage de la bête qu'ils allaient devoir tous abattre.

La jeune rousse releva la tête en entendant un bruit sourd. Instinctivement, elle se rapprocha de son chef. Elle n'était pas particulièrement peureuse, mais elle préférait la sécurité et la présence rassurante de quelqu'un de connu dans ce décor froid et hostile. Après tout, elle ne savait pas trop ce qu'elle allait découvrir. Ils n'avaient pas énormément d'informations à dire vrai. Il y avait trois Gardiens, dans trois salles, mais qu'est-ce qu'ils savaient faire, ça... L'un était réputé pour son endurance colossale, l'autre pour son intelligence plus que développée, et le dernier pour sa magie et sa bestialité. Mais pour le moment, à moins de pénétrer dans la salle, ils n'avaient aucun moyen de savoir précisément le monstre qu'ils allaient défier. Et quelque part, c'était angoissant : la demoiselle redoutait qu'un échec ne soit fatal non seulement pour son groupe et elle-même, mais aussi pour tout Alésia.

Angus poussa un bref grondement, toujours bien tranquille près de la guerrière. Il avait entendu quelqu'un arriver. Et effectivement, un héros s'approcha du duo. Lenora n'osa rien dire, préférant attendre que tout le monde soit là avant de parler. Et lorsque la quatrième -et apparemment dernière- personne arriva, la demoiselle s'éclaircit la gorge pour parler. Il valait mieux se présenter maintenant qu'entre deux coups d'épée contre la bête, ça serait plus simple.


« Bonjour à vous deux. Je me prénomme Lenora Sorgan. Je suis une épéiste tout ce qu'il y a de plus normal je dois dire, mais mes principaux atouts sont la vitesse et la dextérité. Je sais bien éviter les attaques et je sais répliquer vite et bien. Lui, c'est Angus. » Elle caressa la tête de l'animal doucement « Mon familier, comme vous vous en doutez. C'est un loup spectral, il ne craint pas les coups purement physiques. Enfin, pas au début du combat en tout cas, plus il fatigue, pire c'est je dois dire. Mais il peut faire un très bon appât. »

Elle était de plus en plus anxieuse, mais cachait plutôt bien sa nervosité. Elle aurait aimé faire un câlin à son cher familier, ou bien saisir la main de Fenrir, en quête du moindre contact qui aurait pu la rassurer, mais elle restait bravement immobile. Après tout, c'était lorsque l'on affrontait ses peurs et qu'on les maîtrisait que l'on faisait le plus preuve de bravoure, non ?

Elle avait préféré parler de ses capacités dès le départ, elle jugeait ça plus utile de savoir maintenant qui savait faire quoi pour pouvoir mieux s'organiser, ou essayer en tout cas d'élaborer un plan. Après tout, la créature antique qu'ils allaient défier leur était inconnu.


« Si quelqu'un a la moindre idée de stratégie, je pense que ça sera toujours bon à prendre. Et d'ailleurs... Quelqu'un à la moindre idée de ce qu'il y a derrière cette porte ? »

[Voilà voilà, petit post pour se mettre en marche ! Je pense qu'il est préférable que le dernier d'entre nous marque que l'on rentre tous ensemble dans la salle, afin que le PNJ puisse commencer à jouer ! J'espère que cela vous va ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Salle de l'esprit   Sam 21 Déc 2013 - 0:52

Maneediana, contre toutes attentes, était venue en aide au pauvre petit peuple alésien dans l’attente d’un héros capable de réparer les erreurs d’un stupide être (parions sur un homme d’une race inférieure!). Mais elle avait ses raisons. La plus évidente serait de ne pas laisser tous les honneurs aux êtres incapable, mais elle était sans doute trop évidente pour ne serait-ce qu’être nommée. Elle n’était pas un monstre non plus, cependant, elle n’aimait pas beaucoup avoir à se joindre à un groupe. Un groupe aléatoire, composé d’on ne sait quelle race, d’on ne sait quelle guilde, d’on ne sait quel sexe, d’on ne sait […]. Un bon mélange de ramassis de n’importe quoi. La seule consolation, ils devaient sans doute être réputés dans un domaine, dans un métier, sans quoi ils ne seraient pas assez fou pour s’aventurer dans une pareille aventure… Non? C’est un peu ce point qu’elle tentait de se mettre en tête, ça rendait la tâche moins lourde. Parce qu’autant elle est capable de mépris, autant la femme sait reconnaitre le potentiel au combat, même chez les choses inférieurs. Sauf pour les orcs et les semi, faut pas pousser non plus. Un semi, c’est une erreur génétique, c’est enlever la perfection de quelque chose pour rendre le résultat complètement misérable. C’est contre nature. Et qu’on ne parles pas non plus de drow blanc. Bon, elle s’énervait toute seule. C’est ce qu’il y avait de pénible avec les longs voyages.

Tchrad, son cobra, depuis l’arrivée du froid plus poignant, s’était dissimulé sous la tunique de la Drow, bien enroulé autour de sa jambe. Malheureusement, c’était presque un contrat auquel elle s’était engagée en le laissant la suivre; ces animaux au sang-froid recherchent inlassablement la chaleur. C’était énervant pour Maneediana, mais elle le laissait faire, tout en ne se gênant pas pour préalablement lui envoyer un regard meurtrier. Le voyage n’avait pas été si pénible. Les glaciers et le froid, elle connaissait, s’y était préparée. Au bout d’un moment, elle en oubliait même les écailles rugueuses, enroulés autour de sa jambe droite, et les petits sifflements agaçants lorsqu’une bourrasque plus sérieuse les frappait. Oui, elle était de mauvaise humeur, ayant rabaissée sa capuche bien haut-dessus de ses yeux, protégeant surtout ses oreilles. Y a-t-il une seule chose au monde pire que la sensation d’avoir le bout des oreilles si gelées qu’on les sent à la fois engourdis et à la fois douloureuse? Non, rien, absolument rien.

Arrivée sur les lieux, deux personnages hauts en couleur l’y attendaient. Haut en couleur, disons, car entre une femelle à la chevelure orange avec un loup, et un homme imposant, dotés de bonnes cicatrices, sans doute d’une stature qu’aucun drow ne serait en mesure d’atteindre, on peut dire que l’aventure commençait un peu trop brutalement à son gout. En plus, impossible de deviner à quelle race ils appartenaient? Des hommes? Ils faisaient un peu grands pour des hommes. Tant qu’il ne s’agissait pas de semi, elle n’était pas d’humeur pour côtoyer des êtres impurs aujourd’hui. Et ils attendaient, on ne sait trop quoi. De toute manière, elle se plaça un peu à l’écart, la capuche encore descendu. Peut-être pouvait-on apercevoir son teint de peau plus foncé, ou encore ses yeux rouge qui finissaient toujours par s’apercevoir en premier, ne pouvant résister à fixer les gens, les juger droit dans les yeux. C'est ce qu'elle faisait, d'ailleurs, incertaine de ce dont elle avait affaire aujourd'hui. Des humains, ça, elle n'en était pas si sure. Et puis quoi, si ça en était pas, que ferait-elle? Rien, absolument rien, mais c'était agaçant tout de même. Maneediana avait sur elle son arc et ses flèches, une bonne quantité de celles-ci, au cas où. Sans oublier une épée longue ainsi que deux dagues. Plus que celà, ça aurait été s'alourdir pour rien.

Un dernier arriva, ce qui ressemblait à un démon, un peu plus petit que les quelques démons qu’elle avait eu à rencontrer, mais un démon tout de même. Qui lui rappelait quelqu’un. Bah, de la même guilde, sans doute, mais qu’importe. Elle s’y attendait, de toute manière, à ce qu’il n’y ait pas de drow par ici. La femelle se présenta la première, apparemment bien heureuse de faire un brin de jasette, ou du moins c'est ce que la femme à la peau noir s'amusa à s'imaginer, rendant le tout encore plus ridicule. La drow compris cependant par ce geste que plus personne ne viendrait, qu’ils seraient donc quatre à affronter ce machin à l’intérieur de la salle. Était-ce assez? Valait mieux que ce le soit, n'aillant aucune envie de ne pas en revenir et de périr aux côtés de choses qu'elle n'avait aucune idée à quelle appartenance les caractérisés. Au pire, elle se sauverait, les laissant mourir sans aucun remords.

« … mais mes principaux atouts sont la vitesse et la dextérité. Je sais bien éviter les attaques et je sais répliquer vite et bien... » Ça, ma jolie, c’est aux bestiaux à l’intérieur d’en juger. Mais si t’es si confiante, vas-y, te gêne pas, ne put-elle s’empêcher de penser, un léger sourire semblant vouloir naitre à la commissure de ses lèvres. Et pour abréger le supplice des présentation inutile, elle releva un peu sa capuche sans pour autant démontrer une seule mèche de cheveux, les regardant une fraction de seconde chacun à leur tour directement dans les yeux. Oh, oui, une pointe de mépris sans doute, mais qu’y peut-on. Elle n'aimait pas avoir à faire cela. Ne pouvait-il pas user de leurs yeux, comme tout le monde, voir sur son dos un arc, comprendre qu'elle sait s'en servir, voir une épée, comprendre qu'elle sait s'en servir, et donc simplement assumer ce que n'importe qui pourrait comprendre en quelques seconde? Au même titre qu'elle assumait que le géant baraqué aux cicatrices ne devait pas être un fervent de la magie et du longue distance. 1+1=2.

« Je me nomme Maneediana. J’exerce la fonction de maitre d’armes, et j’estime que c’est tout ce que vous avez besoin de savoir pour l’instant. »


Elle laissa ensuite les deux autres l’honneur de se présenter, ce qui ne l’intéressa absolument pas mais qu’elle écouta cependant d’une oreille distraite, au contraire du cobra qui descendit sa tête davantage de sous les pans de vêtements, écoutant et observant avec attention. Lui et son désir de tout savoir, il devait être heureux avec cette pie bavarde.

« La stratégie à utiliser avec l’un ne serait pas la même qu’avec l’autre. Avec un corps à corps, on combat de loin. Avec un magicien, on a plus de liberté, mais moins de chance de prévoir ce qui va nous tomber dessus, alors que les mouvements d’un combattant sont plus lisible. Enfin, qu’importe, il n’y a aucun moyen de savoir sur quoi on va tomber, ni même s’il y a des pièges à l’entrée. »
 
Piège. D’ailleurs, pour réveiller ces machins, l’accès n’avait pas du être piéger. Ça enlevait une inquiétude, pas que la drow était inquiète, cependant. Non, aucun stress, qu’un léger agacement perceptible, alors que le cobra retournait frotter ses écailles rugueuses contre sa peau, recherchant de nouveau la chaleur alors qu’il avait entendu tout ce qu’il y avait d’intéressant à entendre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Salle de l'esprit   Mar 24 Déc 2013 - 2:59

Sauver le monde? Le simple fait de prononcer ces mots avaient le don de me faire rire. Toute l'aide disponible était mobilisée pour affronter un terrible fléau qui mettait l'équilibre même d'Alesia en danger. Si j'avais décidé de me joindre à l'aventure, ce n'était guère par altruisme ou par crainte de voir les royaumes s'effondrer les uns après les autres... C'était tout simplement par curiosité. Quel genre de monstre pouvait bien susciter une telle frayeur, une véritable peur panique? Quelque chose d'imposant, indubitablement, un mal ancien et oublié, à n'en pas douter. Une créature enfouie par de vieux samaritains soucieux d'éviter à cette planète un nouveau lot de soucis. Trop aimable de leur part. En attendant, un petit plaisantin visiblement en quête de distraction avait eu l'idée de génie de libérer cette chose et par la même occasion de faire paniquer les trois quarts du monde connu. Il devait se cacher quelque part, alors, profitant du cirque qu'avait provoqué son geste dénué de réflexion. Des évènements pareils, on s'en passerait volontiers, croyez-moi. D'un point de vue professionnel, ça n'a jamais rien de très bon que tout le monde centre son attention sur un danger lointain et d'aussi grande envergure. Ca étouffe le travail de proximité... Les petits seigneurs en viennent à oublier les voleurs de bétail qui pillent leurs terres, et les brigands qui installent des péages de fortune sur leurs routes. C'était ça qui posait problème. Je n'avais pas réfléchi bien longtemps avant de mettre le cap vers notre fléau inattendu. Ou plutôt devrais-je dire "nos fléaux". Les rumeurs n'étaient jamais bien claires à ce sujet. On entendait parler d'une créature aux proportions titanesques ici, d'une armée invincibles là et certains pensaient même que la menace se présentait sous la forme d'une maladie incurable et particulièrement virulente. Tout le long du trajet qui devait me mener à la vérité, je priais pour qu'il s'agisse de quelque chose que je pourrais abattre rapidement.

Le voyage fut rude, et semé d'embûches. Rien de bien inhabituel mais il n'était en rien agréable de marcher durant des jours sans pouvoir se reposer confortablement la nuit venue. Chaque halte pouvait être l'occasion pour quelques malandrins d'attenter à ma vie. Plusieurs tentèrent, mais aucun ne vit le jour se lever après notre rencontre. Tuer sans contrat n'a jamais été dans mes habitudes, mais la nécessité est la plus grande des contraintes et il faut parfois se résoudre à abandonner sa ligne de conduite pour vivre un jour de plus. La fin du périple m'imposa plus d'obstacles naturels qu'humains, et le froid et la neige devinrent mes plus féroces ennemis, les crevasses leur disputant ardemment ce titre. Emmitouflé dans ma lourde cape et les draperies qui recouvraient mon armure, je tâchais de ne pas fermer l'oeil et d'avancer tout droit. Je m'étonnais de ne croiser personne sur la route. Etais-je donc le seul à me soucier de l'avenir d'Alesia? Cette hypothèse eut le mérite de me réchauffer le coeur pendant des longues heures, nourrissant mon esprit de pensées guerrières glorieuses. La dernière étape fut de loin la plus périlleuse. Descendre au fond d'une crevasse de glace n'était pas spécialement dans mes prérogatives et mes connaissances en escalade étaient toutes relatives. Il me fallut près d'une journée d'effort, de glissades et de chutes semi-contrôlées pour atteindre mon but. Je m'offris une nuit de sommeil non loin de l'entrée, enroulé dans mes épaisseurs de tissu.

Mon arrivée dans le tombeau se fit sans la moindre anicroche, sans le moindre problème. Perturbant... Je m'attendais à découvrir une batterie de pièges tous plus mortels les uns que les autres, mais il n'en fut rien. En avançant dans les couloirs de l'édifice, je finis par tomber sur une pièce circulaire qui donnait sur trois couloirs. La pièce étant parfaitement vide et les trois voies étant en tout points semblables, je dus me résoudre à en choisir un au hasard. Il me mena jusqu'à un petit groupe d'aventuriers, apparemment ici pour les mêmes raisons que moi, à peu de choses près. Deux d'entre eux semblaient se connaitre, puisqu'ils se tenaient presque l'un contre l'autre. Un couple, donc, accompagné d'un loup. La vue de l'animal me fit penser à Sif, mon fidèle compagnon, disparu depuis des années déjà et mon coeur se serra à l'évocation de ce souvenir... Le dernier membre du groupe était une femme, à la peau si sombre qu'elle ne pouvait être qu'une drow. Elle était distante, comme la plupart de ses semblables et jetait à tous des regards emplis de mépris. Bien qu'il m'arrivait de rejoindre le comportement des drows, notamment pour leur appréciation de la valeur de chacun, sans prendre en compte sa race ou son sexe, je n'appréciais guère l'air peint sur le visage de la jeune femme. Tout en elle transpirait la suffisance et la supériorité... Les filles commencèrent par se présenter, expliquant vaguement leurs compétences respectives. J'écoutais d'une oreille distraite, mon attention étant focalisée sur la porte qui nous séparait du mal que nous allions affronter. Deux lourds panneaux de pierre. Le grand gaillard et moi pourrions les bouger sans trop de difficulté, à n'en pas douter. N'entendant plus aucun mot briser le silence, je commençais à retirer les vêtements qui m'avaient protégé du froid extérieur et qui ne représentaient plus qu'une gêne dont j'avais hâte de me débarrasser. Ma cape à terre, tous pouvaient apercevoir la lourde lame qui trônait dans mon dos.

«Mon nom est Nemetes. J'ai fait de l'art du combat mon métier et la pièce de métal que je traine derrière moi est mon outil de travail. Vous êtes libres de douter de mes compétences, mais je vous conseille tout de même de me laisser un peu de champ libre, quand le combat commencera. Manier cette arme ne favorise pas le combat en équipe, je le conçois mais je ferais mon possible pour minimiser ce désavantage. Pour ce qui est de la stratégie...»

Je m'avançai vers la porte, m'appuyai contre un battant et commençai immédiatement à le pousser, pesant contre la pierre de tout mon poids.

«Nous verrons cela une fois à l'intérieur.»
Revenir en haut Aller en bas
Fenrir
Maître d'arme
avatar

Expérience : 0

Le parchemin
Niveau: 0
Faction: Nouvelle Aube
Rang: Chef de Guilde

MessageSujet: Re: Salle de l'esprit   Mar 31 Déc 2013 - 17:47

Fenrir était arrivé dans les glaces artick. Il était venu dans ces lieux avec deux des membres de la guildes. C'étaient Raïsak et Lenora qu'il avait choisi, mais il aurait préféré que ce soit ses deux bras droits qui l'accompagnent, mais il ne les avait pas trouvés. Il soupira en repensant à ce qui l'avait emmené en ces lieux.

Il était à l'auberge de "L'oeil De Lynx" qui se trouvait à la cité d'émeraude, lorsqu'il entendit des rumeurs concernant un homme qui avait libéré des forces obscures dans les glaces éternels de l'artick. L'homme se nommait Jack O'Frost et on disait que c'était un archéologue à la recherche d'anciennes civilisations. Il ne les croyait pas au début, mais quand il demanda à Hati ce qu'il en pensait le loup ne répondit pas de suite, mais il fit un tel sourire que le nordique compris que les rumeurs disaient vrai. Il demanda à son familier à quel point ces rumeurs étaient vrai. Le loup se leva et lui dit de le suivre. Fen n'osa pas lui répondre et le suivit en sortant de la taverne. C'est en se promenant dans les ruelles sombres de la capitale que Hati lui raconta ce qui savait. Il était venu sur alésia il y a mille ans et avait entendu parler des légendes aujourd'hui oubliées qui racontaient qu'avant que les glaces artick soient là, c'était une grande ville remplie de magie, mais elle fut détruite par des démons ou par des créatures similaires. Elles furent défaites par un groupe de héros qui réussissait à les enfermer dans le seul lieux encore intact qui était l'ancienne nécropoles des seigneurs de la ville. Après les avoir enfermés et pleuré leurs morts, les héros survivants mirent en place une barrière de glace pour décourager les gens de venir en ces lieux maudits. Il dit aussi que c'était l'une des versions de la légende qui entoure cet endroit. Le chef de la nouvelle Aube pouvait faire confiance à son familier et il compris que ce n'était pas une menace qu'on ne pouvait laisser tranquille. Il alla dans la base secrète de sa guilde pour emmener quelques personnes avec lui. Mais presque toute la guilde voulait venir, il dut les calmer un peu et il décida de voir qui était capable de le suivre.Il constata que les meilleurs élèments de la guilde étaient absent ce jour là, alors il décida de prendre les deux nouvelles recrues fraichement arrivées. Après avoir fait son choix sur ses compagnons et préparé l'expédition, ils durent voyager pendant plusieurs semaine avant d'arrivé sur les lieu

Il arriva devant la nécropole, il était arrivé ici grâce à l'odorat de Hati qui avait remarqué que des gens étaient venus ici. Il entra dans le tombeau des rois et il vit que les murs étaient recouvert de glace. Il continua à avancer tout en examinant les murs. Il remarqua qu'ils avaient quelques incriptions qui ressemblaient à du nordique, mais il ne comprenait pas ce qu'elles voulaient dire. Il continua son chemin en se disant qu'il aurait tout le temps pour élucider ce mystère après s'être débarrassé de la menace qui plane sur cet endroit. Il se trouva à un moment donné sur un carrefour qui donnait sur trois directions différentes. Il ordonna à Raïsak d'aller dans le couloir de droite. Puis il réfléchit un peu et se dit que Lenora n'était pas assez expérimentée pour affronter un tel gardien. Il lui dit qu'elle pouvait venir avec lui, alors que Hati ria sous cape. Ils avancèrent jusqu'à la porte et ils attendirent que d'autres personnes arrivent pour leur donner un coup de main. Il remarqua que la jeune femme s'approcha de lui. Il sourit et lui dit qu'elle n'avait rien à crainte.Alors que le nordiques rassura sa jeune recrue, Hati lui se coucha dans un coin d'ombre et fit disparaitre sa présence. Il allait sortir sa lyre, quand il entendit le grognement du familier de la demoiselle. Il se leva et il vit que c'était une femme aux formes bien provocantes et quelques minutes après il y avait une personne qui faisait sans doute la même taille que le nordiques. Lenora se présenta la première. Elle disait que c'était une épéiste, mais que ses atouts étaient la vitesse et la dextérité. Fenrir sourit en se disant qu'elle avait bien grandit depuis la dernière fois. Il alla se présenter quand il vit l'inconnue relevé sa capuche et laissa voir que c'était une elfe noir. Elle avait des yeux rouges comme de la braise et les regardait avait un air hautain et supérieur. Il avait horreur de ce type de personne, mais la laissa parler. La drow dit qu'elle s'appellait Maneediana et qu'elle était une maitre d'arme. Le nordique fit un grand sourire rien qu'à l'idée de l'affronter, cela pourrait leur offrir un beau combat. Il n'avait rien dit quand il vit le dernier membre du groupe briser le silence en enlevant la cape qu'il avait et en se présentant, disant que c'était un guerrier expérimenté. Il était humble dans ses propos et il dit que la stratégie à mettre en place sera décidée quand le groupe sera entré dans la salle, ce qui plut au maitre de la guilde de La Nouvelle Aube. Il alla aider le guerrier à pousser la porte tout en se présentant.


"Je m'appelle Fenrir, plus connu sous le surnom de maitre des loups. Je suis moi aussi un maitre d'arme et j'ai fait la grande guerre.Mon familier qui est ici présent s'appelle Hati et c'est l'être le plus puissant et le plus dangereux qui se trouve en ce moment dans les glaces Artick... Quand à toi Maneediana, ne sous estime jamais les personnes qui t'entourent. Je connais ce genre de regard supérieur aux autres, mais généralement ils finissent mort tout en implorant pitié à leurs adversaire de leurs laisser la vie sauve."


Après avoir dit ces paroles, le nordique poussa l'immenses battant de la porte et entra dans la salle accompagné des autres. C'était une grande salle malgré le fait que l'obscurité avait envahie le lieu. Fenrir fit un peu de feu et alluma quelque torche qui étaient accrochées aux murs malgré la fine couche de glace. La lumière envahir le lieu et il virent que c'était une grande bibiothèque remplie d'ouvrages anciens. Le guerrier nordique avança un peu avant de reculer brutalement. Il avait sentit un puissant adversaire les attendre en ces lieux. Il dégaina son arme et attendit que se montre le gardien.




Fenrir: For: 7 / End : 7 / Dex : 5 / Intelligence: 10 / Sagesse: 5 / Charisme: 6
La forme du roi loup : For :10 / End :7 / Dex :8 Intelligence :6 / Sagesse : 5 / Charisme : 4
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du Jeu

avatar

Expérience : 0

MessageSujet: Re: Salle de l'esprit   Sam 11 Jan 2014 - 15:23

Un bruit sourd réveilla Nesseriah de son sommeil léger. Les portes de son antre avaient été ouvertes avec fracas. Qu'ils entrent... Elle avait bien envie de manger de l'Alésien.


La pièce était lugubre. Le froid glacial ajouté à l'aspect abandonné du lieu donnait aisément la chair de poule. Les bibliothèques étaient à peines reconnaissables sous la tonne de poussière et de givre accumulés. De loin, cela ressemblait à un petit labyrinthe. Un silence tout aussi angoissant faisait retentir plus grandement les pas des aventuriers. Inutile de dire que la créature les avait entendu, mais où se cachait-elle alors ? Nesseriah voyait de son œil invisible les petites créatures s'avancer. Une Drow, un Démon, une Semi et un Humain, de quoi faire un bon festin. Rampant rapidement vers son repas futur, la gardienne voulait jouer avec eux, leur laisser une chance de vivre un peu plus longtemps.

- Bienvenue mes sssucculents invités. Je vous attendais avec impatienccce...

En haut ! Le son venait de tout près. Ils purent voir brièvement la gardienne de ce lieu. C'était une femme au buste de femme mais dont tout le reste du corps n'était qu'animal. Son long corps de servent lui conférait à la fois rapidité mais aussi discrétion. Un casque cahcait ses yeux mutilés mais il ne fallait pas se fier aux apparences... Ces aventuriers se montreraient-t-ils trop sûrs d'eux où réfléchiraient-ils avant d'agir ? Agile et rapide, elle disparut de leur champ de vision avant qu'ils aient pu faire quoi que ce soit. Son rire envahit la pièce, semblant venir de partout et nulle part à la fois.

- Entrez, entrez... Ne ssssoyez pas timides.... Nous allons jouer à un jeu mes petites sssouris.... Je vous laisssse une chance de vivre : Je vais vous poser quelques pièges, à vous de vous en sssortir; vous pourrez ensuite m'affronter ssssi vous l'osez. Mais attention, ssssi vous esssspérez me vaincre, vous devrez me ssssurprendre... Je vois tout, je ssssais tout, n'oubliez pas ces ssssages paroles... Echouez et ce ssssera la mort pour vous...

A nouveau, un rire retentit puis sans crier gare une boule de feu fonça droit dans le groupe. Cela eut pour effet de surprendre le groupe, bien qu'elle soit facilement évitable. Quand à la gardienne, elle alla se poser au centre de la pièce, avide de mettre en pièce ses charmantes petites souris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://terre-alesia.forumactif.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Salle de l'esprit   Mer 15 Jan 2014 - 14:36

Un frisson parcourut l'échine de Lenora qui releva la tête en plissant les yeux lorsqu'elle entendit la voix lugubre de leur adversaire. Une femme apparemment. Une femme à moitié serpent. Ca n'allait pas être très pratique. La guerrière ne dit rien, se contentant d'analyser le plus sereinement possible la situation. Ca n'était pas évident, elle était consciente qu'ils étaient tous en difficulté par rapport à un monstre de cette taille. Surtout que son chef semblait avoir pris la Drow en grippe, et que cette dernière avait probablement pris en grippe tout le groupe. Mais ils allaient devoir faire avec. Elle se rassura cependant par rapport au dénommé Nemetes : bien qu'ayant une arme imposante dont il faudrait s'éloigner, il avait l'air plutôt conciliant vis-à-vis du travail de groupe. C'était déjà ça. Elle connaissait les capacités de Fenrir, et elle ne doutait pas non plus de celles de Maneediana. Elle soupira doucement, un complexe d'infériorité commençant à s'insinuer en elle. Elle avait le sentiment d'être la plus faible, la plus novice du groupe, et cela l'attristait tout en attisant sa colère.

Elle écouta les propos de leur adversaire. Ainsi, non contente d'avoir normalement la force requise pour les tuer, elle voulait jouer avec eux ? Des souris face à un chat, ils étaient impuissants devant une telle situation. La demoiselle passa une main dans ses cheveux de feu. Ils n'avaient pas le choix que de se plier aux règles. Enfin, elle ignorait ce que les autres voulaient faire, mais elle ne pouvait pas reculer, et acceptait d'encaisser la situation, si cela lui donnait une chance de vaincre la créature, et de rétablir la paix sur Alésia.

Lenora faisait peut-être partie de cette catégorie de gens trop crédules, qui croyaient tout ce qu'on leur disait, mais elle décida de prendre en compte ce que l'hybride leur disait. Elle voyait tout, entendait tout, et il allait falloir la surprendre. Etait-elle donc une créature omnisciente, un peu comme une divinité ? Ou bien un être capable de lire dans les pensées ? Ils n'étaient franchement pas sortis de l'auberge si c'était le cas. Elle poussa un petit soupir dépité, alors qu'Angus venait coller son museau dans sa main. Elle sourit et caressa son familier doucement, l'incitant à se dématérialiser. A ce moment, une boule de feu fonça droit sur eux. La semi-ange se plaqua contre un mur, entraînant Fenrir avec elle. Si l'attaque avait été d'une grande facilité à éviter, elle n'en resta pas moins dangereuse dans sa signification. Non seulement leur adversaire semblait rapide et silencieuse avec son corps de serpent, elle se targuait d'être apparemment capable d'anticiper leurs mouvements mais en plus c'était une magicienne. Ca n'allait sérieusement pas être simple.


« Angus, faudra que tu restes prudent, d'accord ? »

Bien que la question soit rhétorique, il poussa un petit grondement approbateur. Puis finalement, la jeune femme regarda le couloir au bout duquel les attendait le monstre. Ils allaient devoir passer, apparemment avec des pièges disposés un peu partout. Elle souffla doucement : ils n'avaient pas d'autres choix.

Bien que n'ayant pas un instinct de meneuse et de chef de file, elle prit les devants pour s'engager. Les trois autres combattants lu avaient bien fait comprendre -du moins sentir- qu'elle n'avait pas le même niveau qu'eux, et qu'elle allait intérêt à s'entraîner sévèrement pour les rattraper. Elle grogna un peu en songeant que ça faisait plus de soixante ans qu'elle s'exerçait, mais tant pis. Elle s'avança dans le couloir. Il n'y avait aucun moyen apparent pour repérer le sol piégé d'un autre, et lorsqu'elle avait demandé à Angus de se dématérialiser en grande partie pour tester les premières dalles, rien ne s'était passé. Pourtant, lorsqu'elle mit son pied juste derrière son familier, des pieux de glace jaillirent du sol et faillirent l'embrocher. Elle ne dut son salut qu'à son réflexe de se jeter en arrière -et elle ne tomba pas, ce qui l'aida à conserver un minimum de dignité-. La traversée du couloir allait être vraiment très très longue. Elle reprit néanmoins la marche. Elle espérait que le fait qu'aucun d'entre eux ne maîtrisent réellement la magie n'allait les pénaliser face au combat qui les attendait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Salle de l'esprit   Lun 27 Jan 2014 - 22:48

Le démon se présenta à sa suite, qu’elle écouta légèrement. Après, comme elle le croyait, y’avait qu’à user de ses yeux pour comprendre tout ça. Quelle perte de temps. À voir la taille de cette épée, on ne doutait pas que cela prenait de la place à manier. Et puis avec des flèches, elle n’avait qu’à pas se rapprocher de trop près s'il décidait de tout péter, et d'attaquer de loin. Un peu plus amusant et conventionnel. Bon, fallait vraiment qu'elle se mette à l'arbalète par contre. C'est bien beau être traditionnel, mais un arbalète, c'est classe et puis zut! Mais ce ne fut pas le plus drôle de toute cette rencontre, non. Le plus drôle fut l’homme qui prit la peine de s’adresser à elle, comme s’il était le seul à avoir remarquer son air hautain. Mais non mon chou, ils ont tous remarquer, comme tout le monde partout où elle va. Ils ont juste la décence de comprendre que malheureusement on vas travailler en équipe pour ne pas mourir et qu’ils feraient mieux de ne pas passer de commentaire. Certains ne sont pas très intelligents, dans la vie…

« … Quand à toi Maneediana, ne sous estime jamais les personnes qui t'entourent. Je connais ce genre de regard supérieur aux autres, mais généralement ils finissent mort tout en implorant pitié à leurs adversaire de leurs laisser la vie sauve. »  

De quelqu’un qui se prétends maitre des loups, dire sans autre but que se vanter d’avoir fait une grande guerre et dire qu’il possède le familier le plus puissant d’on ne sait quoi, ne voyait-il pas l’ironie de ses propos? Non, sans doute pas, c’est ce qui rendit cette situation si ridicule. Et puis la fin servait à quoi, si ce n’était que pour se donner une allure de grandeur, de quelqu’un qui en as vu beaucoup. Eh bien, mon gars, tu ne dois pas avoir vu beaucoup de drow dans ta vie. Ou si tu en as vu, tu as du perdre beaucoup de salive pour rien dans des discours qui ne mènent nulle part. Mais vous savez, il existe une théorie comme quoi beaucoup de personnes aiment perdre leur temps. Cette théorie tends à se fonder avec les portail, et l’accessibilité aux autres peuples. Oh, ne soyez pas offusquer. Maneediana esquissa ce qui semblait être un  sourire, d’autant plus méprisant, mais un peu plus amusé. Le sage à parler, mais le sage à surtout parler dans le vide. Si ça l’amuse.

Après ce long moment d’inutilité quelconque, ils finirent par entrer dans la salle, à la queue-leu-leu, la queue entre les jambes. Pitié, machin, ne nous mange pas, on seras gentil et on ne te tueras pas. Bouhouhou. Ahahah. Et puis franchement, on ne peut pas dire qu’elle ne savait pas accueillir ses invités, peu importe ce que c’est. Un machin à forme de femme, ou de serpents, qui sifflent et qui grogne, qui parle d’une voix caverneuse de souris, de manger, et tout le tralala. C’est bien beau cette mise en scène, mais elle ne pouvait pas faire ça simple, quelque chose comme arriver, déclencher un combat. Ou arriver et attendre qu’on déclenche un combat. Ou arriver et… Oh et puis tant pis, fessons à sa façon. Vraiment, les serpents étaient des compagnies détestables. Et elle n’aimait pas très particulièrement les pièges, ni perdre son temps. Oui, la situation n'était pas des plus relaxante, elle l'accorde, certes elle n'était pas dans son niveau de confort habituel non plus, ce qui n'aidait pas les choses. Mais est-ce trop demander d'engager le combat tout de suite?

Une boule de feu surgit vers eux à la suite de ses dires, étonnamment lente pour une magie qui aurait pu être plus rapide. Elle s’amusait vraiment, faut croire, ce qui énerva passablement la drow. D’abord, si jamais ils avaient un tant soit peu de chance face à elle, elle essaie de les réduire en les épuisant et en les amochant avec des pièges, en brisant aussi le moral des plus faible en se maintenant supérieur et en admettant qu’elle sait et voit tout. Sait-elle qu’elle est laide et qu’elle pue? Devrait-on lui dire? Peut-être que ça la ferait descendre de son perchoir. Vaut mieux pas rentrer dans son jeu, après tout, c’est la laisser tirer toutes les ficelles. Mais le plus énervant, c'était qu'il s'agissait d'un mage. Un peu de baston au corps à corps, c'était bien mieux que de jouer à qui tire le plus gros truc et à la plus longue portée. Après avoir évité la boule de feu, ce qu'elle fit sans trop de difficulté en allant vers la droite toute, la rousse pris cependant les devants. Vraiment? Ils ont presque un tank avec une grosse épée qui as de la difficulté avec le travail d’équipe et tu te mets devant lui? Bravo, sauf que la drow aurait préférée ne pas embarquer dans l’amusement malsain de la chose qui préfère apparemment les regarder se blesser. Elle se retint donc de ne pas soupirer et prit la suite. Elle ne regretta pas une seule seconde d’ailleurs, lorsqu’un piège survint, d’être aux premières loges. Un presque embrochement, un! Elle s’en sortit indemne, au moins, parce qu’avouons qu’une personne avec une jambe manquante, ou un cadavre, c’est pas génial dans ce genre d’expédition. Bon, son loup y avait touché, mais il était mi corporel… Hm…

« Est-ce qu’une flèche déclencherait les pièges? Ou ce n’est que nos traces de pas... »

Ou bien elle les lance à distance cette garce… Théorie comme une autre, Maneediana sortit son arc et une flèche, la tenant prêt à être décochée. Faut dire que si une flèche peut déclencher un piège, ce serait très demandant en fait de matériel de toutes les utiliser pour tracer un chemin. Mais d'un autre côté, c'était pénible que de s'imaginer qu'elle les lance de loin pour son propre plaisir et donc les gens en arrière sont aussi sinon plus vulnérable que la première. Par contre, juste au cas où, elle allait laisser la rousse se manger les pièges. Oh, bon, en dernier recours elle l'aiderait. Sauf qu'en ce moment, Maneediana préférait scruter le plafond, au cas ou que quelque chose arrivait par le haut. Elle espérait que le dernier aurait la descence de regarder derrière, tout ça...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Salle de l'esprit   Jeu 30 Jan 2014 - 2:51

Comme prévu, la lourde porte de pierre ne se laissa pas faire mais elle finit tout de même par céder sous le poids que Fenrir et moi déployions contre son battant. L'action produisit un bruit de frottement assez désagréable qui résonna dans le silence ambiant. L'air qui sortit de la pièce avait une odeur âcre, de renfermé. Personne n'était entré ici depuis bien des années... Un savant mélange d'excitation et d'appréhension faisait bouillir le sang dans mes veines et donnait probablement une lueur particulière à mes prunelles orangées. C'est d'un pas assuré que j'entrais dans la salle inconnue. Il ne fallut que quelques secondes à l'autre grand gaillard du groupe pour nous dégoter des torches et allumer un petit feu. Rien de bien important niveau apport de chaleur mais la lumière dégagée par les flambeaux était la bienvenue. Nous nous trouvions au beau milieu d'une imposante bibliothèque, aux rayons chargés d'innombrables manuscrits en tous genre. Leurs tranches étaient gravées de symboles, probablement le titre de chaque ouvrage, mais cette langue m'était parfaitement inconnue. Un dialecte du fond des âges, sans doute. La curiosité me poussa tout de même à m'approcher d'une étagère pour me saisir d'un des livres. Relié de cuir rouge, il avait des proportions impressionnantes et pesait son poids. Le simple fait de l'ouvrir me souleva le coeur: les pages étaient décomposées et dégageaient une odeur bien peu ragoutante. Le climat à l'intérieur du temple était plus humide que celui de la toundra qui l'entourait...

Mes réflexions météorologiques furent interrompues par l'entrée en scène de notre hôte. Son léger défaut de prononciation me fit sourire, sans même que je m'en rende compte. Loin de moi l'idée de manquer de respect à une redoutable créature qui se ferait un plaisir de nous abattre un par un, mais être menacer par un bestiau avec un cheveu sur la langue était définitivement trop amusant pour que je garde mon sérieux. Notre cible était donc une femme au physique assez peu enviable. Humanoïde jusqu'aux hanches, elle était redoutablement reptilienne du bas du corps. Cette spécificité lui conférait une agilité hors du commun, qu'elle se fit un plaisir de nous montrer en disparaissant aussi soudainement qu'elle était apparu. Ses mots résonnaient dans la vaste salle, rendant impossible toute localisation. Elle nous fit un petit résumé de la situation qui avait le mérite d'être clair. Pour faire simple: elle était en position de force et comptait bien nous faire courir avant de nous affronter à la régulière. Délicate attention de sa part... Sans autre forme de procès, une énorme boule de feu apparut et se précipita dans notre direction. Le sort me prit de court et j'eus un de ces passages de ce qu'on pourrait appeler de la stupidité aggravée. Mes camarades étaient assurément autour de moi, mais rien ne me disait que nous aurions le temps d'esquiver le projectile. Je dégainai donc mon arme d'un geste prompt et la positionnait devant moi, pointe vers le bac, plat de la lame face à la boule de feu. Au moment crucial de l'impact, je basculai en arrière, posai mes deux pieds contre mon épée et poussai aussi fort que possible avec mes jambes. Tout cela se passa en l'espace de deux secondes, trois tout au plus. Le résultat fut assez probant, malgré le caractère profondément idiot de ce que je venais de tenter. Mon épée encaissa plutôt bien le coup, son métal chauffé à blanc à plusieurs endroits. Les jambes de mon pantalon fumaient légèrement et mes pieds étaient enfin réchauffés mais l'impact ne me causa pas le moindre dégât physique, si ce n'est le choc dû à la chute. Je me relevai en laissant échapper ce qui ressemblai étrangement à un éclat de rire.

La situation n'avait pourtant rien d'amusant et Lenora m'en fournit la preuve sans plus tarder. En première ligne, elle s'avançait sur une dalle du couloir lorsqu'elle manqua de se faire sauvagement empalé par des pics de glace. Heureusement, elle s'en tira avec plus de panache que moi, s'épargnant même de tomber en arrière. Son loup ne nous était pas d'une grande utilité pour le moment... Il était visiblement incapable de détecter les pièges du secteur. Qu'à cela ne tienne, il ne nous restait plus qu'à nous armer de patience et de prudence.

«Les quelques mètres que nous avons à parcourir vont nous sembler bien longs. La peste soit de cette maudite serpente... Prenez garde, et ne vous méfiez pas seulement du sol. On ne peut avoir confiance qu'en nous tant que nous sommes dans ce temple. Lenora, tu m'as l'air bien plus agile que je ne le saurais jamais. Garde l'oeil ouvert et fais bien attention à toi, si tu veux rester devant.»

Je ne la sous-estimais pas, bien au contraire. Si elle était là, c'est qu'elle s'estimait capable d'être utile, capable de rejoindre le combat. Je m'avançais donc à sa suite, assez confiant. Le reste du couloir semblait assez paisible, alors. L'épée en appui sur mon épaule, je scrutais les alentours, à la recherche du moindre indice trahissant la présence d'un danger, sans succès... C'est quand nous nous engagions sur une nouvelle portion du corridor que je remarquais un léger changement dans le motif du dallage. Certains carreaux étaient bien plus gros que d'autres et semblaient plus sombres aussi. Le temps de m'en rendre compte et Lenora s'avançait déjà sur l'un deux. Sans réfléchir, je saisis sa cape et la tirai vers moi d'un coup sec, sans me soucier de savoir si je l'étranglais ou non. Au même moment, la dalle sur laquelle elle avait marché s'enfonça dans un vacarme monstre et disparut entièrement, ne laissant derrière elle qu'un gouffre sombre et assez peu rassurant.

«C'était moins une... T'en fais pas éclaireur, je surveille tes arrières! Bon, contentez-vous de marcher sur les carreaux les plus clairs. Je n'ai aucune envie de savoir ce qu'il y a la dessous...»
Revenir en haut Aller en bas
Fenrir
Maître d'arme
avatar

Expérience : 0

Le parchemin
Niveau: 0
Faction: Nouvelle Aube
Rang: Chef de Guilde

MessageSujet: Re: Salle de l'esprit   Dim 2 Fév 2014 - 0:26

Fenrir entendit la vois de l'être qui allait devenir son adversaire et son ennemis. Il regarda le plafond et pus voir que c'était une femme qui avait le buste d'une humaine, mais le reste de son corps était devenus reptilien. La créature n'avait plus de jambe, mais une queue de serpent. Il ne put voir son visage car elle avait un casque qui lui masquait son visage. Il n'avais pas eu le temps de faire le moindre mouvement, qu'elle avait déjà disparus. Mais lui et le reste du groupe pouvait entendre ce que disait leurs adversaire. Le nordique ne disait rien, lais il était furieux de devoir être le jouet de son ennemis. Il serra le manche de son épée, quand une boule de feu apparus d'un seul coup et fonça sur le groupe. Il fut surpris, par cette attaque magique mais le sort étai tassez lent. Le chef de la Nouvelle Aube allait se protéger en prenants son bouclier qui était dans son dos, mais Lenora l'entraina avec elle et les deux nouvelles aubes se plaquaient sur le mur. Il avait lâché son bouclier qui tomba sur le sol et la boule de feu s’écrasa sur le guerrier à la grande épée. Celui-ci avait utilisé son épée comme un bouclier. Lechoc de l'impact envoya au sol Nemetes, mais celui-ci se releva rapidement tout en fessant un drôle de rire.

Fenrir remercia la jeune femme que son intervention, mais que ce n'était pas la peine. Il lui dit aussi que c'est avec un tel état d'esprit qu'elle pourra se faire aimée et se faire obéir par ses hommes. Puis il repensa ce que disait la femme serpent et c'est avec un grand sourire qu'il se dit qu'il allait enfin avoir un vrai combat. la créature pouvait utilisé sa magie et en plus elle était omnisciente. Il récupéra son bouclier et le mis sur son bras gauche. Il fit que lenora avait pris les devants. Il lui dit qu'il aurais fallut que ce soit à lui ou à Nemetes d'être en premier. Lenora ne répondit pas et continua son chemin. Il soupira en pensant qu'elle pourra devenir un bon capitaine pour la Nouvelle aube, mais qu'elle devrais aussi mieux écouter les anciens. Il alla la suivre quand la jeune femme déclencha un pièce. des pieux de glaces sortirent du sol, mais la jeune guerrière eu le temps de sauté en arrière pour éviter les pièces. Nemetes dit aux reste du groupe de prendre garde aux sol et il dit à leno qu'elle pouvais resté devant mais qu'elle devrait faire attention aux moindre détail. Puis Lenora repris sa marche et alors qu'elle allait mettre son pied sur l'un des carreaux de la salle. Le guerrier à la grande épée pris la cape de la jeune Nouvelle Aube et l'avais tirée de toute ses forces. La jeune guerrière se retrouva près de Nemetes. Le nordique allait dire quelque chose quand il compris pourquoi Nemetes avais fait ça. En effet la dalle ou leno avait marché s'enfonça dans le sol dans un boucan du diable.
Fenrir remercia le guerrier d'avoir sauvé la vie de Lenora. Puis il regarda le corridor et puis voir qu'il restait encore pas mal de chemin avant d'attendre l’ennemie. Il se retourna vers ses les autres membres du groupes et leurs dit:

"Nous ne pouvons pas continuez ainsi, Nous avons eu de la chance de ce soit Lenora qui soit en première mais une seule faute d'attention peu nous coutez la vie... Je fais essayer quelque chose avec mon familier."

Puis il alla en direction de hati qu'il était resté devant la grande porte, le loup regarda son maitre venir vers lui et lui dire dans sa langue nordique:

"Hati, j'ai besoin d'aide, tu pourrais désamorcée les pièges dans cette salle?"


Le loup se leva et il lui répondit avec une certaine colére:

"Je ne fait pas t’aidè, si tu es digne de ton pouvoir,tu dois te débrouiller tout seul, on s'était bien mis d'accord là dessus."

"je le sais, mais on n'est pas en combat... Je t'en prie, c'est la seule fois que je te demande un tel services, je ne crains pas pour ma vie, mais pour celle des membres de ce groupe."

Un silence s'installa entre le maitre et le familier. Le silence se brisa quand hati alla en direction du corridor. Le loup aux poils blanc et bleue s'approcha de l'endroit ou Lenora s'était arrêter. Il se retourna et il dit dans le langage courant:

"Je fais vous aidez, mais je ne fais pas désamorcée tout les pièges, certain doit être commandé par cette femme serpent... Je vous attendrais là bas... Je vous souhaite bonne chance pour la suite."

Puis il marcha tranquillement et d'un seul coup disparus et les membres du groupe purent voir que des pièges se déclenchent. Ils avaient des fausses trappes, des pieux de glaces qui surgirent du sol ou des murs et des tirs de flèche de glaces. Alors que Le nordique dit à lenora de prendre la tête du groupe pour avancer, Hati de son coté était en train d'attendre près de la femme serpent, celle-ci fut surpris quand elle entendit le loup blanc parlée:

"je ne suis pas venus pour combattre, mais simplement regardé comment mon maitre va faire pour te battre... Je n'interviendrais seulement en fin du combat pour sauvé la vie guerrier blond après que tu te sois bien amusée avec tes autres proies."


Puis il s’allongea et commença à faire une siete le temps que le groupe arrive jusqu'à lui.




Fenrir: For: 7 / End : 7 / Dex : 5 / Intelligence: 10 / Sagesse: 5 / Charisme: 6
La forme du roi loup : For :10 / End :7 / Dex :8 Intelligence :6 / Sagesse : 5 / Charisme : 4
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du Jeu

avatar

Expérience : 0

MessageSujet: Re: Salle de l'esprit   Lun 3 Fév 2014 - 11:20

La gardienne siffla, courroucée. Une image lui présentait un grand loup activer les pièges sur son passage. Comment pouvait-elle s'amuser si on lui envoyait un appât gâcher la moitié de son jeu ?! Elle laissa sa queue reptilienne frapper le sol dans un geste nerveux et agacé. Elle savait la suite proche de cet événement et attendait donc que ce maudit loup arrive à elle. Il verrait bien quel accueil elle réserve à ce genre de perturbateur sur pattes. Comme prévu, ce familier prétention se permit de lui parler comme s'il s'agissait d'amis d'enfance.

"Je ne suis pas venu pour combattre, mais simplement regarder comment mon maitre va faire pour te battre... Je n'interviendrais seulement qu'en fin du combat pour sauvé la vie du guerrier blond après que tu te sois bien amusée avec tes autres proies."

Sur ces paroles il s'allongea pour s'endormir. Il osait bien trop... Prétendre non seulement qu'elle n'obtiendrait pas victoire et penser qu'elle ne lui ferait rien ? Ah ! Ce petit être n'était vraiment pas omniscient, lui, sinon il l'aurait su ! La femme serpent arma sa queue avant de frapper le loup endormi avec violence, envoyant celui-ci voler dans les airs pour finir par s'écraser avec fracas contre une vieille étagère. L'impact, autant que le meuble qui tomba, retenti aux oreilles de tous tant le bruit était assourdissant. Du fait de l'écho, le son resta un moment flotter dans l'air. La voix, puissante et stridente de la créature se fit entendre ensuite. Le léger problème de prononciation de la femme n'existant plus sous son accès de colère.

- Que cela vous serve de leçon à tous ! Personne ne se pavane impunément devant moi en court-circuitant mon jeu ! Au prochain écart de conduite je ne vous ferai pas le moindre cadeau et vous mettrai en pièce sur le champs. Mais puisque vous vous êtes cru si malins évitez dont cela !

Levant les bras vers le plafond elle lança un sort. Quelques secondes plus tard se déversa sur le groupe une pluie meurtrière de givre dont les pics étaient aussi tranchants que des lames aiguisées. Cela leur apprendrait à contourner le jeu de la maîtresse et se croire plus malins.

- Mon sanctuaire, Mon jeu, Mes règles !"Clama-t-elle d'une voix suraiguë, un léger ricanement suivant sa tirade. Son ton de voix étant à moitié furieux, cela lui donna tout l'air d'une furie.

Dans le calme il avaient peut être réussi à les éviter mais un jeu est fait pour se corser lorsque cela devient trop facile ! Le loup avait enlevé une grande partie des pièges, heureusement pour eux, mais il en restait et Elle le savait, ils ne pourront pas tout éviter bien longtemps... Sous cette pluie de lame de glace, ils paniqueront et feront des erreurs. Attention à ne pas confondre rapidité et précipitation...

[HRP : Fenrir, ton familier est pour le moment inconscient, il pourra se réveiller dans quelques tours de jeu (je te préviendrai) mais attention la prochaine fois, ce n'est pas un monstre de pacotille, tout le monde est susceptible de se faire blessé  Wink]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://terre-alesia.forumactif.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Salle de l'esprit   Mar 4 Fév 2014 - 22:07

Lenora remercia chaleureusement Nemetes lorsque ce dernier lui évita de finir en charpie avant même que les choses sérieuses ne commencent, tout comme elle avait murmuré un faible « Merci » à son supérieur lorsqu'il l'avait à la fois critiqué mais également complimenté sur sa façon d'agir. Cependant, il fallait avouer que têtue comme était la demoiselle, elle ne cesserait probablement pas d'essayer de sauver les autres. C'était sa façon d'être après tout.

Chacun contribua à désamorcer les pièges, que ça soit Maneediana avec ses flèches, Nemetes en s'attachant à la différence de couleur, mais aussi Fenrir dont le familier décida de déclencher la plupart des pièges non magique, ce qui mit le monstre dans une rage qui était, sans mauvais jeu de mot, monstrueuse. Elle envoya valser le familier du Nordique à travers la pièce dans un boucan de tous les diables. Elle avait bien assommé le loup blanc qui ne réapparut pas près d'eux. Il devait être enseveli sous une quantité impressionnante d'ouvrages. Pour une littéraire comme la jeune guerrière, c'était d'ailleurs un véritable crève-coeur que de voir tous ces ouvrages antiques disparut à jamais à cause de l'humidité de la pièce et de son flagrant manque d'entretien. Mais elle avait autre chose à penser désormais.

L'affront de Hati avait vraiment énervé leur hôte qui décida de leur expliquer à nouveau en quoi consister son maudit jeu : suivre ses pièges pour aller directement se faire tuer en l'atteignant. Autant dire que ça n'était pas du tout au goût de la rousse qui retint pourtant ses commentaires. Ca n'était pas le moment de perdre son énergie de la sorte. Surtout que juste après, la femme-serpent décida de déclencher une pluie de givre. Aux yeux de la guerrière, cela ressemblait surtout à une pluie de stalactites miniatures, susceptible de couper la peau et de transpercer la chair. Et si l'un d'entre eux avait un bouclier, il ne pourrait pas abriter tout le monde.

La demoiselle tenta dans un premier temps de s'enrouler dans sa cape, pour essayer de se protéger au maximum, mais cela ne couvrait pas sa tête, la partie qui n'était pas protégée chez elle. Et tendre sa cape au-dessus d'elle ne servirait à rien, la pluie passerait au travers. Elle se couvrit donc la tête de ses mains, et essaya de revenir vers son groupe, sans réellement faire attention à où elle posait le pied. Elle esquiva de justesse un pieu d'acier qui sortit du sol, prêt à empaler quiconque s'était trouvé sous lui. La guerrière retint un petit gémissement dépité, ne voulant laisser à entendre sa faiblesse et la peur qu'elle éprouvait.

Elle attendit un moment, se couvrant la tête de ses mains pour protéger au mieux son crâne. Après tout, elle portait des gantelets, autant que ça lui serve. Mais plus le temps passait, plus l'ignoble certitude que la femme-serpent ne cesserait jamais son sort s'imposait à son esprit. Si personne ne faisait rien, ils allaient mourir ici. Mais que faire ? Elle ne savait pas si les flèches de Maneediana pourraient atteindre leur cible, et Fenrir, Nemetes et elle étaient des combattants au corps à corps, ils ne pourraient rien faire tant qu'ils ne seraient pas proches de la créature. Qui plus est, à cause du sort, ils étaient amenés à faire des erreurs. Non seulement ils étaient blessés, mais les dalles n'avaient pas toutes été désamorcées, et ils prenaient le risque, en y allant n'importe comment et tous ensemble, de se faire tuer. Elle regarda Angus. Le loup souffrait aussi de l'assaut magique, bien que sa fourrure soit une protection plus efficace qu'il n'y paraissait. Et avant même qu'elle n'ouvre la bouche, l'animal alla se placer à côté d'elle. Quoiqu'elle fasse et où qu'elle aille, il la suivrait, fidèlement, jusqu'au bout du monde. Quitte à en mourir apparemment.

Elle se tourna vers son groupe et eut un petit sourire en les regardant :


« Faites attention à où vous marchez. On se retrouve à l'arrivée ! »

Et, prenant son élan, elle commença à courir, traversant le couloir. Elle veillait à ne pas aller trop vite pour ne pas prendre trop d'avance afin de ne pas les distancer -elle se voyait mal arriver devant le boss et lui demander d'attendre que les autres débarquent- mais elle avait quand même quelques mètres de plus qu'eux. Elle savait que de tout le groupe, s'était elle la plus rapide, et probablement la plus souple aussi. Elle connaissait le style du nordique, et le démon avait de lui-même déclaré ça. Quant à la Drow, elle avait l'air d'être un peu rapide, certes, mais aussi forte et endurante. Elle devait être plus forte que la semi-Ange en tout cas. Alors Lenora avait décidé d'accomplir une mission assez suicidaire.

Son but était très simple : elle voulait déclencher un maximum de pièges pour libérer la voie à ses trois compagnons, afin qu'ils puissent avancer sans danger. Elle était la plus à même d'esquiver les diverses attaques qui lui fonçaient dessus, même si pour ça, elle risquait très franchement sa vie. Angus à ses côtés avait décidé de ne plus utiliser sa forme spectrale pour peser aussi de tout son poids sur les dalles et les enclencher si jamais elles recelaient un piège.

Lenora savait que son attitude était aussi risible que blâmable ; elle prenait le risque de courir sans regarder où elle allait pour essayer de protéger au maximum les autres. Elle entendait une multitude de petit « clic », le bruit caractéristique d'une trappe qui allait essayer de la tuer. Au final, elle ne savait plus si les déclic existaient vraiment où si elle ne les inventait pas. Tout ce à quoi elle pensait, c'était à réguler son souffle pour ne pas finir avec un point de côté ou bien une crampe qui la mettrait clairement en position de faiblesse. Elle essayait de ne plus sentir le givre qui lui entaillait la peau, elle essayait de ne pas glisser sur le sol qui commençait à ressembler à une patinoire à cause du givre, elle essayait seulement de survivre et d'être utile aux autres, esquivant les fléchettes empoisonnées, les dalles qui s'effondraient sous ses pieds, les pieux qui sortaient de terre ou les roches qui s'écrasaient au sol. Elle voulait uniquement leur venir en aide, et essayer de frapper au plus vite la femme-serpent pour qu'elle fasse cesser cette maudite pluie de givre.


[Le MDJ m'a dit qu'il fallait qu'on rejoigne le boss en deux tours, je préfère prévenir x)]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Salle de l'esprit   Ven 7 Fév 2014 - 18:34

Cette journée s’annonçait la plus pathétiquement drôle de toutes, avec une touche de possibilité d’être mortelle, pour ne rien améliorer à son humeur. Pathétique, c’était le mot, qui malheureusement s’appliquait à tous, peut-être même à elle. Ils patinaient avec des souliers pas à leurs pointes, sur une patinoire suspendue au-dessus de magma. Ça fond, ça glisse. Et l’autre femme hideuse qui se moque bien dans son coin. Tch. Oh, mais vous savez, la mort, c’est pas siii terrible. Ce l’est un peu plus quand c’est bouffer par une femme limace –ou lézard, qu’importe- de ce tempérament par contre. On aurait pu trouver mieux comme scénario de fin. À tout parier les deux autres portes auraient été mieux, avec un ennemi un peu plus conciliant à se battre, sur lequel elle aurait eue moins de remords à mourir après s'être vraiment battue, plutôt que d'être morte à l'usure après autant de sournoiseries. Mais ici, avec cette chose, qu’avaient-ils réussis à faire jusqu’à présent?

Oh, il y avait la rousse qui fut sauvé in extrémis du gouffre. Madame avait désormais un chevalier galant, comme c’était mignon. Enfin, chevalier, plutôt un démon qui se trouvait dans le même pétrin que tout le monde et qui ne tenait sans doute pas lui non plus à se retrouver trois à la fin du labyrinthe. Mais cela ne faisait qu’approuver ses pensées; ils n’arrivaient pas à rien faire et ce depuis le début. Au moins l'inverse était aussi vrai; personne n'avait été blessé. La drow jeta un léger coup d’œil au trou qui paraissait sans fond. Rassurant. Elle n’allait pas y mettre le pied, voulez-vous? Et le temps qu’elle pris pour observer le trou fut tout ce que l’homme eut besoin pour convaincre son cabot d’aller enlever les pièges, canidé qui, jusque là, n'avait pas sembler vouloir participer. Bah on ne peut pas le lui reprocher, son 'familier' étant toujours bien caché et enroulé contre sa jambe. S'il avait pu trembler de peur, peut-être l'aurait-il fait ce lâche. Il n'avait qu'à partir s'il n'était pas content. Pourtant, ce fut une idée qui plut à la drow -celle de désamorcer les pièges, eh-. Ne plus avoir de pièges sur la route, même si ça n’enlèverait pas tout, était déjà une bonne nouvelle et un petit pas de plus vers l'arrivée. Qui ne duras pas, lorsque quelques minutes plus tard, on entendit un son qui aurait pu faire rire Maneediana. Oui, le chien –ou le loup, qu’importe- n’avait pas cru bon de les attendre et était allé voir la femme, qui s’était venger en l’envoyant faire un vol planer. Ce qui s'était dit exactement ne l’intéressait pas, mais c'était plutôt l'état du chien qui piqua sa curiosité. Allait-elle le gober? Ça pourrait être drôle. Tout le monde sait que les serpents sont vulnérable lorsqu'ils digèrent. Bon, bien sur que la créature était intelligente, mais elle s'amusait à se faire des idées malgré tout. À noter, les canidés ne doivent pas être très intelligents. Et pour se venger, une pluie de givre commença à s’abattre sur eux. Un peu mécontente, la femme à la peau noire remis prestement sa capuche pour protéger le haut de sa tête, mais le choc restait quand même. Pire, elle s’écorcha une oreille au passage, ce qui avait habituellement pour effet de la mettre dans une colère assez impressionnante. Pourtant, elle ne fit que serrer les poings et les dents, son regard de braise plus méprisant qu'à son habitude. Elle se fâcherait intérieurement, faire une scène ne servirait à rien. Mais la responsabilité était tout de même au loup, où à l'homme qui se pensait meilleur que tous avec ses grandes paroles. On voit qui est au-dessus des autres, là. Tu es responsable de blessures des membres de ton équipe, minable. Si elle avait une grafigne plus de trois centimètres sur les oreilles, tu en es personnellement responsable.

« Faites attention à où vous marchez. On se retrouve à l'arrivée !  »  

Un peu abasourdie, Maneediana regarda la rousse partir en courant en mission suicide pour tout déclencher sur son passage. Mission suicide, encore une fois. Peut-être que c’était pour ça que l’homme la tenait avec lui; elle était un peu son bouclier humain, assez naïve pour ne voir aucun inconvénients à courir et se prendre coup et blessure. Comme un tank, mais en moins équiper, avec le bouclier en moins, et plus fragile aussi. Donc un tank sans les capacités de base du tank. Wow. Autant dire que c'est une enfant, ça clos assez bien la discussion mentale. Plus encore, rien n’indiquait qu’elle les aille tous désactiver. Étant directement à sa suite, cependant, elle ne semblait ne rien rencontrer, la rousse les évitant tous un à la suite de l’autre. Pas mal.

Pas mal jusqu’à ce qu’un clic retentisse sous ses souliers. Ce fut assez instantané pour surprendre la Drow qui avait baissé sa garde, à voir l’autre femelle qui désactivait tout sur son passage. Assez soudain pour que le pic de glace qui jaillit du sol transperce sa cape, frôlant de très près le long du dos de l’elfe noir, qui avait fait un saut de côté inextremis. Aucune blessure, mais plus aucune protection à la tête, le reste de la cape étant bonne à jeter. Et puis, elle ne pouvait pas se permettre de s'encombrer de tissus déchirer. Ça s'éffiloche, ça se prendrait n'importe où. Du tissus de si bonne qualité, en plus! Tant pis. Lasse, elle retira la cape et la capuche de sur ses cheveux d'argent, rabaissant d'un mouvement en courant ses cheveux par-dessus ses oreilles. Franchement, elle avait envie de manger du serpent. Et le plus gros des deux qui se trouvait dans cette sale.  

« J'vais t'en faire, moi, des gros cailloux par la tête... »

Qu'elle murmura pour elle-même, le regard noir, la main toujours à son arc. L'embrocher, c'est tout ce dont elle avait envie désormais.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Salle de l'esprit   Jeu 27 Fév 2014 - 4:55

Nous allions de surprise en surprise, au fond de ce maudit tombeau, piétinant dans les couloirs de la bibliothèque géante. Les impressionnants rayons de livres nous entouraient, limitant notre champ de vision, et nous forçant à emprunter la seule voie envisageable: continuer toujours tout droit. Notre hôte nous attendait au bout de ce parcours d'obstacles aux désagréables relents de course mortelle. L' idée de finir empaler sur l'un des pièges de la salle ne m'enchantait guère et je mourais d'impatience d'affronter la créature hybride qui nous avaient imposé ce défi. Contrairement à ce que j'aurais pu m'imaginer en entrant dans ce traquenard, la cohésion du groupe ne vola pas en éclats dès les premières minutes. Si notre camarade drow ne semblait pas réellement apprécier notre présence, du moins se passait-elle de commentaires. Lenora en tête, nous avancions, les sens en éveil, les muscles tendus, prêts à esquiver le premier danger qui se présenterait. Cependant, Fenrir, notre brave nordique, ne l'entendait point de cette oreille. Notre progression devait lui paraitre trop dangereuse, ou trop lente, car il envoya son familier, un loup à l'apparence plutôt impressionnante, nous ouvrir la voie. La bête pouvait apparemment se targuer d'avoir la patte sûre et le cuir épais car il ressortit à l'autre bout du parcours sans la moindre égratignure. En revanche, le discernement et la modestie n'était guère ses maitres mots et un malheureux excès de  confiance le poussa à narguer notre ennemie d'une manière plus qu'insolente, ce qui lui valut un sort peu enviable. La bête le frappa brutalement et l'envoya paître à l'autre bout de la salle, où il termina sa course dans une étagère et se trouva, inconscient, enfoui sous une énorme pile de livres.

La vue de cet incident m'arracha une grimace de compassion pour l'animal, même si sa bêtise aurait pu nous coûter cher. Elle nous valut tout de même une nouvelle épreuve: aux joies des chausses-trappes et autres pièges magiques, le monstre ajouta une pluie de morceaux de glace plus pointus que de raison. Je regrettais d'avoir jeté ma cape de voyage à l'entrée du tombeau, pensant qu'elle ne ferait que me gêner dans le combat que nous nous apprêtions à mener. J'étais à des lieues de m'imaginer que nous aurions à nous protéger d'un climat capricieux, tout particulièrement en intérieur. La peste soit des magiciens et de leur susceptibilité. Chacun faisait de son mieux pour se protéger des projectiles gelées pourtant bien décidés à entamer nos chairs. Rentrant légèrement la tête dans les épaules, je ne me sentais guère le courage de lever mon arme au dessus de ma tête pour m'en servir comme abri. Si cela pouvait être considéré comme une solution de fortune, je ne pouvais guère risquer de me fatiguer avant de livrer un combat qui pouvait s'avérer long et rude. Il me fallait donc presser le pas en espérant ne pas trop souffrir jusqu'à la fin du chemin. La voix de la jolie rouquine me tira de ma rêverie. Avant même que je puisse comprendre où elle venait en venir, elle partit au pas de course, négligeant toute prudence. Sa démarche avait le mérite d'être courageuse...
Je fis de mon mieux pour suivre les deux femmes du groupe, plus légères et indéniablement plus agiles que moi, même si je n'étais pas en reste. Mon armure n'était qu'une moindre gêne puisque je la portais quotidiennement depuis des années déjà. Je pouvais donc suivre mes camarades sans trop peiner.

Lenora parvenait à déclencher la majorité des pièges, et le passage de Maneediana suffisait à enclencher les trappes restantes. Du moins au début de notre parcours. Bientôt les pièges ne se déclenchèrent plus immédiatement, et commencèrent à devenir dangereux seulement quelques secondes après le passage de notre éclaireur. Pieux, gouffres, carreaux, lames affutées et runes magiques se succédaient sous nos pieds, nous obligeant à garder un rythme soutenu tout en priant pour que les prochains mètres ne nous soient pas fatals. Les esquives n'avaient plus rien à voir avec une quelconque réflexion, notre instincts et nos réflexes avaient pris le relai. Je n'osais jeter un coup d'oeil derrière moi mais le vacarme qui retentissaient ne m'évoquait rien de bon. On aurait dit que la salle entière s'effondrait derrière nous. J'ignore pendant combien de temps nous courûmes ainsi. Cinq, dix minutes? Trop longtemps à mon goût, en tout cas. Nous commencions à prendre le coup, lorsque notre course d'obstacles prit une tournure plus... délicate. En plus des pièges au sol toujours aussi létaux, nous devions aussi composer avec des chutes de rochers venant du plafond et l'effondrement partiel de certaines bibliothèques. Des quantités titanesques de livres chutaient sur notre passage, devant et derrière nous. Bientôt le sol devint difficile à discerner, sous les monceaux d'ouvrage qui le recouvraient. Un véritable chapelet d'injures franchit mes lèvres, traduisant mon désarroi. Notre course semblait ne devoir jamais prendre fin...
Revenir en haut Aller en bas
Fenrir
Maître d'arme
avatar

Expérience : 0

Le parchemin
Niveau: 0
Faction: Nouvelle Aube
Rang: Chef de Guilde

MessageSujet: Re: Salle de l'esprit   Mer 12 Mar 2014 - 21:19


Fenrir allait s’avancer dans le couloir quand il entendit le bruit d’un terrible choc, il sentit aussitôt que c’était Hati qui avait fait ce bruit. Puis la femme serpent hurla de rage en disant que c’était un exemple. Le nordique se demanda comment se fait que son familier se soit fait battre aussi facilement. Il réfléchit un peu pour mettre en place plusieurs théories, soit le monstre qui doit affronter est terriblement fort, soit que le loup était devenus gros confiant en ses capacité et qu’il avait sou estimé son adversaire.


Il n’eut pas le temps de continuer à réfléchis, car la créature leur envoya un déluge de glace, les stalactites tombèrent sur le nordique et sur le reste de ses compagnons. Il se protégea avec son bouclier et suivis Lenora qui c’était avancé dans le couloir. Il ne risquait plus avec les pieux de glaces comme il pouvait les bloquer avec son bouclier et qu’ils tombaient tout de haut. Mais il devait esquiver les lances de glaces qui sortaient du sol et des murs. Il Dégaina son épée pour trancher la plupart, mais il fut blessé à la jambe par l’un des pièges qui n’avait pas remarqué. Une lame de glace avait fait une belle coupure sur le jarret du chef de la guilde. Il serra les dents, mais il fit qu’il devait faire quelque choses pour se sortirent de là, mais il n’arrivait pas à réfléchir comme il était concentrer pour le moment sur sa survie. Il vit que Lenora était partie devant et qu’elle en profitait pour déclencher tout les pièges. Alors que la jeune femme s’avança et déclencha les pièges l’un d’eux se déclencha au moment où Maneediana s’avança. Un pieu sortir de la dalle et transperçât la cape de la maître d’arme. L’elfe noir enleva et jeta le morceau de tissus et continua à courir. Le temps semblait très long voire même qu’il s’était arrêter et que le groupe couraient pour la fin des temps.

Le nordique pus voir que certaines étagères et que des meubles de la bibliothèque s’effondra sous les secousses de la pluie de glace. Les livres furent déchirés par les pieux et par les pièges. Le chef de la Nouvelle Aube ne pus rien faire car ils renferment de grandes connaissances. Il n’arrivait plus à suivre la cadence des pièces et il fut blessé à diverses reprises. Il voulut en finir le plus rapidement possible mais il ne s’avait pas quoi faire. Il commença à se faire un peu distancé par le groupe. Il se dit que c’était le moment d’utiliser son pouvoir. Il se mit à parler quand sa langue :

"Skoll som gir meg makt til å kontrollere ulvene og låne meg sin styrke."

"que Skoll me donne le pouvoir de commander les loups et de me prêter sa force."


Il se transforma en roi loup, ses yeux avaient changé de couleur en passant du bleue aux jaune. Sa peau est devenus grise et ses dents deviennent comme celle des loups. Il était maintenant prêt au combat, il augmenta sa vitesse pour rattrapés l’elfe noir et le guerrier et les dépassés. Il en profitait pour détruire une partir des pièges qui se déclenchèrent devant lui et continua son avancé. Il invoqua deux loups donc leurs fourrures étaient bleues et il les envoya vers Lenora pour la protéger et pour l’aider. Puis il hurla à l’attention de leur adversaire :

" Nous venons à ta rencontre, prépare toi à connaître ton triste destin et à connaître une peur sans nom."

Puis il continua à avancer tout en serrant le pommeau de son épée.




Fenrir: For: 7 / End : 7 / Dex : 5 / Intelligence: 10 / Sagesse: 5 / Charisme: 6
La forme du roi loup : For :10 / End :7 / Dex :8 Intelligence :6 / Sagesse : 5 / Charisme : 4
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du Jeu

avatar

Expérience : 0

MessageSujet: Re: Salle de l'esprit   Mar 18 Mar 2014 - 21:00

- HAHAHAHA !!!

Une chose était certaine : L'hôte était ravie au possible. Son rire suraigu résonnait dans toute la pièce. Ses invités, par contre, devaient mourir d'envie de lui arracher la langue tant sa voix était insupportable. Mais peut importe, pour le moment leur peau se faisait fouetter par la pluie de givre et l'odeur du sang de ses proie rendait la femme serpent folle de plaisir. Pire, cela la mettait en appétit. A présent, la créature se mit à fredonner des phrases, créant ainsi une sorcellerie de plus. Un souffle le glace sortit d'entre ses lèvres, créant à quelques mètres d'elle une vraie patinoire : Obstacle de plus donné aux aventuriers. Mais, comble de l'horreur, la voilà qui n'était toujours pas assez satisfaite ! Sortant ses deux épées courtes elle les enchanta : L'une faite de poison et l'autre aussi brûlante que de la lave. Voilà qui s'avèrerait très dangereux, voir mortel, lorsque les aventuriers arriveraient au corps à corps...

La mage patienta ensuite, les observant peiner à arriver vers elle. L'un d'eux avait changé de forme mais cela n'impressionna pas la femme serpent. Pour s'amuser, elle fit apparaitre des vents violents et de la brumer, de façon à perturber davantage les "héros". Sur la dernière ligne droite vers la créature les pièges étaient plus légers et moins nombreux mais eux ne le savaient pas. Autant s'amuser un peu !

Très bientôt, ils engageraient le combat....

[HRP : Pardon c'est un peu court, mais ça suffira Wink]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://terre-alesia.forumactif.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Salle de l'esprit   Mer 2 Avr 2014 - 14:38

La demoiselle ralentit un peu, veillant à ce que le reste du groupe ne soit pas trop loin, consciente que le danger était toujours présent. Chaque situation apportait son lot d'avantage et de faiblesse. Être groupé les rendait plus vulnérables, mais être trop éloigné permettrait à la femme serpent de les éliminait l'un après l'autre sans trop de peine. Ils n'avaient établi aucune stratégie, et elle espérait que cela ne les bloquerait pas.

Un frisson parcourut son corps, l'exaltant tout en la terrifiant. Elle sentait le contraste plus que clair entre le froid qui régnait dans la pièce, et que leur ennemie s'amusait à amplifier à l'aide de vent et d'un sol recouvert de glace et la volonté presque enflammée du groupe. Les pièges pouvaient toujours s'activer sous cette croûte givrée ? Elle n'en savait rien, et elle ne prendrait pas le risque de croire qu'il suffirait de se laisser glisser pour atteindre son adversaire. Mais pour le moment, aucun n'avait baissé les bras, du moins, elle n'en savait rien. Elle pouvait être seule à courir à l'avant qu'elle ne le saurait pas. Cependant, elle ne pensait pas que Fenrir ou Nemetes avaient renoncé. Elle les connaissait plus ou moins, mais elle sentait que ça n'était pas leur genre. Quant à la drow... C'était plus ambiguë. Néanmoins, elle semblait furieuse contre le monstre, et la semi-ange jugea que Maneediana ne partirait pas tant qu'elle n'aurait pas pu porter au moins une estoc, aussi futile soit-elle à la mage qu'ils allaient affronter.

La jeune femme dérapa mais parvint à conserver son équilibre quand elle posa le pied sur la surface miroitante de la glace. Elle n'était pas habituée à ce genre de sol, mais elle était suffisamment agile pour qu'elle puisse sans sortir sans trop de mal. Malheureusement, elle n'avait pas le temps de s'inquiéter pour les autres, et de savoir s'ils suivaient ou non. Elle commençait à fatiguer, à s'essouffler à force de s'agiter dans tous les sens pour esquiver des pièges. Et maintenant avec la brume et le vent, elle ne voyait plus grand chose. Elle poursuivit néanmoins sa route, restant en tête pour déblayer au maximum le chemin des pièges. Angus à côté d'elle était aussi peu habile sur le sol givré que sa liée, mais il ne disait rien. Au contraire, une partie de lui semblait s'amuser de ces dérapages un peu fou qu'il faisait, son corps allant parfois s'encastrer dans le bois pourri des bibliothèques, des livres traversant son organisme évanescent.

Une bourrasque bien plus violente frappa Lenora de plein fouet qui perdit l'équilibre, propulsée vers ses trois compagnons d'infortunes derrière elle. A ce stade, ils étaient tous sur la glace, et s'ils tombaient, ils allaient rencontrer des difficultés pour se relever, sans compter la vulnérabilité qu'ils allaient rencontrer... Et elle n'avait vraiment aucune envie de percuter la Drow, de crainte de ses remarques. Elle réagit vivement et dégaina son épée, la plantant verticalement dans le sol, brisant la glace. Elle s'accrocha au pommeau de l'épée tandis que sa course était subitement freinée. Perdant l'équilibre, elle se retrouva à poser un genou à terre pour reprendre son souffle, toujours fermement accrochée à son arme. Elle expira doucement avant de se figer lorsqu'un petit clic se fit entendre. Elle se jeta sur le côté lorsqu'un pieu sortit du sol pour fendre l'air. Elle se redressa une fois le danger passé et sortit l'épée du sol. L'adrénaline s'estompa peu à peu, et elle commença à ressentir une brûlure au niveau de sa joue gauche. Portant sa main à son visage, elle caressa la fine coupure et le sang qui s'en écoulait.

Angus aboya et elle redressa la tête. Combien de temps est-ce qu'elle était restée plantée là ? Elle commença à avancer, rengainant son épée, tandis qu'elle sortait peu à peu du brouillard de la peur. Le loup s'approcha d'elle en gémissant, inquiet, et elle caressa sa tête doucement pour le rassurer.


« Ne t'en fais pas mon vieux, tout va bien. Je vais pas mourir pour si peu... »

Mais la jeune femme se trompait. La lame avait été empoisonnée, ce qu'elle ignorait ou faisait semblant de ne pas voir. Le poison était lent, venant du corps de la femme serpent. Il était fatal, mais elle allait vivre encore quelques heures au moins. Plus si elle prenait un antidote. Mais pour cela, il allait falloir tuer son adversaire et extraire du venin de son corps et ça, c'était une toute autre histoire...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Salle de l'esprit   Mer 7 Mai 2014 - 8:53

Cette chose serpent était insupportable, vraiment! Pire que pas mal tout le reste, pire que les semis ou n’importe quelle sous race. C’était une catégorie appart, qui prenait racine dans ceux qui osaient lever la main –ou ici la magie- sur elle. Ces  trucs-là, elle les exacerbait plus que tout le reste. Oui, même un drow pourrait avoir une place d’honneur dans cette catégorie. Cependant, elle douta fort qu’un drow puisse être aussi énervant que cette chose, à lancer encore et encore des sorts de magie à qui veut bien, de loin surtout, ce qui ne semblait même pas puiser dans ses réserves –sans quoi elle se ménagerait plutôt que de faire apparaitre des centaines de piège, des cailloux, des vents, des pics, des trous, du givre, infini plus un.  

La colère de l’elfe noire n’allait pas être jolie, mais pour l’instant elle se contenta de se concentrer à oublier le rire –ou n’était-ce pas un cri hystérique?- strident qui frappait à leurs tympans. Son rire était incomparable à tout ce qu’elle avait entendu auparavant, de quoi donner des envies de meurtre au plus pacifiste de tous les hommes. Une minnie mouse égorgée et torturée mais qui trouvait la situation amusante, voilà un peu ce à quoi le son pouvait ressembler, ça et une pointe d’appétit malsaine. Il se répercutait sur les parois de glace, une impression des plus désagréable que quelque chose d’autre se tramait, quelque chose de plus dangereux qui allait les attendre de pied ferme à leur arrivée. Comme si on n’avait pas assez des gros cailloux qui nous martèle le crâne! À cela s’ajouta une patinoire glacée et de la brume, pour bien sur encore davantage passer une bonne petite soirée entre potes. Mais oui. Et puis bon, si elle comptait les manger, y’a fort risque d’attraper beaucoup de saletés avec de la viande autant refroidie. Elle s’attrapera une bonne colique cette salope.

Maneediana était rester seconde pour ne rien changer. Sa position ne la dérangeait pas trop finalement, elle ne se sentirait pas à l’aise de n’absolument rien voir ce qui se trame avec toutes cette brume. Oh, la glace ne la dérangea pas tant. Elle avait grandi dans des montagnes, elle avait connue des journées pires. Cependant, il n’y avait pas grand-chose sur lequel se rattraper si un piège survenait sur cette patinoire. M’enfin, on n’y peut rien. À la suite de Lenora, elle ne vit pas plus venir les bourrasques, qui frappèrent heureusement pratiquement uniquement la semi-ange. Elle faillit bien tous les percuter d’ailleurs, si elle n’avait pas eue le réflexe d’arrêter sa progression avec son arme.  

Bon, elle fit quelques galipettes, se fendit la joue, mais rien de plus. Une coupure, c’est pas la mer à boire. Elle assura d’ailleurs son compagnon qu’elle n’allait pas en mourir. Tant mieux, la journée où on vas mourir d’une coupure à la joue seras la journée où le taux d’assassinat augmenteras d’environ 400%. Non, la drow ne s’en fit pas une seule seconde pour la femme, qui resta tout de même immobile quelque secondes de trop pour sa petite patience. C’est justement rester immobile qui rendrait la tâche beaucoup trop simple pour l’autre folle. Passablement énervée, la drow contint son envie de dépasser la jeune femme et de prendre les devants. Les autre semblaient de son côté et verraient d'un mauvais œil qu’elle ne semble pas inquiète du sort de leur compagne. Si habituellement elle s’en ficherait, en ce moment c’est le sort d’un peu tout le monde qui est en jeu et se mettre les autres à dos reviendrait à dire qu’elle se tire un bon coup dans le pied. Faudra faire preuve d’un minimum de respect au moins pour le temps de mettre la chose à terre. Donc, elle attendit, reprenant la marche derrière elle, gardant une légère distance pour prévoir les éventuelles chutes qu'elle pourrait avoir envie de refaire. Cependant, la dernière ligne droit fut réellement plus légère. Elle se fit rapidement, même. Le serpent en avait déjà marre de s'amuser à regarder la souris trouver la sortit? Il voulait en découler? Ce n'était pas pour lui déplaire.  

Finalement, en dernière ligne droite, il semblait que la chose tenait deux épées. Ahahah, si elle croyait qu’elle allait s’y tenter tout de suite, sans avoir bien vu ce qui se tramait autour d’elle, elle se foutait les doigts dans ses pas d’yeux! La drow préparait d’avance son arc, préférant aux autres les joies du corps à corps. Elle tenais déjà davantage vers la droite, laissant tout l'espace disponible aux deux autres pour la dépasser s'ils souhaitaient charger. Elle pourrait ainsi s'arrêter quand elle voudrait pour lancer des petites flèches. Piou piou!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Salle de l'esprit   

Revenir en haut Aller en bas
 
Salle de l'esprit
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Salle du Feu
» La salle du trône et le château
» Salle d'opération section civile
» La salle de l'argent
» salle de soins des femmes/ Chambre n° 1 : actuellement Senjo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alésia :: Archives :: Rps abandonnés-
Sauter vers: