AccueilCalendrierRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Jack O'frost

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jack O'frost
Maître des Evéments RP
avatar

Expérience : -4

Le parchemin
Niveau: 0
Faction:
Rang:

MessageSujet: Jack O'frost   Lun 23 Sep 2013 - 11:19


₪ IDENTITY  : Jack O'Frost₪





    Nom : O'frost
    Prénom : Jack
    Surnom : Le démon millénaire
    Age : L'immortalité, cadeau maudit si je puis dire; j'ai finis ma vie a mes vingt cinq ans.
    Race : Je ne suis qu'un humble humain qui garde en lui un démon, est-ce normal d'être le réceptacle a un être aussi puissant? Je n'en sais rien mais c'est mon destin a moi.
    Sexe : Un seul... A non vous aimeriez savoir si je suis un homme ou une femme? Et bien j'ai tout les attributs d'un homme pardi.

    Métier : Archéologue et maître de la guilde des chevaliers Stellaire
    Guilde : Chevalier Stellaire
    Alignement : Chaotique bon
    Religion : Je ne crois qu'en moi car si un dieu existait vraiment il empêcherait la mort de dizaine d'innocent, si j'en suis capable je serais ce dieu afin de faire régner la paix et la vie.

    Pouvoir(s) : Je ne suis qu'un humain je ne possède pas vraiment de pouvoir mais je ne suis pas aussi faible que je peux en donner l'air. En moi ce cache un puissant démon du nom de Duméas et je ne vous conseille pas de vous frotter a lui. En effet il possède une force herculéenne et une vitesse hallucinante. Mais si c'était seulement ces points forts...

    C'est un démon majeur du feu, autant dire que cet élément n'a aucun secret pour lui. Par chance la puissance de ce démon a été lourdement réduite suite a un enfermement où son énergie vitale lui était absorbé. Mais ne vous en faites pas: il reste un adversaire plus que coriace et puissant.

    Comme vous pouvez vous en douter, garder un démon a l'intérieur de moi m'a donné quelque petits avantages. Commençons par mon immortalité: j'ai emprunté ce trait des démons, je ne peux mourir de vieillesse ni de maladie même une bonne grosse blessure peut me faire succomber ne vous en faites pas.

    De plus avec le temps j'ai acquis une faculté bien sympathique: je suis a présent capable d'utiliser certains des traits physiques de Duméas. C'est a dire que je peux lui emprunter sa force, sa vitesse, sa capacité de voler ou sa résistance démoniaque. Bien sur je suis obligé de transformer mon corps en celui de mon acolyte pour posséder ce droit et je ne peux passer d'un trait a un autre en claquant des doigts. Malheureusement je suis incapable d'utiliser sa magie calcinant tout sur son passage.

    Je ne possède pas d'arme a proprement parlé car je suis une arme a moi tout seul vous ne trouvez pas? Mais si cela ne suffisait pas Duméas est capable d'utiliser une lance donné par les étoiles il y a fort longtemps qui a la capacité de devenir aussi légère qu’extrêmement lourde. Je suis une arme alors je ne dirais qu'une chose: craignez moi ou rejoignez moi....

    Compagnon: Duméas est un peu mon compagnon a moi, c'est peut être pour ça que j'en ai toujours pas trouvé... Qui sait si je trouvais une boule de poil qui me comprendra en tout point...

    Phobies : Je n'ai pas a proprement parlé de peur mais comme tous le monde je crains le pire pour mes amis, pour ceux qui m'accompagne et qui m'ont accordé leurs confiance. Alors si rien ne me fait peur, je dois reconnaitre que la perte de mes compatriotes pourraient être une chose terrible pour moi.

    Faiblesses : Oui j'ai un talon, même deux mais ils ne sont pas a Achilles elle est bizarre votre question. En revanche si vous voulez savoir ce que je crains par dessus tout et bien c'est assez simple: mon envellope humaine est devenue une coquille assez fragile alors si vous êtes assez adroit vous pourriez bien me mettre a terre avant même que je puisse réagir.




₪  Physique ₪



Il n'y a pas grand chose a dire sur moi a vrai dire, je vais passer plus de temps a décrire mon amis cornu qui séjourne en moi plutôt que ma propre apparence mais autant commencer par ce qui prends peu de temps vous ne pensez pas?

Je mesure un bon mètre quatre vingt pour un poids qui restera secret! Une petite tête blonde aux cheveux en bataille qui n'ont pas une grande longueur. Pour les retenir je porte un bandeau de couleur orange que certains qualifierais de "Orange de solitude" mais moi je l'aime bien. Un regard perçant comme celui d'un aigle, L mes iris ont la couleur de l'or. Le tient pâle on pourrait penser que je suis souvent malade mais la maladie n'a plus d'emprise sur moi vous savez.

Je suis assez svelte avec assez de musculature pour être en mesure de me battre convenablement face a un adversaire précaire. Mais ne me demandez pas de faire un tour de force car j'en serais incapable, ou alors je devrais faire appel a mon démon pour lui "emprunter sa force". J'arbore un long kimono blanc, qui s'arrête juste en dessous de mes genoux, les bords de ce vêtement sont de la même couleur que mon bandeau car oui: j'aime le orange! Dans le dos de ce vêtement est visible le symbole de ma guilde nouvellement créée. Quand a mes chaussures et bien...

Je ne mesure pas appromement dit la taille cité plus haut, dans cette mesure il faut prendre en compte les dix centimètres de mes chaussures en bois, c'est une sorte de tong si je puis dire, sous laquelle ce trouve une seule petite planche de bois posé a la verticale. Ce n'est pas stable pour les non initiés mais je vous assure qu'a force on si fait. Mais venons en au plus important:Duméas.

Spoiler:
 

Il n'aime pas beaucoup qu'on l'épie du regard alors laissez moi vous raconter a quoi il ressemble: comme tout les démons ou presque, il possède de grande corne de prêts de trente centimètre sur son crâne animal. Car sa tête est semblable a celle d'un tigre blanc, de long croc parcours sa gueule puissante. Tout son corps ressemble a l'animal dont il tire son visage bestial; mais a quelques exceptions prêts.

En effet sur ces avants bras il arbore de résistante et lourde écaille, tel celle de puissant lézard que l'on appel dragon. D'ailleurs le bas de son corps ressemble a celui d'un dragon: il en emprunte la queue et les jambes ce qui lui donne une assez grande vitesse je dois l'avouer. En plus de cela il possède de grandes ailes aussi noir que le charbon mais ne vous en faites pas: il est moins méchant qu'il n'y parait. La lance qu'il possède et a laquelle il tient plus que tout est fait avec les os d'une créature disparu il y a des siècles de cela. Il est le seul être capable de la manier car quiconque la touche est parcouru d'une vive douleur qui entraine le plus souvent la mort. Par chance quand Duméas me rends mon corps l'arme devient une sorte de pendentif que j'attache a une chaine autour de mon poignet.


₪  Mental ₪



Je vais commencer par vous décrire comment est Duméas car il est bien plus étrange que moi l'animal, ou plutôt le démon dans son cas. En effet  nous avons tous une image assez froide, négative et souvent barbare des démons. Des êtres sans coeur qui peuvent arracher sans aucun soucis la vie de ceux que nous aimons. Duméas était ainsi il y a très longtemps de cela, quand il faisait parti de l'armée du roi démon. Il était même arrivé jusqu'à servir au plus près de son roi grâce a la terreur et la mort qu'il inspirait chez ces ennemis. Mais il a changé du tout au tout.

Quand il rencontra une jeune humaine a la chevelure flamboyante mon ami aux longues cornes ces découverts un coeur et a découvert la beauté du monde. La simplicité lui avait ouvert les yeux. Malheureusement il ne peut pas ce résoudre a abandonner ses racines et il n'en reste pas moins sanguin et brutal. Mais grâce a son passé il est devenu plus altruiste, il serait même prêts a sauver la veuve et l'orphelin pour laver son honneur d’antan. Il s’émerveille devant la naïveté de la vie et cherche a comprendre et connaitre les mystères du monde. Alors même si son coeur reste aussi noir que le charbon, que son bras puissant arrachera votre tête de son cou par pur sadisme; ce ne sera pas la première action qu'il fera envers vous, il évitera par tous les moyens d'en venir aux mains car il sait pertinemment la puissance qui ce terre en lui.

Et c'est avec un être aussi instable qu'admirable que je dois vivre, moi l'enfant orphelin a qui on a ôté une vie douce et banale. Mais je ne vais pas m'en plaindre. En ce qui me concerne je suis quelqu'un de plutôt réservé et j'ai souvent du mal a faire part de mes sentiments. D'un naturel joviale je garde le sourire en toute situation, promesse que j'ai faite sur la dépouille de mon père. C'est peut être grâce a cela que j'ai grandis, que je suis passé a un nouveau stade de l'évolution personnel.

D'un grain galet chétif et puéril, j'ai pris toute la conscience du poids de la vie. Alors je parcours le monde a la recherche de compagnon auxquels je serais des plus loyal, je pourrais donner ma vie a ceux qui sauront capable de faire de même. Même si je ne suis pas homme de combat je suis tout a faite en mesure de prêter main forte sans attendre quoi que ce soit en retour. Mais ne penser pas qu'un simple sourire vous fera attirer mes bonnes grâces car il y a des choses que je déteste au plus haut point: cette manie qu'on certaine personne de voir la nature comme unique reine sur cette planète. Même si nous avons les mêmes but nos points de vue sont trop opposés pour pouvoir ce serrer les coudes.

Je suis prêts a tuer des dizaines de personnes si c'est pour libérer le monde de l'esclavage, de la guerre et de la souffrance. Le sacrifice de quelques un pour la survie du plus grand nombre...



₪ HISTOIRE ₪



Le destin est parfois bien étrange vous ne trouvez pas ? Aussi froid et incompréhensible que les profondeurs de la mer. Sur cette route dont le pavé est encore humide de la rosée matinale ce trouve un homme déambulant comme un corps sans vie, surement a cause de la nuit blanche passé a marché droit devant soit. Une longue robe le recouvre, pourvu d’une capuche sur son crâne aux cheveux blonds on pourrait penser que c’est simplement un marginal qui cherche a ce faire remarquer mais c’est tout le contraire vous savez. Je ne cherche pas a me montrer en publique, il suffit que les démons me mettent la main dessus et il en sera finit de moi. Ou plutôt d’eux, non ce n’est pas présomptueux de ma part alors pendant que je marche en direction des chûtes de rock’valley je vais vous raconter ce qui m’est arrivé…

Je ne vais pas vous faire un discours aussi long qu’ennuyant pour vous raconter mon enfance. Il n’y a pas grand-chose a en dire : né d’un père archéologue et d’une mère qui a succombé a l’accouchement. J’étais prédestiné a parcourir les routes a la recherche de tout et n’importe quoi. Mon père, Allan O’Frost, était considéré par les hommes de sciences comme un fou, un adorateur du mal et un fervent croyant aux forces occultes. En réalité mon père a passé sa vie a chercher les vestiges des temps anciens afin d’en savoir plus sur le monde qu’il habitait. C’était un gentil rêveur utopiste rien de plus. Sans vouloir me vanter certaine créatures ont pu être découverte grâce a lui alors voyez le comme un fou ou bien un génie mais pour moi il restera la personne la plus tendre qu’il m’a été donné de connaitre. La mort avait emporté ma mère mais le chagrin n’avait jamais prit le dessus sur son frêle corps, j’étais son bien le plus précieux et a l’époque il m’appelait même son trésor. Si j’ai hérité de ces cheveux le reste de mon visage vient de ma mère d’après lui. Dès lors avec un père qui cours le monde je l’ai suivis, il me fit lui-même mon éducation  et il y mettait les formes afin que je puisse être le plus cultivé possible et surtout le plus observateur des hommes.

A partir de là je n’ai pas eu trop a me plaindre : j’ai vécu chez les elfes pendant un temps, le temps que mon père déniche un artefact inconnu qu’il rendit bien volontiers aux oreilles pointus. Chez eux j’ai pu en apprendre davantage sur la faune et la flore mais tout cela me passait bien au dessus de la tête, en vérité j’étais plus passionné par ce que je faisais mon père au fin fond de la forêt qu’autre chose. Un jour alors qu’il était partit j’eus la malice de le suivre, malheur me pris quand je suis tombé nez a nez avec une troupe d’orc venu en éclair sur les agissements de leurs « ennemis ». La guerre avait beau être finit il n’en restait pas moins des animosités plus que palpables entre certains peuples. Quoi qu’il en soit j’étais là, le cul par terre et le pied enchevêtré dans une racine quand l’un des orcs pointa son arme vers moi. J’ai sentis la peur au plus profond de mon être, tiraillant mes entrailles qui ne cherchaient qu’à s’enfuir de mon corps. La lame fit un arc de cercle avant de s’empaler dans la terre meuble, a quelque centimètre de moi. La créature a la peau verte ce pencha et retirant mon pieds coincé. Mon père avait accourut quand il reconnu les trace de pas des monstres verts. Mais ces derniers n’étaient pas là en ennemi, non il voulait demander l’asile aux elfes car leur peuple les avaient bannis. Ce jour restera gravé en ma mémoire : il ne faut pas toujours ce fier aux apparences, un concept que je comprenais bien mieux a présent.

S’en suivit de nombreux voyage a travers Alésia, a la recherche de tombeau enfouie et de peuple vivant caché de tous. Mais ce qui va nous intéresser est arrivé il n’y a pas si longtemps. Une ou deux années tout au plus. Mon père c’était mit dans la tête de parcourir les terres d’Ilmora, la terre des démons bien qu’il savait pertinemment le sort qui lui serait réservé si il allait autre part que dans la capitale des démons. Il s’en était passé des années depuis l’épisode des elfes, j’étais devenu un bon jeune homme d’une vingtaine d’année et j’avais la tête encore plus brulé que celle de mon père. Le territoire des démons me fascinait, il devait regorger de trésor non découvert. La fièvre de la découverte m’avait autant mordu que mon père. Par mesure de précaution nous avions demandés au chef des démons son autorisation mais il n’en avait que faire, nous n’étions que des humains après tout. Nous n’allions pas nous arrêter aussi vite, une semaine s’écoulant pendant laquelle nous avions parcourus le plus d’ouvrage possible dans la bibliothèque d’Ilmora. Nous avions découvert une vienne légende concernant un démon enfermé depuis le début des temps ; même si notre esprit était ouvert une telle chose ne pouvait être possible mais l’envie de le découvrir nous avais émoustillé.

C’est pourquoi un soir nous sommes parties, carte en main, a la recherche de ce fameux tombeau. La marche prit des jours car il n’y avait rien qui correspondait aux indications. Et c’est avec un certains agacement que mon père baissa les bras, je ne pouvais me résoudre a abandonner si vite malgré ce que disait le vieux. Alors avec un accès de colère je pris une pierre et lui jeta au visage. Les réflexes dont il fit preuve me surprenaient mais pas autant que le bruit sourd quand la pierre percuta une paroi rocheuse en contrebas, s’approchant du bord nous pûmes apercevoir que ce que nous recherchions était là, juste en bas de ce ravin. La descente fut assez simple et c’est avec un sentiment de fierté que nous avions découvert les ruines de Duméas, le nom du démon d’après les textes il en va de soit. Nous ne perdîmes pas un instant pour s’engouffrer dans le tombeau fait de pierre remarquablement bien taillées et surtout en si bonne état.

Comme a notre habitude nous avions pris des chemins différents, histoire de pas perdre plus de temps dans un tombeau qui n’en vaudrait peut être pas le coup. Au bout d’une heure d’effort dans des corridors étroits avec des ouvertures vers le ciel assez étrange je vis une lumière au reflet bleue. Pressant le pas je tombais sur une pièce immense comme je n’aurais pu imaginer, j’étais entrain de m’émerveiller quand une voix me sortie de ma torpeur. Je sortis la petite lame que je possédais puis fis volte face. Devant moi ce trouvait une espèce d’autel sur lequel ce trouvait une pierre dont la lumière émanait, et derrière cette autel un spectacle que jamais je n’aurais cru possible.

Des chaînes aussi noires que les profondeurs du néant retenait un monstre de plusieurs mètres de haut, il me faisait face et semblait provenir des entrailles de la terre. Jamais je n’avais vu au monde une créature de pareille envergure : un visage démoniaque avec des cornes aussi longues que moi, des traits animaliers lui donnait une allure de fauve prêts à vous étriper. La pauvre lame que je tenais dans la main n’aurait jamais pu en venir a bout je dois vous avouer. De son corps émanait une puissance hors norme, son torse était recouvert d’une fourrure grisâtre sur laquelle des bandes noires ce perdaient. Si la pièce m’avait émerveillé, ce monstre me terrifiait : comment des chaînes aussi frêles pouvaient retenir un monstre pareil ? Ses avants bras étaient recouvert d’écailles que l’on aurait dit arraché a un dragon. Tout comme ces membres inférieurs qui semblaient être ceux d’un homme –lézard, la queue de l’animal semblait fouetter l’air sans qu’aucun son n’en sorte.

Même si c’est le peur qui me prenait au tripe il y avait un je ne sais quoi dans le visage de ce monstre qui m’attirait ou plutôt qui cherchait a me rassurer. Son regard d’or me transperçait comme si je n’étais rien d’autre qu’un livre qu’il lisait sans peine et dont il allait vite ce lassé. Le silence qui régnait ce fit a nouveau rompre par sa voix a la fois rauque mais mélodieuse, il s’excusait de m’avoir fait peur. Je n’en croyais pas mes oreilles comme mes yeux mais c’est un démon qui venait de me présenter des excuses ?! C’est dans un balbutiement que j’acceptais ses excuses, je ne pouvais faire autre chose de toute façon. Puis je cherchais a en savoir plus sur lui mais c’est a un mur de silence que je me suis affronté quand un bruit sourd retentit dans le corridor que j’avais emprunté plus tôt.

La bête semblait effrayé et m’ordonna de fuir au plus vite, ce que je ne pouvais faire : mon père était encore dans les ruines de ce temple qui ressemble plus a une prison a présent. Il ne faisait que me sermonner l’animal, me traitant de fou et que par sa propre faute c’est ma vie qu’ils allaient prendre. Mais qui c’était, Ils… Je le découvris bien assez vite.

Quatre démons armés jusqu’à la dent me faisais a présent face, j’en tremblais dans mon pauvre pantalon en toile. Le monstre plutôt cité c’était remis a parlé en prenant ma défense mais les autres rigolaient le traitant de déchet. Je pouvais sentir le désarroi dans la voix de mon avocat. La sentence ne ce fit pas attendre et dans un raclement de lame sur le sol l’un des démons ce rua sur moi. Mon avocat m’ordonna de toucher la pierre bleue sans me donner de plus ample raison mais je ne pouvais pas faire la fine bouche et m’exécuta. La pierre s’éparpilla en des milliers de fragments autour de moi et du monstre, une sorte de bouclier imperméable a toute attaque ce qui semblait être fort gênant pour mes nouveaux « amis ». Je me pensais sortis d’affaire quand le bruit de ferraille tombant d’une sacrée hauteur me fis redescendre sur terre. Le monstre était libéré, je n’avais donc pas échappé a la mort ?

Il posa un genou a terre pendant qu’un cercle magique ce dessinait sur le sol. Le monstre m’avoua que si je voulais survire lui et moi ne devions plus faire qu’un. Je ne comprenais pas très bien le rapport mais la magie qui émanait du cercle m’empêchait tout refus. Sous mes yeux le démon semblait disparaitre a mesure qu’une vive douleur m’assaillait, j’avais la sensation de bruler de l’intérieur, que mes entrailles ce liquéfiait puis tout a coup. Plus rien.

Je recouvris les yeux et c’est avec la plus grande des stupeurs que je me vis aux portes d’Ilmora. Je n’arrivais pas a y croire mais j’étais en vie ! Enfin c’est ce que je pensais, balayant du regard les environs je remarquais que personne ne faisait attention a moi voir même : me traversais. Et cette personne qui me traversais n’était autre que le démon qui voulu me sauver plus tôt. Il portait une armure a crâne de dragon et inspirait du respect et de la terreur chez les autres. Chez tous ces démons et d’ailleurs : il n’y a que des démons alors qu’Ilmora a ouvert ces portes a tous les peuples ? Etais-je donc dans les souvenirs du démon ?

Je le suivis sans vraiment savoir pourquoi. Il portait dans son dos une immense lance dont une vive chaleur émanait. Il ce dirigeait vers la plus haute tout quand un démon aussi terrible que mon sauveur l’interpella. Duméas était son nom, mais alors…. La légende était donc vraie ?! Le démon Duméas avait été enfermé depuis un millénaire dans les tréfonds d’Ilmora ?! Malheureusement rien n’expliquait la raison de ce bannissement. Tout a coup le temps allait a une vitesse folle et je pu voir a quelle point ce démon était une brute : il était capable de détruire a lui tout seul des ordres de soldats venu d’autre pays. Utilisant la magie du feu il calcinait tout ennemi d’Ilmora, plusieurs fois décoré pour son courage et pour sa loyauté il était devenu le plus haut capitaine des légions démoniaques. Je venais d’ouvrir les portes de mon corps a une pareille brute ?

Le temps ce mit a ralentir et je pu voir le grand démon entrain de… de discuter avec une humaine ?! Lui qui venait de décimer des légions d’humains il taillait le bout de gras avec une belle rouquine. D’après ce que je pouvais en entendre il la trouvait différente des autres et l’envie de tuer ne le prenait pas aux tripes quand il ce noyait dans son regard. Duméas serait donc tombé amoureux ? C’était un léger choque pour moi tout de même d’apprendre une pareille nouvelle. Il expliqua a la rouquine qu’elle ne pouvait traverser Ilmora sans qu’il ne plante sa lance dans sa chair. Mais la demoiselle posa une main sur son torse et semblait l’avoir transformé d’un simple contact. Posant les deux genoux au sol, le démon était perdu et des larmes suintaient sur les coins de ces yeux. Je ne savais pas ce qu’elle lui avait montré mais cela venait de la chambouler au plus haut point.

Raffermissant sa prise sur sa lance il jura de la protéger et de l’amener devant son roi pour qu’elle lui montre la beauté qu’elle lui avait accordée. A nouveau le temps passa en accéléré jusqu’au moment où Duméas fit sans doute l’erreur de sa vie.

Devant le grand démon il amena la demoiselle, pour donner une idée de la puissance de son maitre si Duméas est un démon majeur du feu : lui n’est autre que le précurseur du brasier. Quand il vit l’humaine il hurla, prétextant un affront de son propre générale en chef. Mais la rouquine voulut montrer qu’elle avait également une voix, c’était une forte tête et je pouvais sentir en moi, non en nous que de fort sentiment était partagé a son égard. Le démon ne voulait rien entendre et sortant sa lame de son fourreau il la lança en direction de l’humaine. Duméas nu pas le temps de réagir que la demoiselle était planté comme trophée sur un mur de la salle du trône. Hurlant toute sa rage il déversa toute sa magie dans la pièce, calcinant tout les démons trop faible pour résister a sa puissance.

Lance en main il ce jeta sur le meurtrier et un combat titanesque ce lança, réduisant une bonne partie du château. Mais l’issu du combat donna raison a la colère et a la rage et dans un coup d’état presque, Duméas arracha la tête de son chef avant de ce rendre a la propre armée qu’il contrôlait. Je venais de voir le vrai visage de ce qui m’habitait : c’était un démon aussi puissant et terrifiant qu’un être bon et protecteur. C’est ainsi qu’il ce fit enfermer pour l’éternité, enfin jusqu’à ce que le temple lui-même ce soit nourris de toute la puissance de l’être… De toute ça puissance mais ça veut dire que ?!

Là la voix du démon résonna dans ma tête, me faisant revenir sur la terre ferme. Il m’avoua m’avoir transmis ces souvenirs, qu’il n’était pas a proprement parlé mauvais mais que c’est pour protéger un être qui lui était chère qu’on l’avait enfermé. Le seul hic était que maintenant que son corps n’était pu la source du temple ce dernier allait s’effondrer. Je pensais tout de suite a mon père, mon regard ne fit qu’un tour en direction des démons et avec une agilité qui n’était pas mienne je m’élançais pour donner un violent coup d’épaule a l’un des monstres.

Je regardais doucement vers mes mains pour m’apercevoir que ce n’était plus les miennes mais celles du démon. Ce dernier me demanda de lui laisser mon corps afin qu’il puisse m’aider, je ne comprenais pas très bien comment faire mais je m’exécutai dans broncher. Dans un hurlement et des craquements osseux mon corps ce transforma pour me donner l’apparence de Duméas, mais il venait aussi de prendre le contrôle sur moi et sans que je puisse essayer de bouger le petit doigt il venait de broyer quatre puissant démons de ces mains.

Je le remerciais pour ce sauvetage même si je venais d’abandonner mon âme et mon corps. Il me traita d’idiot avant de m’avouer qu’il ne possédait qu’un quart de sa puissance et que dès lors il ne pourrait jamais prendre définitivement mon corps en otage. Nous étions donc deux âmes dans un corps et nous devions cohabiter. Il courait en direction du corridor que mon père avait emprunté. Il  me fit un topo de la situation : mon père devait ce trouvé dans la pièce qui renfermait une arme particulière, la sienne. D’après les légendes ce serait une arme divine, ou plutôt offerte par les étoiles et parmi tous les démons il est le seul capable de s’en servir ; il en comprenait pas vraiment la raison mais c’était un fait : tous les démons qui ont posés la main dessus ce sont vu mourir.

Quand nous arrivâmes enfin a destination c’est un spectacle d’horreur qui ce présentait devant moi : mon père tranché en deux entre les mains d’un démon. Mon hurlement de terreur ce transmis aux lèvres de Duméas qui poussa un cri de rage qui fit ce retourner son vis-à-vis. Ils semblaient tous deux ce connaitre et mon démon lui passa un savon concernant la faiblesse et la couardise de ce monstre. Il tenta de s’en prendre a nous mais Duméas l’accueille avec un uppercut lui arracha la tête sans difficulté. Ce coup porté je repris mon corps dans une douleur sourde et lancinante.

Duméas n’avait plus la force d’avancer, j’étais les témoins de ces limites même si cet être est un démon très puissant. La lance ce trouvait a quelque mètres de moi mais je n’osais pas la toucher, après tout je ne voulais pas mourir. Mais avec un dernier regard vers mon père je pris mon courage a deux mains et posa l’une d’entre elle sur l’arme qui brilla d’une intense lumière avant de ce transformer en un pendentif a son effigie. Le gardant en main je ne pouvais rester plus longtemps en ce lieu. J’aurais aimé pouvoir sortir mon père de ce tombeau mais c’était peut être le plus beau des sanctuaires pour un homme qui passait son temps a chasser les légendes.

Voilà comment j’ai troqué ma vie contre celle d’un hybride. Je me jurais de faire régner la paix : pour mon père, pour Duméas et pour cette humaine qui a donné sa vie sans raison….


₪ ET TOI ALORS ! ₪



Prénom / Surnom :Jack ou Rik' c'est comme vous voulez.
Age : entre 0 et 111
Expérience Rp : je me placerais entre moyen et bon, tout dépend de mon inspiration sur le moment.
Présence sur le forum : Donnez moi un 8 o/
Comment avez vous découvert le forum : Ah bon on est sur un forum?
Code : Et Toc je m'auto valide parce que je suis un mec comme ça moi =p


Statistiques :Possédant deux corps je vais donner la répartition des points sous ma forme démoniaque et sous ma forme humaine. Dès lors quand j'utiliserais sous forme humaine la faculté de prendre une caractéristique de Duméas, les points de statistiques du démon dans le domaine voulu prendra celui de ma forme humaine. Ce qui donne:

Sous forme humaine
Force:  2 ►Endurance: 2  ►Dextérité: 2 ►Pouvoir: 14

Sous forme démoniaque
Force:  5 ►Endurance: 5  ►Dextérité: 5 ►Pouvoir: 5


Sous forme humaine:#33CC00
►Force:  2 ►Endurance: 2  ►Dextérité: 2 ►Pouvoir: 14
Sous forme démoniaque: #3399CC
►Force:  5 ►Endurance: 5  ►Dextérité: 5 ►Pouvoir: 5
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Jack O'frost
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» C'est moi, Jack Frost !! (en construction)
» Le Hijack (Jack Frost/Harold)
» RPs de l'Esprit de l'Hivers ♦ Jack Overland
» Technique du Jeune Jack
» rescue Jack Russel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alésia :: Archives :: Anciennes fiches-
Sauter vers: