AccueilCalendrierRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 une mission qui aurais dut être facile (Raïsak et libre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fenrir
Maître d'arme
avatar

Expérience : 0

Le parchemin
Niveau: 0
Faction: Nouvelle Aube
Rang: Chef de Guilde

MessageSujet: une mission qui aurais dut être facile (Raïsak et libre)   Mer 16 Oct 2013 - 17:57

Cela fessait plusieurs jours que Fenrir attendait dans une petite auberge d’un village. Il devait mettre à l’épreuve un nouveau membre du nom de Raïsak. Il avait réussi à passer l’épreuve pour devenir un membre de l’aube nouveau, mais on ne connaissait pas ses capacités. Le nordique avait reçus par oiseau-messager une lettre de l’un de ses lieutenant qui lui demandait de teste Raïsak dans une mission difficile.

Il avait accepté et il allait attendre le jeune membre à la taverne du « chien rêveur » dans la petite ville de Laivieux. S’il y avait donné rendez dans cette ville, c’est parce que qu’il avait entendus des rumeurs et de des plaintes leurs était parvenus par des pauvres gens du coin. Leurs seigneurs et maître Drulecon Heloer avait mis en place des lourds impôts et qu’il châtier cruellement ceux qu’il refusait de payer. En écoutant les rumeurs, Le chef de la guilde décida de se rendre dans cette ville. Il était resté dans cet endroit pendant plusieurs semaines pour en s’avoir sur la situation, il demanda aux informateurs et à ses fidèles loups de lui dire tout ce qu’ils savaient. Il avait assez de preuve pour passer à l’action, mais c’est à ce moment-là qu’il a reçus le message.

Depuis il attend à la taverne en buvant et en divertissants les gens et les enfants en leurs racontant des histoires, faire de la musique ou en fessant des concours de bras de fer. C’est par une nuit étoilé qu’il allait enfin faire la connaissance de Raïsak. Il était en train de boire une chope de bière Quand il entendit la porte de la taverne s’ouvrir, il se retourna et il vit un homme de grande taille avec une carrure imposante. L’inconnu portait une tenue qui ressemblait à celle des moines et qui laisser voir la partit gauche de son corps. Il avait une ceinture et un pantalon de toile de couleur grise. Il put voir le visage de l’étranger quand celui-ci s’avança dans la lumière. Il avait une longue barbe brune, des yeux marrons et il avait deux étranges marque rond sur son front et il était chauve comme un nouveau née. Le guerrier fut très surpris de voir l’arme de cet inconnu, il n’en avait jamais vu et ça ressemblait à une sorte de gourdin. Il demanda à son familier Hati si c’était la nouvelle recrus. Celui-ci lui répondit qu’il avait l’odeur de leur repaire. Fenrir souris, se leva et alla à la rencontre de l’homme barbu :

- Salutation étranger, bienvenus à l’auberge du Chien Rêveur, si c’est pour boire je vous conseille de boire leur hydromel, c’est la meilleur de toute la région.


Après ces mots, Fen lui tendit la main et sur le dos de la main on pouvait voir le symbole de la nouvelle Aube. Le nordique alla s’avoir comment il allait réagir.




Fenrir: For: 7 / End : 7 / Dex : 5 / Intelligence: 10 / Sagesse: 5 / Charisme: 6
La forme du roi loup : For :10 / End :7 / Dex :8 Intelligence :6 / Sagesse : 5 / Charisme : 4
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: une mission qui aurais dut être facile (Raïsak et libre)   Sam 19 Oct 2013 - 12:25

Cela faisait déjà quelques temps que Raïsak avait intégré la guilde Nouvelle Aube qui lui correspondait parfaitement à ses idéaux. Pourtant, on ne lui confiait pour le moment aucune mission digne de lui. Il savait qu'il fallait toujours passer par ce genre de petites missions pour atteindre celles dont on convoite le plus mais notre Moine se sentait terriblement impatient, ce qui ne lui ressemblait pas, vis-à-vis de l'attente d'une réelle mission. Et celle-ci arriva plus rapidement que prévue.

Il ne se trouvait pas très loin du lieu de rendez-vous quand il reçut l'ordre de se rendre au Royaume de Quoy. Le lieu exact était un petit village du nom de Laivieux. L'objectif de mission ne lui serait donné que par le vétéran qu'il devait retrouver là-bas, dans une taverne au nom équivoque du "Chien rêveur". Sans plus tardé, Raïsak avait préparé le minimum d'affaires et prévenu Trori'm pour le voyage. Cela l'enchantait de quitter la ville pour un endroit moins peuplé, même s'il avait encore quelques réticences.

Le voyage se déroula sans encombre et se fit en un minimum de temps. L'arrivée au village se fit sous les regards intrigués et surpris des habitants présents. Son Minotaure se sentit mal sous tant de regards et fit comprendre au Moine qu'il allait l'attendre à l'extérieur de la ville. Raïsak se permit un léger sourire et approuva sa décision en lui disant qu'ils se retrouveraient plus tard. Il se mit ensuite en quête de la taverne.

Il la trouva rapidement. Il pénétra à l'intérieur en se baissant pour ne pas se prendre le bas haut de l'encadrant de la porte. La salle était rempli d'homme buvant et d'enfants écoutants des histoires de leurs aînées. Cherchant du regard celui qui devait l'attendre, il fut surpris de voir un visage qu'il avait gravé dans sa mémoire comme celui du chef de Nouvelle Aube. Il se stoppa légèrement, surpris de le trouver ici. Mais Fenrir, car c'était le nom de ce barbare nordique, s'avança vers le Moine et lui tendit la main.

- Salutation étranger, bienvenus à l’auberge du Chien Rêveur. Si c’est pour boire je vous conseille de boire leur hydromel, c’est la meilleur de toute la région.

Sur cet main, il put voir le symbole de la guilde. Passé ce sentiment de surprise, Raïsak reprit son calme et son air sérieux. Il alla serrer la main de cet homme en forçant le plus possible. Mais il se fit plus mal qu'autre chose tant la poigne de Fenrir était puissante par rapport à la sienne. Il inclina aussi légèrement la tête en guise de salutation respectueuse.

- Je ne pensais pas qu'il s'agirait de vous, le vétéran qui devait me récupérer, Master. Je suis à vos ordres pour la mission que nous devons effectuer.

Sa voix était calme et posé, dévoilant avec quel sang-froid Raïsak appréhendait cette rencontre. Il avait hâte de pouvoir montrer à Fenrir de quoi il était capable en combat.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: une mission qui aurais dut être facile (Raïsak et libre)   Mer 23 Oct 2013 - 10:14

Lenora poussa un soupir en arpentant les rues de Laivieux. Elle ne s'attendait absolument pas à ça, comme premier pas dans une guilde. Enfin, elle n'était même pas officiellement membre de la guilde. Ni officieusement d'ailleurs, à bien y réfléchir. Non, les personnes qui l'avaient reçu avaient su expliquer qu'elles étaient assez intéressées, mais qu'elles n'étaient pas responsables des nouvelles recrues. Du coup, ne sachant pas quoi faire, ils lui avaient conseillé de se rendre à Laivieux, où quelqu'un d'assez gradé pourrait la prendre en charge, et vérifier qu'elle avait une quelconque valeur susceptible de les intéresser. Pour autant, on l'avait averti, ça ne serait pas de tout repos : en effet, elle allait plus ou moins débarquer en pleine mission, si elle était rapide dans son voyage ou non. Et ça promettait de ne pas être très calme. Surtout avec ce qui s'était passé à l'entrée de la ville...

**

« Angus, nous n'avons pas le temps pour ça ! » fit-elle un peu sèchement à son compagnon.

Le loup venait de croiser un minotaure, qui l'avait pas mal intrigué. Bon, ça n'était pas difficile : n'importe quoi était une potentielle source de curiosité pour l'animal. Mais s'il semblait enclin à jouer, et à s'amuser, remuant déjà la queue, l'avant du corps aplati par terre, la créature hybride n'avait pas l'air forcément occupé à ça. Et comme l'avait surtout signaler la guerrière : ils n'avaient pas le temps.

Dépité, la bête spectrale sortit de son attitude de jeu, et retourna marcher près de son amie. Il ne disait rien, ne rechignait pas à avancer à un bon rythme, mais la jeune femme savait, tout au fond d'elle, qu'il était vexé, et bien décidé à le lui faire un peu payer.


**

Elle repensait à ce rappel à l'ordre adressé au loup, il y avait bien un petit quart d'heure, quand soudain, elle aperçut la taverne, au loin. Elle trotta pour se rapprocher, arrivant, malheureusement, par l'arrière du bâtiment. Elle allait devoir le contourner. Néanmoins, elle jeta un petit coup d'oeil à l'intérieur.

La place regorgeait de monde, d'hommes, de femmes, de jeunes, de vieux, formant des groupes parfois homogènes, parfois au contraire hétérogènes. Et elle, dans toute cette foule, elle allait devoir trouver une personne capable de lui faire intégrer la guilde, et peut-être quelqu'un qui était là pour faire sa première mission, ou un test, elle ne se souvenait plus.


« Tu as un meilleur odorat et une meilleure perception que moi, tu pourrais peut-être sentir une odeur particulière rattachée aux membres de la guilde, non ? » demanda-t-elle au loup.

Après la légère altercation, elle aurait pu penser qu'il avait décidé de bouder, et de ne pas l'aider, mais elle savait qu'il n'était pas comme ça. Elle avait besoin de trouver ses personnes, c'était important pour elle. Elle commença à contourner la bâtisse, pour rentrer par la porte d'entrée, sans remarquer que son compagnon ne la suivait pas.

Dématérialisant une partie de son corps, Angus passa doucement sa tête à travers le bois des murs, et observa l'intérieur, une vague de chaleur le frappant autant que les diverses odeurs de boissons et de nourritures. Il scruta les différentes personnes, avant d'apercevoir un loup blanc, aux pieds d'un homme à l'impressionnante stature et à la barbe blanche foisonnante. Une autre personne était à côté de lui, elle semblait immense, et contrairement au premier, n'avait pas trace de cheveux sur le crâne. Et la deuxième personne lui rappelait quelque chose. Une vague odeur, rencontrée plus tôt. Il repéra bien la disposition de la place, et sortit sa tête du mur. Puis, se reculant de quelques pas, il prit son élan, et bondit.

Lenora put entendre des cris de surprise venir de l'intérieur de la taverne et ouvrit en grand la porte d'entrée, pour voir ce qui se passait. Puis, le rouge de la gêne et de la honte lui monta aux joues lorsqu'elle aperçut son familier assis très dignement sur une table. Il faisait face à la porte, et semblait l'attendre, bien placé sur son séant, tout son être rayonnant de fierté.

Elle lui fit signe, l'incitant à descendre de la table, alors qu'elle se dirigeait vers les deux hommes, ne sachant où poser son œil visible, l'autre étant toujours caché derrière une mèche de ses cheveux flamboyants. Elle se posta face à eux, son familier venant s'asseoir juste à ses côtés, l'air toujours très fier de son coup. Oh il savait pertinemment qu'il l'avait énervé, et mise mal à l'aise en surgissant ainsi d'un coup dans un lieu public, après avoir traversé un mur et renversé quelques consommations, et la voir dans cet état, c'était bien ça qui était le plus jouissif. Et puis, il n'en avait pas trop fait, il savait qu'elle ne lui en tiendrait pas rigueur longtemps.


« Je te jure que ça, tu me le paieras mon vieux... ! » siffla-t-elle à son compagnon, voulant n'être audible que pour lui.

Bon. Pas très longtemps semblait plus juste pour définir la petite rancoeur de la guerrière. Et puis, autour d'eux, les bavardages reprenaient bon train, signe que la surprise était passée, et que chacun retournait à ses affaires dans un drôle de brouaha.

La jeune femme regarda les deux hommes et, posant sa main droite sur son cœur, elle s'inclina.


« Je suis à la recherche d'une personne qui sera capable de me faire intégrer la guilde de la Nouvelle Aube. On m'a dit que je pourrais trouver un responsable ici. Je me nomme Lenora Sorgan, et mon familier s'appelle Angus. Je m'excuse d'ailleurs pour la gêne qu'il a occasionné, et je suis prête à payer pour les dégâts faits. »

Elle gardait son calme le plus possible. Cette entrevue était importante pour elle, elle voulait se rendre utile, et ne plus voir des personnes se faire tuer. Elle ne savait pas ce qu'elle ferait si on venait à la refuser dans la guilde. Elle se redressa et observa tour à tour les deux hommes, se demandant bien lequel des deux était le responsable.
Revenir en haut Aller en bas
Fenrir
Maître d'arme
avatar

Expérience : 0

Le parchemin
Niveau: 0
Faction: Nouvelle Aube
Rang: Chef de Guilde

MessageSujet: Re: une mission qui aurais dut être facile (Raïsak et libre)   Ven 8 Nov 2013 - 21:23

Fenrir vit que le moine fut surpris de le trouver en ce lieu avant de lui serrer la main. Le nordique sentit que sa nouvelle recrus mettait toute sa force quand cette poigner de main. Il sourit discrètement car la recrus avait assez de force pour faire quelque mission en solo. Le géant barbu fit un hochement de tête inclina un peu la tête par respect avant de dire :

Je ne pensais pas qu'il s'agirait de vous, le vétéran qui devait me récupérer, Master. Je suis à vos ordres pour la mission que nous devons effectuer.

Fen écouta ses paroles et se dit qu’il avait deux trois choses à lui apprendre. Il guida Raïsak vers une table isolé et commanda deux chopes d’hydromels, puis lui dit :

D’après le rapport qui te concerne, tu as passé avec succès le test moral et d’après ta poigne de main, tu possèdes un peu plus de force pour une personne normale… Mais tu n’as pas beaucoup d’expérience sur les missions de la guilde… Je préfère qu’on soit le plus discret avant de passer à l’action…

Le chef de la guilde s’arrêta de parler en voyant le tavernier arriver avec les boissons et mis celles-ci sur la table. Le guerrier paya les consommations et pris l’une d’elles et but une gorgée. Puis il continua à parler :

Je suis arrivé dans ce village il a quelques semaines pour me renseigner sur la situation et sur ce qu’on m’avait dit… J’ai assez de preuve en main pour arrêter le noble qui dirige ce domaine d’une main de fer… Ton épreuve est de faire cette mission à ma place. Ne t’inquiété pas, s’il a le moindre problème, j’interviendrais.

Il attendit la réponse du moine quand il entendit des cris de surprises. Il regarda dans la direction d’où venait les vois tout en posant sa main sur la garde de son épée. Il failli éclater de rire quand il vit un loup sortit de nulle part assis sur une table. Il alla se lever pour parler avec ce loup quand la porte de la taverne s’ouvrir avec fracas. Une jeune demoiselle entra dans l’établissement. C’était une jeune fille svelte de taille moyenne. Elle avait les cheveux mi- longs d’une couleur de flamme ardente, l’une des mèches cacha l’œil droit de la jeune femme. La pupille de son œil droit avait une couleur d'un beau violet et sa peau était d'une blancheur qu'on aurait qu'elle venait du ciel. Elle avait comme tenus, une tunique à manche courte d’une couleur bleue foncé qui lui arriva à la hauteur de ses cuisses, elle avait aussi un short brun, il avait aussi des sortes de morceaux de tissus collé à la peau des jambes et elle avait des bottes de cuirs. Elle se mit a parle avec le loup qui était sur la table, puis elle vient en direction de la table où était le nordique et le moine. Fenrir sentit en lui un étrange malaise. En effet La personne qui se dirige vers lui ressemble étrangement à Ninquelotë. L'aventurière était a la hauteur de la table, attendit que les bruits habituelles de la taverne reviennent, puis se mit a parler avec une vois claire et douce.

Je suis à la recherche d'une personne qui sera capable de me faire intégrer la guilde de la Nouvelle Aube. On m'a dit que je pourrais trouver un responsable ici. Je me nomme Lenora Sorgan, et mon familier s'appelle Angus. Je m'excuse d'ailleurs pour la gêne qu'il a occasionné, et je suis prête à payer pour les dégâts faits.

Fenrir était désespérer en entendant cela. Il n’était absolument pas au courant de cette femme qui s’appelait Lenora voulait entrer dans la Guilde. Il n’avait pas d’autre choix de la faire participer à la mission avait Raïsak. Il soupira et répondit discrètement à la jeune demoiselle en ne dévoilant rien de ses sentiments :

J’ignore qu’il t’a dit ça mais c’est vrai… Je m’appelle Fenrir et je suis le chef de la Nouvelle Aube et je te présente Raïsak une nouvelle recrus comme toi… en ce qui concerne ton familier, ce n’est pas grave mais faite attention à la prochaine fois, car vous serez en missions et que vous devriez être discret avant de passer à l’action et si tu veux payer les dégâts que ton familier à fait adresse toi à l’aubergiste mais tu as de la chance, je suis d’humeur généreuse… Pendant que j’irais payer l’aubergiste, RaÏsak va t’expliquer en quoi consiste le test.

Le chef de la nouvelle aube se leva de sa chaise et se dirigea vers le bar. Il jeta un coup d’œil discrètement derrière lui pour voir si tout allez bien sur la table, puis il demanda au patron si Le seigneur du coin était dans les parages. Celui-ci lui répondit qu'il était en ce moment dans le palais de justice. Fenrir le remercia en lui mettant quelque pièces d'ors, revient vers ses deux candidats et leurs dit le suivre. Fen et hati sortirent de la taverne sans attendre les deux jeunes recrus. Il les conduisis à travers les ruelles jusqu'à un grand bâtiment garder par plusieurs gardes. Il se retourna vers ses nouvelles recrus et dit :

Nous y sommes, Notre cible est à l'intérieur de ce bâtiment. Vous devez l’arrêtez par n’importe moyen mais je ne veux pas qui ait des tuer au cour de la mission. Vous allez entrez en action quelque minute après que je sois entrer à l'intérieur du palais de justice... Vous savez que vous avez à faire. Alors c'est partir.

Le nordique alla en direction du bâtiment, salua les gardes et entra. Il put voir qu'il avait une seule salle, Il avait une dizaine de colonne qui soutenait le toit, il avait quelques tapisseries qui ornaient les murs. Il s’installa près d'une des tables et regarda au fond de la salle et put voir que leur cible ce trouver sur un trôner entourer d'une dizaine de gardes d'élite. il attendit avec un sourire sadique ce qui allez se passer.




Fenrir: For: 7 / End : 7 / Dex : 5 / Intelligence: 10 / Sagesse: 5 / Charisme: 6
La forme du roi loup : For :10 / End :7 / Dex :8 Intelligence :6 / Sagesse : 5 / Charisme : 4
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: une mission qui aurais dut être facile (Raïsak et libre)   Ven 29 Nov 2013 - 21:22

Fenrir écouta les paroles de Raïsak avant de le mener à une table isolée, afin de pouvoir discuter tranquillement de ce qui les attendaient. Plus personne ne faisait attention à eux, reprenant leur repas ou leurs discussions avec voix forte et éclat de rire. C’est une fois assis que le Maitre de Guilde se mit à parler avec le moine.

- D’après le rapport qui te concerne, tu as passé avec succès le test moral et d’après ta poigne de main,  tu possèdes un peu plus de force pour une personne normale… Mais tu n’as pas beaucoup d’expérience sur les missions de la guilde… Je préfère qu’on soit le plus discret avant de passer à l’action…

Son interlocuteur acquiesça en écoutant son supérieur avec attention. Il n’avait effectivement pas encore réalisé de mission de guilde jusqu’ici et c’était un peu pour cela qu’il était présent ici, pour apprendre, pour être utile à cet ordre qu’il avait rejoint avec enthousiasme. Il attendit que le tavernier leur donne ce qu’ils avaient commandé à boire. Tandis que Fenrir le payait, le Moine en prit une et porta la chope à ces lèvres, faisant couler le liquide le long de sa gorge. Il prit ainsi une grande gorgée, sans qu’elle ne l’affecte le moins du monde.

- Je suis arrivé dans ce village il y a quelques semaines pour me renseigner sur la situation et sur ce qu’on m’avait dit… J’ai assez de preuve en main pour arrêter le noble qui dirige ce domaine d’une main de fer… Ton épreuve est de faire cette mission à ma place. Ne t’inquiète pas, s’il y a le moindre problème, j’interviendrais.

Raïsak était honoré d’une telle mission et il inclina la tête pour signifier son consentis. Il en fit part à Trori’m par le lien qu’ils avaient entre familier et maitre. Celui-ci fut réticent en émettant l’opinion qu’ils allaient devoir se battre. Le moine connaissait parfaitement bien son compagnon pour savoir qu’il allait finir par accepter si lui-même allait au-devant des dangers. Et le semi-humain savait que rien ne pourrait l’arrêter s’il était accompagné de son fidèle minotaure. Il se sentait prêt pour cette mission. Il fut tiré de sa discussion par des cris de surprise suite à l’apparition d’un loup sur l’une des tables de la taverne.

Celui-ci s’assit dessus et regarda tous ceux qui se trouvaient autour de lui et qui n’osait l’approcher. Raïsak sourit face à cette étrange situation. Il perçut un début de mouvement de Fenrir qui semblait vouloir se lever mais celui-ci se ravisa quand la porte de la taverne s’ouvrit brusquement pour laisser rentrer une magnifique jeune femme. Le Moine se redressa pour l’observer attentivement. Il y avait quelque chose en elle qu’il reconnaissait comme quelque chose que lui-même faisait. Il le repéra rapidement. Il s’agissait de sa démarche, droite, ferme mais aussi d’une incroyable légèreté qu’il connaissait. Aucune hésitation dans ces mouvements, une puissance redoutable pouvait même se ressentir dans ce corps à l’apparence fragile et gracile. Il avait devant lui une Semi, tout comme lui, Humaine et Ange.

Cela le surprit de croiser une telle congénère dans un endroit aussi reculé. La jeune femme alla parler au loup, qui semblait être son familier. Puis les deux vinrent dans notre direction. Elle semblait chercher quelqu’un dans l’une de nos deux personnes. C’est pour cela qu’elle s’adressa à nous sur un ton harmonieux.

- Je suis à la recherche d'une personne qui sera capable de me faire intégrer la guilde de la Nouvelle Aube. On m'a dit que je pourrais trouver un responsable ici. Je me nomme Lenora Sorgan, et mon familier s'appelle Angus. Je m'excuse d'ailleurs pour la gêne qu'il a occasionnée, et je suis prête à payer pour les dégâts faits.

Ainsi donc elle voulait intégrer notre guilde. Et bien elle tombait bien, malgré le fait que le Moine put lire sur le visage de Fenrir une certaine détresse quand elle prononça le nom de la guilde à voix haute. Un rapide regard circulaire dans la salle lui apprit que personne n’avait fait attention à ce qui venait de se dire. Il continua donc de boire, laissant le maitre s’occuper de cela.

- J’ignore qui t’a dit ça mais c’est vrai… Je m’appelle Fenrir et je suis le chef de la Nouvelle Aube et je te présente Raïsak, une nouvelle recrue comme toi… En ce qui concerne ton familier, ce n’est pas grave mais faite attention la prochaine fois, car vous serez en missions et que vous devriez être discret avant de passer à l’action. Si tu veux payer les dégâts que ton familier à fait, adresse toi à l’aubergiste mais tu as de la chance, je suis d’humeur généreuse… Pendant que j’irais payer l’aubergiste, Raïsak va t’expliquer en quoi consiste le test.

Le semi fut un peu prit au dépourvu mais n’en laissa rien paraitre. Il regarde la jeune femme et finit sa chope en vitesse tandis que Fenrir allait payer l’aubergiste. Il se leva à son tour de toute sa stature et regarda la jeune femme dont il dépassait largement d’au moins deux têtes. Il s’inclina légèrement en guise de salutation. Et c’est avec une voix grave et sage qu’il se mit à décrire le pourquoi de leur présence ici.

- La mission consiste à mettre hors d’état de nuire le seigneur des contrées alentours qui se trouve être un tyran commandant la région. C’est tout ce que je sais actuellement. Nous devrions suivre le Maitre pour en savoir plus.

Et sans attendre, il récupéra son Daïbo avant de se mettre à suivre le nordique et son loup. Il se mit alors à prévenir Trori’m qu’il bougeait en direction du lieu où se déroulerait la mission. Il lui répondit en disant qu’il attendrait à côté au cas où il y aurait un quelconque problème. Raïsak le remercia et rattrapa Fenrir à grandes enjambées. Ils visitèrent un peu la ville en parcourant ses ruelles, avant d’arriver face à un gigantesque bâtiment. Le maitre de guilde se retourna alors vers eux, pour leur expliquer ce qu’il faisait ici.

- Nous y sommes, notre cible est à l'intérieur de ce bâtiment. Vous devez l’arrêter par n’importe moyen mais je ne veux pas qu’il y a de tuer au cours de la mission. Vous allez entrer en action quelques minutes après que je sois entré à l'intérieur du palais de justice... Vous savez que vous avez à faire. Alors c'est parti.

Puis il pénétra à l’intérieur du bâtiment tout en saluant les gardes. Le moine inspira et expira doucement. Sa première mission, il était excité comme jamais à l’idée d’accomplir quelque chose bien et d’affronter des soldats d’élite. Il sourit et tourna la tête vers Lenora. Il roula un peu des épaules pour se décontracter avant de lui parler.

- Je pensais devoir faire cette mission en solo mais je suis heureux de la partager avec un camarade. Si cela ne te dérange pas, j’aimerais engager moi-même les hostilités.

Sans attendre une quelconque réponse de sa part, il s’avança à son tour dans le palais de justice, saluant les gardes au passage. L’endroit était immense, pourvu de nombreuses salles de tous les côtés. Ils mirent un peu de temps avant de trouver celle où se trouvait l’homme. Une sorte de salle du trône avec quelques tables disposées parallèlement. Fenrir était assis à l’une de ses tables et les regardaient entrer. La cible se trouvait sur le trône au fond de la salle, entouré d’un bon nombre de soldats qui ne semblaient pas avoir été entrainé de la dernière pluie.

Les deux semi s’avancèrent dans leur direction. Quand ils furent à une certaine distance, la plupart des soldats sortirent leurs armes, face à l’allure des deux personnes. Il est vrai que les deux armés étaient armés et potentiellement dangereux pour la personne qu’ils protégeaient. D’ailleurs, l’homme se leva en ne les voyant pas broncher devant ses gardes.

- Moi, Drulecon Heloe , seigneur des environs, je vous ordonne de vous arrêter et de vous identifier.

Raïsak eu donc la confirmation qu’il s’agissait bien de la cible. Un large sourire se dessina sur son visage. Il s’approcha encore des soldats et du trône. Les premiers vinrent à sa rencontre. Une fenêtre s’ouvrit face à lui. Doucement, il monta son poing contre son torse, calculant la puissance du coup qu’il allait délivrer. Et sans crier gare, il décocha le coup en murmurant :

- Frappe Mortelle…

Son poing généra une puissante onde qui, trop rapidement pour pouvoir la suivre, alla enfoncer Heloe dans son trône sans qu’il ne puisse rien faire. La violence du choc lui fit perdre connaissance mais ne le tua pas. Tous les soldats se mirent en position de combat tandis que Raïsak dégaina son Daïbo, qui se mit à luire d’une lumière bleutée à son extrémité. Il parla à l’attention de Lenora d’une voix enjoué :

- Je te souhaite bon courage pour le combat à venir.

Puis il se jeta dans la mêlée sans le moindre scrupule. Il y avait exactement une douzaine de soldats qui convergèrent vers lui pour l’intercepter. Le plus proche se prit un magistrale coup de bâton dans le visage qui eut pour effet de l’envoyer valser de l’autre côté du combat. Et un de moins. Un deuxième tenta d’asséner un coup en tranche en direction de l’estomac du géant. Ce dernier le para sans le moindre mal avant de contre-attaquer de manière fulgurante et puissante. Le coup fracassa l’armure du soldat qui s’écroula, le souffle coupé. Et de deux.

Le reste se déroula similairement. Raïsak ne chargea que très peu son Daïbo sur les soldats qu’il frappait avec. De plus, après les deux premiers à tomber, les autres restèrent à distance. Il se mit donc à les attaquer au poing. A distance, avec ces frappes mortelles. Elles ne furent suffisantes que pour les repousser, ne passant pas l’armure et ne leur causant donc que des dégâts minimaux. Plusieurs tentèrent de défaire Lenora et le géant mais tous tombèrent sans exception.

- Pas mal pour une femme de ta carrure, prononça le moine à l’attention de Lenora.

Un fracas de métal et d’armes se fit entendre dans le couloir et venant dans leur direction. Un sourire heureux resta gravé sur le visage du moine et il se tourna alors vers ce son, annonçant de nouveau une baston en perspective.

- Prêt pour le second round Lenora ?


Dernière édition par Raïsak le Mer 18 Déc 2013 - 19:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: une mission qui aurais dut être facile (Raïsak et libre)   Mer 4 Déc 2013 - 10:35

Lenora savait qu'elle avait mis les pieds un peu dans le plat, et qu'apparemment, son potentiel futur chef ignorait totalement sa venue. Voilà qui n'allait pas être évident. Surtout que l'arrivée remarquée de son familier venait de la décrédibiliser un peu. Elle ne montra pas signe de nervosité, même si elle commençait à vraiment craindre pour son entrée dans la guilde. Mais avant qu'elle ait pu faire quoi que ce soit, l'homme se leva, la laissant avec le moine gigantesque -elle devait lever les yeux pour le regarder lorsqu'il parlait- en lui confiant la mission de lui expliquer ce qu'ils allaient devoir faire.

Apparemment, quelqu'un avait pris le contrôle de la ville et poussait ses habitants dans la misère en augmentant les impôts à délivrer. Un jeune dictateur qui se croyait un peu plus fort que les autres et qui estimait avoir tous les droits. La demoiselle sourit. C'était exactement le genre de choses qu'elle adorait faire : remettre à leur place des prétentieux pour laisser le peuple recouvrer sa liberté. Néanmoins, elle resta un peu méfiante. Les deux jeunes recrues ignoraient l'armement dont disposait l'homme, et peut-être que les choses seraient bien plus compliquées que prévue. Elle préférait ne pas s'avancer.

Finalement, ils quittèrent le bâtiment pour rejoindre le palais de justice où était le noble au pouvoir bien trop grand. La guerrière observa le loup qui trottait sereinement à ses côtés. Il s'était assagi. Il avait compris que quelque chose d'important et de capital se passait, alors il allait être un minimum sérieux pour ne pas poser de problèmes à son amie. Lorsque Fenrir les laissa à l'entrée de la bâtisse pour partir en éclaireur, la jeune femme se tourna vers son camarade.


« Oh, à toi l'honneur, je suis arrivée après et c'était toi le premier sur cette mission. Je te laisse y aller, je suis juste derrière. Et je suis également contente de ne pas être seule sur cette épreuve si je puis dire. »

Elle s'agenouilla pour regarder son familier droit dans les yeux. Il comprit qu'elle lui demandait son attention, et il s'assit pour l'observer. Elle prit doucement son museau entre ses mains :

« Ecoute mon grand, on va devoir se battre contre des personnes armées à l'intérieur, car un tyran menace la ville. Je ne te demande pas de m'accompagner maintenant. Il doit y avoir des salles en sous-sol, probablement pour des archives. Va en dessous, et tiens-toi prêt à venir m'aider quand je te donnerai le signal. D'accord ? »

Le jeune animal plaqua ses oreilles contre son crâne en gémissant, et vint donner un petit coup de langue sur la joue de la demoiselle, pour lui donner son accord. Puis, il disparut sous terre. La guerrière se redressa, posant une main sur le pommeau de son épée, prête à se battre.

Elle pénétra dans le bâtiment juste derrière Raïsak, et le laissa lancer les hostilités, ce qu'il fit avec une certaine franchise. Au moins, leurs intentions étaient claires, ils n'étaient pas ici pour prendre le thé. Détendant les muscles de ses épaules et de son cou, elle sortit la lame de son fourreau. Elle n'était pas ici pour tuer, et ses frappes devraient donc être bien plus stratégiques. Elle souffla. De toute façon, elle n'avait plus le temps de réfléchir.

Fonçant dans la mêlée de soldats qui se dirigeaient vers elle, elle para le premier coup d'épée qu'on lui envoya, et porta une estoc vers le flanc de son adversaire, visant les attaches de cuir qui fermait son plastron. Autant mettre à nue un maximum de gens, pour qu'ils ne se risquent pas à prendre des coups.

Néanmoins, comme tout combat inégal, elle se faisait très vite submergée par ses assaillants, du moins en apparence. Car Lenora avait pour elle son agilité et sa souplesse. Esquivant ou parant les coups, elle les distribua en retour, frappant relativement fort pour une femme. Le plus dur était d'assommer ses adversaires, sans leur laisser le temps d'exposer un point vulnérable qu'elle pourrait toucher par maladresse.

Elle désarma un soldat, mais un autre saisit la lame de son épée avec un gantelet, la bloquant dans son mouvement, et il retourna son arme contre elle. Sentant le danger de son immobilité, elle saisit elle aussi l'acier tranchant, protégée par ses propres protections, et elle alla se placer à côté du soldat, prenant la garde, et l'enfonçant dans la cage thoracique de l'homme un grand coup. Elle lui coupa le souffle et il lâcha prise. Reprenant son arme en main, elle frappa la mâchoire du guerrier avec le pommeau, l'assommant un bon coup. Un homme la saisit par derrière, et elle se servit de la force et du poids de son adversaire pour le faire passer au-dessus d'elle et le projeter au sol. Mais un autre assaillant réussit à la plaquer au sol en profitant de l'avantage du nombre, et du fait qu'elle soit occupée à désarmer d'autres ennemis.

Alors qu'il s'apprêtait à lui porter un coup fatal, la jeune femme eut un sourire narquois. Rejetant la tête en arrière, elle cria :


« Maintenant mon grand ! »


Aussitôt, le loup jaillit du sol en grondant et se jeta sur l'homme qui maintenait sa maîtresse au sol, menaçant de mordre sa nuque. Le guerrier libéra la jeune femme qui se dégagea, siffla pour demander à Angus de s'éloigner, et décocha un coup de pied dans le visage du soldat, le mettant hors d'état de nuire.

La demoiselle récupéra son arme, sortant également sa dague, alors que son familier couvrait ses arrières, l'échine hérissée et les babines retroussées. Néanmoins, les choses avaient été un peu trop facile, et elle se questionnait : n'avaient-ils pas juste dégagé le menu fretin ? Est-ce que des adversaires bien plus forts, et plus en formes n'allaient pas venir ? Elle ne trouvait pas concevable qu'un jeune tyran soit entouré de soldats aussi inexpérimentés. Elle jeta un coup d'oeil à Raïsak.


« Merci pour le compliment. Tu te défends bien aussi. Par contre, je crois que le second round va être beaucoup plus difficile que prévu, fais attention à toi. Même chose Angus. »

Le loup gronda. Il n'était plus l'animal jovial prêt à faire la fête et à se faire de nouveaux amis. Son attitude était désormais celle du plus loyal des gardiens, prêt à défendre coûte que coûte sa protégée.


Dernière édition par Lenora Sorgan le Ven 31 Jan 2014 - 12:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Fenrir
Maître d'arme
avatar

Expérience : 0

Le parchemin
Niveau: 0
Faction: Nouvelle Aube
Rang: Chef de Guilde

MessageSujet: Re: une mission qui aurais dut être facile (Raïsak et libre)   Sam 21 Déc 2013 - 13:13

Fenrir regarda les nouvelles recrus qui marchaient en direction du trône. Il sourit en pensant comment ils allaient faire pour capturé Heloer. Alors que Raïsak et lenora étaient s'approcha du trône, les soldats qui protégeaient le seigneur Drulecon, sorties leurs armes et leur maitre dit vers les deux personnes armés:

- Moi, Heloe, seigneur des environs, je vous ordonne de vous arrêter et de vous identifier.

Le nordique allait prendre une petite gorgée d'hydromel, quand il entendit un bruit puissant, il se leva et il vit que le seigneur était dans son trône, mais il ne bougeait pas. Les soldats se mirent en position de combat tout en protégeant leurs seigneurs. Il vit que le moine dire quelque mot à la jeune femme avant de s'élancer contre les soldats puis suivit de la demoiselle. Le chef de la nouvelle aube regarda le combat et il vit que ses nouvelles recrus avaient un immense potentielle. Même si Lenora n'avait pas beaucoup d'expérience et que Raïsak avait de bonne technique mais qu'elles manquaient de puissances. Les soldats qui étaient présents furent battus rapidement, mais d'autre arrivé en entendant le bruit de la bagarre. Fen regarda la scène et les deux combattant furent encerclé par une trentaine de soldats. Ils étaient mieux équipé et avaient une meilleure expérience que leurs compagnons vaincus. Le guerrier ne se leva pas, car il avait des rumeurs concernant les gardes du corps du seigneur Heloe. En effet, il avait 5 combattants aux talent énormes mais à une cruauté s ans limite. Il alla se levé et se défoulé un peu quand il sentit une aura meutrière derrière lui. Il se retourna et il vit un petit groupe composé d'elfe noir et d'humain. Ils avait deux femmes de chaque race,elles sont équipé d'une simple amure en cuir alors de l'elfe noir portait une armure légère faite d'acier et que les deux humains avaient tout les deux une armure lourde. Les femmes avaient comme arme, des petite arbalète que leurs partenaire avec des armes lourdes comme des marteaux à deux mains et des haches de bataille.

Fenrir allait se lever quand il vit le groupe foncé sur ses deux combattant. Le combat fut trop dure pour les deux nouvelles recrus. Il se leva et dégaina son arme. Il se mit à marcher en murmurant une prière nordique aux âmes des combattant mort de tourné ce regard sur ce combat et de l'apprécier. Les gardes le virent et se mirent en position de combat. Le nordique pronconça:

- av utseendet Skoll, skalv før din verste mareritt

Dix gardes tremblèrent de peur et voyant leurspire cauchemar. Fen leur dit avec une vois presque démoniaque de lâcher les armes et de s'enfuir le plus loin d'ici. Les soldats obéirent et s'enfuit le plus rapidement possible. Tous les regards étaient tournés vers lui. Le chef de la guilde sourit et il dit:

- Alors, avez-vous assez de courage pour venir me vaincre? Je suis Fenrir, chef de la nouvelle Aube, le maitre des loups, le pourfendeur de guerre et je suis aussi votre pire cauchemar.

Après avoir dit ces mots, il fonça dans la mêlée et se mit à assommée et a désarmé ses adversaires, il rejoint Raïsak et lenora. Il leur dit de s'occupé des gardes alors que lui il va s'occuper des 5 mercenaires. Il esquiva un coup de marteau par l'elfe noir et para une attaque rapide d'un des humains, mais il fut blessé par l'un des tirs d'arbalète des femmes mercenaires. Les mercenaires étaient certes supérieur en nombre, mais pour le nordique ce n'étaient rien. Ses traditions l'avaient forcé, plus un combat est difficile plus la gloire sera grande. Il sourit à pleine dent et il pris l'un des bouclier des gardes et l'envoya sur l'une des abalétrières et fonça sur l'elfe noir et l'attaqua avec force et rapidité. Son adversaire ne pouvait que parée, mais le nordique fit une fente, le désarma et il l'assomma. Il se retourna vers ses adversaires et il attendit leurs prochaines attaques. Il dit à ses recrus de c'est comme ça qu'on se bat.




Fenrir: For: 7 / End : 7 / Dex : 5 / Intelligence: 10 / Sagesse: 5 / Charisme: 6
La forme du roi loup : For :10 / End :7 / Dex :8 Intelligence :6 / Sagesse : 5 / Charisme : 4
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: une mission qui aurais dut être facile (Raïsak et libre)   

Revenir en haut Aller en bas
 
une mission qui aurais dut être facile (Raïsak et libre)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Mission] C'est pas facile tous les jours
» Rapport : Mission de bataille à 1500 points ork vs tyty
» cake super facile
» Première mission
» Une mission pour changer la face d'Haïti !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alésia :: Archives :: Rps abandonnés-
Sauter vers: