AccueilCalendrierRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Maneediana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Maneediana   Ven 13 Déc 2013 - 4:43


Maneediana Daeragh
« Et tu es quoi pour m'adresser la parole? »
Image d'Exemple
  • Nom : Daeragh
  • Prénom : Maneediana
  • Surnom : On peut la surnommer de nombreuses manière mais pas devant elle. Oh non, il ne vaut mieux pas. Des signes de respect, tout au plus, sauf si elle vous offre elle-même un surnom.
  • Age : 127 ans
  • Race :Drow
  • Sexe : Féminin

  • Métier : Maitre d'armes... Mais j'hésite. Si vous avez un rôle de dirigeant qui lui conviendrait, n'hésitez pas. Ça rentre parfaitement dans ses aspirations de femme drow 8D [Cela ne me dérange absolument pas de produire un test rp si vous doutez que j'ai le niveau pour assumer ce rôle.]
  • Guilde : [proposé par le staff après étude de la fiche, il vous sera possible de choisir parmi plusieurs propositions]

  • Alignement : neutre mauvais
  • Religion : Elle croit en la seule déesse digne de ce nom, déesse protectrice des Drows

  • Pouvoir(s) : Aucuns

  • Phobies : Elle fait souvent ce rêve étrange dans lequel elle se fait étrangler et où elle n'arrive plus à respirer, et elle se voit vu de haut se faire lentement couper les oreilles, puis les phalanges, puis elle se fait crever les yeux, tout deviens noir et elle sait qu'elle vas mourir. Elle se réveille par la suite paralyser, ce qui est, en soi, presque plus effrayant que le rêve. Ça dure quelques instants avant qu'elle réussisse à sentir un engourdissement dans les doigts puis qu'elle réussisse à nouveau à se mouvoir. Et, littéralement, c'est la chose qui l'effraie le plus au point de détester dormir.
  • Faiblesses : Si elle vous considère comme un être inférieur, elle vous considère aussi avec des capacités inférieures. Donc, bien souvent, elle aura tendance à ne pas trop se méfier.
Mon Physique

Tout d’abord, Maneediana respecte en tout point la recherche de la perfection des drow, et elle en est très consciente, croyez-moi. Du sang pur jusqu’à la racine de ses longs cheveux argentés! Ils lui tombent généralement au bas des reins, qu’elle cache sous une capuche remontée au haut du front. Ils sont soyeux, sans pour autant représenté une occupation majeure chez la jeune femme. En effet, ses cheveux sont loin d’être son attrait physique préféré, c’est aussi pourquoi elle préfère les cacher, garder un aspect plus sombre et ainsi mieux faire ressortir ses pupilles de braise. Un véritable enfer qui vous regarde et vous scrute, vous crachant en plein visage ses flammes d’un rouge sang. Et pour vous fixer droit dans les yeux, ça, elle ne se gêne pas, attendant effrontément que vous détourniez le regard ou que vous démontriez tout signe de soumission que ce soit. Jamais elle ne regardera autrement une personne qu’au travers les yeux, sauf si elle vous considère comme le dernier des déchets, une impureté qui n’aurait jamais dû venir au monde. Dans ces cas-là, elle regardera bien au-dessus de votre tête, comme si votre existence était une réelle abomination pour cette planète. Une hautainerie qu’elle se permet sans aucun problème.

Sa bouche reste noire, peut-être même plus encore que sa peau. Ses lèvres sont légèrement pulpeuse, cassé dans un rictus pincé. On hésiterait entre un froid mépris ou un simple embêtement. Mais soyez-en rassurer, il vaut toujours mieux cet air méprisant à ce sourire amusé qui surviens de temps en temps, annonciateur de mauvaises nouvelles. Tout comme ses rires, qui démontrent bien souvent une réelle impression de supériorité ainsi que l’écrasement mental de votre être sous la répugnance qu’elle vous porte. Surtout si vous êtes une race inférieure. Oh, oui, il se peut fortement que l’envie de rire d’un orc lui en prenne, un rire empli de méchanceté et de dégout trahissant sans doute son envie de vous voir périr dans les plus atroces souffrances. Ou quelque chose comme ça.  

Ses oreilles sont longues et mince, peut-être un peu trop selon elle, et bien pointues. De toute manière il n’y a toujours pas matière à s’en faire, étant constamment cachées sous sa capuche, cependant il n’y a rien au monde qui l’agace plus que de les accrocher. Dans une branche, dans sa capuche, sur un oreiller. Rien au monde ne l’embête à ce point. Ça ne la frustre pas, non, il y a des choses qui peuvent la rendre bien plus colérique. Mais ça l’embête grandement, au point de grommeler pendant les trois prochaines heures.

Toujours sur le physique, on ne tournera pas autour du pot, Maneediana à de la chair. De la chair bien proportionnée, dans les seins mais surtout dans les hanches et les fesses, qu’elle a de plus apparent que sa poitrine. Elle possède aussi de bonnes cuisses pour bien les soutenir et un petit ventre qui donnent une silhouette mature et en forme. Mais ce n'est pas que de la chair, elle possède surtout une silhouette musclée sous ces courbes très prononcées. Elle fait bien davantage pinup des années 80 aux petites anorexiques de nos jours, avec son petit ventre qu'elle aime bien. Au diable la maigreur qu'elle trouve assez horrible, démontrant une mal nutrition certaine. D'ailleurs, elle rechercheras constamment chez les hommes cette prestance. La maigreur et l'élancement souvent apparent des elfes la rebute énormément.  

Finalement, pour terminer le portrait, la drow aime bien quelques touches de maquillage, un peu plus noir autour des yeux ainsi que du blanc comme signe tribal. Oh, ce ne sont pas de réels signes tribaux, c'est surtout une fantaisie de drow. Ou une fantaisie d'elle-même, au choix. Elle porte une épée bien éfilée ainsi qu'un arc et des flèches et deux dagues cachés sous ses tuniques de couleurs très sombre, dans le monochrome ou bien avec du rouge ou du bleu marin.

Mon Caractère

Si vous avez quelques méfiances ou préjugés envers les drows, il serait une bonne idée de ne pas venir les faire vérifier par ici. La plupart des jugements préétablis, surtout les moins appréciables, se retrouvent très souvent approuvés dans la personnalité de Maneediana.
On peut commencer par les jugements, c’est plus facile.
Tu es un homme, tu es le sexe faible. Tu dois te plier, te soumettre envers la femme. La femme, c’est la vie, la pureté, la grâce, tous les adjectifs quétaines que tu auras envie. Flatte-les dans le sens du poil. Sois à leur service, c’est ton rôle. Tu es une femme, tu es une ennemie potentielle. Si tu es une femme en dessous de Maneediana, elle te répugne déjà. N’ose pas trop te la ramener devant elle, la drow pourrait mal le prendre et te faire bien rapidement retourner à ta place. Si tu es au-dessus d’elle, la drow auras beaucoup de chance de te jalouser et de ne pas vraiment t’aimer. Elle ne fera sans doute rien contre toi, mais si l’occasion se présente elle n’hésitera pas à prendre ta place. Maneediana ne regarderas jamais ces femmes qui lui sont supérieur autrement que dans les yeux. Elle ne les craint pas, mais pourrait cependant les respecter, dépendamment de comment elles agissent. Elle ne déteste pas tout le monde, bien loin de là, elle est cependant hautaine et il faut faire ses preuves avant de gagner un minimum de respect. Si tu es d’une race inférieure, tu es le dernier hiérarchiquement, bien en bas des animaux et des végétaux. Les elfes seront traités au même égard que les drow, mais auront toujours un peu moins de valeur à ses yeux.

Oui, la jeune femme juge rapidement. En un regard, bien souvent. Mais il arrive qu'elle réajuste ses jugements, sans pour autant ne jamais avouer une quelconque erreur. Elle ne se trompe pas, ce sont les gens qui se sont réajuster. Son caractère se joue énormément sur des non-dits, des regards, des petits tics, des tons de voix. À environ quatre-vingt pour cent se joue sur ses yeux, sur les regards qu'elle lance. Plus prononcé et direct si quelque chose l'agace et la dérange. Un regard en l'air lors de réel énervement contre une situation. Un regard un peu plus las si vous l'ennuyez. Un regard presque toujours hautain, droit et fier pour presque toutes les autres situations, s'accordant avec sa posture bien droite.0Sa voix est tout aussi directe, plutôt grave et portant bien loin sans le moindre effort. Parfois, se paroles sont tranchées, sec, allant toujours droit au but. Ce qui ne veut pas dire qu'elle ne peut pas parler beaucoup, elle ne vas juste pas tourner inutilement autour du sujet, amorcer la discussion, tout ces flafla inutiles.
 
Déjà, elle est beaucoup dans ce que nous appelons les péchés capitaux. Nommez-les autant que vous voulez, elle baigne dans ces eaux-là la plupart du temps. Quand elle n’y est pas, elle aspire à diriger, à être ce qu’elle considère un peu comme l’alpha drow, celle qui dirige, celle qui donne les ordre et qui reçoit l’attention sur elle. Parce que, sommes toutes et en dépit de sa petite montagne personnelle de défaut, Maneediana possède aussi des aspirations et quelques valeurs et qualités qui lui sont propres. Déjà, elle met de l'avant l'autonomie et l'estime de soi (qu'elle a très fortement d'ailleurs). Elle met une grande estime sur la réussite personnelle et, même si elle est très envieuse, est capable de respect pour ceux qui en font de même et qui s'accomplissent. Elle met énormément d'effort et de temps dans ce qu'elle entreprends et n'accepteras comme résultat final que la perfection et rien d'autre. Il en vas de même pour ses projets d'avenir et futurs.  

C'est bien beau les semblants de qualités, mais on peut quand même résumer par ne lui faites pas confiance. Elle est capable d'être mesquine, violence, méchante, sanguinaire, si ça peut au final lui rapporter bien des mérites. Et même si elle tombait amoureuse, même à cela, elle se passeras toujours avant vous. Et il en vas de même pour les enfants. Elle se passeras sans problème avant eux. Elle est comme ça, à rechercher surtout son petit bonheur personnel et sa petite réussite. Si ça vas changer? Peu de chance, mais qui sait.


Mon Histoire

127 ans. Ça à débuter il y a exactement 127 ans, dans une famille dites pure de drow. Aucune altération à leur lignée. C’était bien là un aspect important de cette famille. N’allez pas croire que tous les drow sont ainsi… enfin… Oui, bon, un peu quand même. Où ils vivaient? Exclus, loin de ce que vous avez connus, dans les montagnes. Dans ces temps-là, on ne croisait pas d’autres races. On n’avait pas à vivre avec les êtres inférieurs. Oh, on n’as toujours pas besoin de les subir, mais vous comprenez. C’est dans une de ces familles typiques que Maneediana prit les racines de ce qu’elle est aujourd’hui. Les fondements de cette société bien distincte la forgèrent comme elle est désormais. Elle grandit dans une famille matriarcale des plus typiques chez ce peuple, apprenant rapidement le rôle de la femme dans la société et celui des hommes, soumis à l’image de la femme. On l’éduqua dans ce culte de la perfection auquel elle adhéra instinctivement, sans jamais le remettre en question. Et puis, elle était si belle, avec sa peau noire parfaite et ses cheveux éclatant de santé. Et elle était agile en plus, gracieuse pour un enfant, et silencieuse dans ses mouvements. La mère n’avait pas à se plandre, bien au contraire, elle avait une fille parfaite pour assurer sa lignée, en plus d’un petit garçon obéissant qui vint par la suite. Enfin, sa mère n’était pas non plus très maternelle. Maneediana pouvait la suivre partout, mais elle devait apprendre en ne s’imposant pas, et le plus silencieusement possible. Les questions pouvaient être posées mais elles devaient être pertinentes sans quoi elle s’essuyait un regard agacé qui lui faisait tout de suite comprendre qu’elle avait gaffée. Son frère cadet n’eut pas droit à un meilleur traitement, bien au contraire, il dut bien jeune apprendre à aider le père dans les tâches routinière. Et cette image, très tôt, amusa Maneediana. Elle se demanda pendant de nombreuses années si les hommes ne servaient pas uniquement à procréer, mais elle réussit plus tard à leur trouver d’autres utilités. Ses parents, ce qu'elle ne comprit que plus tard, s'aimaient. Mais ils voyaient très mal les marques d'affections publiques, les preuve de faiblesse, ce genre de chose. Ils s'aimaient d'un amour que beaucoup d'autres races ne comprendraient pas. C'est plus compliquer. Et puis, ça ne l’intéressa pas non plus.

L’apprentissage des drow n’est pas si aisé. L’âge adulte étant à cent ans, il y a beaucoup d’années passées où l’on est considéré aux yeux de la société comme des enfants. Mais c’est un apprentissage enrichissant, et qui forme une société assez homogène dans son ensemble, avec ses petites caractéristiques propres à chaque individus. Mais il est rare de croiser un drow très bon, ou pas xénophobe. Tout d’abord, on l’éduqua à la maison, lui apprenant implicitement toutes les sphères de la société. Par les jeux avec les autres enfants, on lui apprit à se battre. Par l’observation, on lui apprit à ce conduire. Malgré tout, elle fixait, effrontément, directement dans les yeux. On n’en fait pas trop un drame. Les drows sont tous plutôt hautain, elle n’était qu’une parmi les autres. Et plus elle vieillissait, plus les sphères de la société commençaient à entrer en elle, à se teindre sur sa personnalité. Les petits garçons jouaient moins avec les petites filles. On jouait moins tout simplement. On apprenait l'arc, le sabre, l'épée, l'art de la guerre. On hiérarchisait rapidement les personnes du même âge. Moi, ma maman elle est plus importante que la tienne. Je suis donc plus importante que toi! Et pour ne rien arranger, bien souvent Maneediana se retrouvait dans les hautes hiérarchies d'enfants.

Puis, passe doucement l'enfance, avec la naïveté pas tant présente et l'idéalisation du monde adulte. Entre cela viens une période étrange, floue, entre l'enfance et l'âge adulte. On ne se sent plus accepté ni dans l'une catégorie, ni dans l'autre. Pour la jeune femme, elle ne voulut bientôt plus rien savoir d'être une enfant. Et c'est là qu'elle se développa le plus rapidement comme elle est aujourd'hui, cherchant à clarifier exactement ce qu'était une femme adulte accomplie. C'est d'ailleurs, selon ses souvenirs, à cette époque qu'elle commença à se réveiller paralyser, puis à faire des cauchemars qui accompagnaient ces réveils difficiles. Parfois, elle voyait aussi des ombres planer autour de son lit sans être capable de se mouvoir. D'autres fois, ces ombres l’agrippaient, des visages apparaissaient, et elle devait se contrôler pour ne pas se réveiller en hurlant. À ce jour, personne n'est au courant de ce fait. Elle croit que c'est rependu, que ça viens avec la puberté, tout ça. Puis, adulte, elle se dit que c'était une maladie qu'il valait mieux taire.

La puberté frappa rapidement chez la drow, qui rattrapa très rapidement la taille de sa mère, puis, avec les années, la taille de ses seins aussi. Son frère ne fit pas aussi rapide sur la poussée de croissance et c'est vers ces âges qu'ils arrêtèrent de se parler, n'aillant simplement plus rien à se dire. Mais les liens de familles sont toujours présent, ne vous méprenez pas, si quelqu'un fait l'erreur de vouloir heurter sa soeur devant lui il finira rapidement décapiter et exposer dans le salon.

Pour en revenir aux grandes questions sur les femmes accomplies que se pausait Maneediana. Tout d'abord, une femme adulte accomplie drow inspirait le respect. Elle avait généralement des hommes soumis prêt à lui décrocher la plus haute glace des montagne s'il le fallait. C'était un point de départ à ce qu'elle tentait d'être. Peut-être qu'on la retrouva quelque fois avec des hommes, mais ça lui passa rapidement, ils étaient généralement plus enclin à écouter les femmes plus hautes hiérarchiquement, et ils ne l’intéressaient pas. Ce n'était toujours pas ce qui la différencierait des autres femmes. Elle devait chercher... Les grands écarts de conduite ne sont pas toujours acceptés et c'est difficile de faire ses expériences quand on est aussi bien encadrer.

En aparté, après s'être trouver une affinité toute particulière dans le maniement des armes, la jeune drow continua dans cette voie, cherchant à se faire un nom en tant que maitre d'armes. Elle se trouva une maitresse qui lui enseigna tous les rudiments, du poignard jusqu'au javelot, en n'oubliant pas les épées, les arc à flèche, la plupart des autres armes conventionnelles des drows aussi. L'art de la guerre était somme toute quelque chose de respectable comme métier chez les drows, et avec affinité elle trouva ce métier fort aisé à avoir comme ambition. Peut-être un peu trop, pour une jeune femme qui place l'ambition à si forte estime. Si bien que cela ne la contenta pas. Il était hors de question que cela suffise à être une femme accomplie. Pourtant, avec les années, elle toucha ses cent ans sur cette note désespérante. Il faut croire que oui, c'est sur cette note qu'elle devenait une femme. Mais, alors qu'elle venait de franchir ce cap, une illumination se fit. Rien ne la retenait nulle part. Si elle voulait se faire un nom, une renommée, ça pouvait être partout. N'empêche, c'était bien plus prestigieux que de diriger un clan de drow.


[Je vais en profiter pour vous faire une confession, je ne suis pas très fan des longues histoires, car les gens se poussent pour en rajouter et on tombe souvent dans le mélodrame de j'ai perdu toute ma famille et mon clan a été décimé par mon frère (: P). Je sais, c'est choquant, mais oui on peut être à peine adulte à 127 ans et ne rien avoir vécue de palpitant. Cela n'enlève rien à la richesse du personnage ou encore au talent rp. Aussi, je connais les drow de donjon et dragon, là d'où viens originalement cette race. J'ai essayer de nuancer, mais si cette interprétation des drow ne vous convient pas, faites-moi signe : ) ]

Mon Compagnon trop Kawaï !


Là, ce truc? C’est Tchrad. Mais il ne vous sera sans doute jamais présenté, donc très peu de chance que vous sachiez un jour son nom. Il a de belles écailles vives, dans les tons de l’or et du charbon ainsi qu'une langue qu'il laisse sortir à son gré et à ses émotions. D’ailleurs, on se demande souvent quel lien unis ce cobra et cette Drow. Ils sont ensemble, ils ne semblent jamais communiquer mais pourtant se comprennent. Il s’énerve lorsqu’elle est énervée, ne tolère pas qu’on lui manque de respect, et s’apaise lorsque sa maitresse semble plus neutre. Il engagera des rapprochements à de nombreuses reprises pour aller chercher la chaleur qu’il lui faut, et c’est tout. Ils ne se lancent que très rarement des regards et elle s'inquiète que trop peu de sa présence. Sauf en cas de réel soucis.

C’est un cobra ayant une personnalité davantage neutre que sa maitresse, qui se plait à voir le monde se détruire et se reconstruire sans cesse. Il aura acquis une drôle de sagesse pour un serpent, mais ne se mêle d’aucun conflits, sauf ceux l’atteignant personnellement ou si cela atteint directement Maneediana. Sa maitresse semble d’ailleurs s’en occuper un strict minimum, et c’est peut-être là tout leur attachement, l’autonomie du cobra et leur respect mutuel silencieux. Il chasse ses petites proies, dans la foret impossible de ne pas trouver pitance, et comme un cobra peut survivre bien longtemps sans manger cela n'inquiète pas trop la Drow.

Spoiler:
 

Eh, toi, derrière ton écran.
  • Prénom / Surnom : Me.
  • Age : 20.
  • Expérience Rp : Expert
  • Présence sur le forum : 7 - 10
  • Comment avez vous découvert le forum : Top-site.
  • Code : Code nomnom par Lenora ~

  • Statistique :
  • Force : 8
  • Endurance : 5
  • Dextérité : 7
  • Intelligence : 7
  • Sagesse : 5
  • Charisme : 8
Revenir en haut Aller en bas
 
Maneediana
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alésia :: Archives :: Anciennes fiches-
Sauter vers: